Critique: Under The Silver Lake

0800062.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation David Robert Mitchell
Scénario David Robert Mitchell
Acteurs principaux
Sociétés de production Pastel Productions
Michael De Luca Productions
Stay Gold Features
Vendian Entertainment
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre thriller
Durée 139 minutes
Sortie 08/08/2018

À Los Angeles, Sam, 33 ans, sans emploi, rêve de célébrité. Lorsque Sarah, une jeune et énigmatique voisine, se volatilise brusquement, Sam se lance à sa recherche et entreprend alors une enquête obsessionnelle surréaliste à travers la ville. Elle le fera plonger jusque dans les profondeurs les plus ténébreuses de la Cité des Anges, où il devra élucider disparitions et meurtres mystérieux sur fond de scandales et de conspirations.

Après « The myth of American Sleepover » et « It Follows », « Under the silver lake » est le troisième long métrage de David Robert Mitchell. Rentré bredouille du dernier Festival de Cannes, cet objet pop est pourtant l’une des superbes surprises de cet été cinématographique. Si l’on ne peut que penser au cinéma de David Lynch, principalement « Mulholland Drive », Mitchell en livre une version pleine de dérision et d’absurde. Sam, trentenaire un peu paumé, se lance dans une enquête à base de codes et d’indices cachés pour retrouver une jeune femme dont il s’est entiché! Bourré de références (Lynch, Hitchcock, le cinéma muet, Kurt Cobain…) « under the silver lake » s’amuse avec la pop culture de façon totalement folle et décomplexée. Si vous acceptez de vous laisser porter, ces deux heures quinze pourraient bien être les plus folles de votre été!

4.5

Publicités

Critique Bluray: It follows

71X9I0Nxu7L._SL1230_

  • Date de sortie :
    04 février 2015
  • Réalisé par :
    David Robert Mitchell
  • Avec :
    Maika Monroe, Keir Gilchrist, Daniel Zovatto…
  • Durée :
    1h34min
  • Pays de production :
    Etats-Unis
  • Année de production :  2014
  • Titre original : It Follows
  • Distributeur :
    Metropolitan

LE FILM:

4

Après une expérience sexuelle apparemment anodine, Jay se retrouve confrontée à d’étranges visions et l’inextricable impression que quelqu’un, ou quelque chose, la suit.
Face à cette malédiction, Jay et ses amis doivent trouver une échappatoire aux horreurs qui ne semblent jamais loin derrière…

Après « the Myth of American Sleepover », David Robert Mitchell continue son étude de la sexualité adolescente cette fois par le biais du fantastique. Plus q’un slasher movie où le hors champ aurait une importance capitale, « It Follows » peut être vu comme une dénonciation du puritanisme américain en matière de sexe. Ici, le sexe tue! On peut également y voir une parabole sur le Sida, et le film est passionnant dans ses multiples axes de lecture. Quoi qu’il en soit, la mise en scène de Mitchell est magistrale et l’étrangeté et l’originalité de ce film justifient les réactions dithyrambiques qu’il suscite!

TECHNIQUE:

5

C’est parfait, le travail sur le son et l’image est ici superbement mis en valeur!

BONUS:

3.5

La mauvaise nouvelle, c’est l’absence, outre le livret de 16 pages, de bonus sur le film! La bonne, c’est la possibilité de visionner l’excellent premier film de Mitchell « the Myth of american sleepover »!

VERDICT:

4

Un film fantastique d’une originalité rare!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (24.99 euros) chez Metropolitan Vidéo dès le 4 juin


AUTANT EN EMPORTE LE VENT (1939)

Collection Christophe L.

Géorgie, 1861. Scarlett O’Hara est une jeune fille de la haute société sudiste dont la famille possède une grande plantation de coton appelée Tara. Courtisée par tous les bons partis du pays, Scarlett O’Hara n’a d’yeux que pour Ashley Wilkes. Malheureusement, celui-ci est promis à sa cousine, la vertueuse Melanie Hamilton. Scarlett cherche à tout prix à le séduire mais à la réception des Douze Chênes, c’est du cynique et controversé Rhett Butler qu’elle retient l’attention. Pendant ce temps, la guerre de Sécession éclate, Ashley avance son mariage avec Mélanie, et Scarlett pour le rendre jaloux, épouse Charles Hamilton, le frère de Mélanie. Suite au décès de son mari à la guerre, elle finit par épouser Rhett Butler…

Adapté du seule et unique roman de Margaret Mitchell « Gone with the wind », le film de Victor Fleming est un monument du Cinéma de par l’ampleur du projet ( 4 heures de film en couleurs, succession de quatre réalisateurs dont Georges Cukor,  des milliers de figurants, et dix Oscars!) mais aussi de par son succès (1,25 Mds de $ de recettes!). C’est aussi et surtout LA grande fresque romantique souvent copiée, jamais égalée (Australia de Baz Luhrmann par exemple.).

Une grande part de la réussite du film tient en son casting même s’il ne se fit pas simplement. Le tournage était déjà commencé qu’on avait toujours pas  trouvé Scarlett! C’est finalement la britannique Vivien Leigh qui fut choisie avec quelle réussite! Qui d’autre qu’elle aurait pu interpréter ce personnage ô combien complexe: hautaine, égoïste, acharnée, courageuse, déterminée, ambitieuse, c’est une femme d’affaires en avance sur son temps. Souvent irritante, elle reste malgré tout attachante; elle est simplement humaine. En face d’elle, le beau Rhett Butler est incarné par Clark Gable pour qui le rôle semble avoir été écrit. Cynique, rusé, charmeur, au charisme incroyable, il n’aura de cesse de faire céder la belle Scarlett.

Véritable symbole du savoir-faire hollywoodien, le film se regarde sans temps mort tant le spectateur est porté par ces images flamboyantes de la petite histoire dans la grande, accompagnées de la magnifique musique de Max Steiner. Le contexte historique est parfaitement mis en scène et bien que le thème de la guerre de sécession ne fut pas très vendeur, le pari fut gagné. Seul défaut déjà présent dans le livre, le parti pris très sudiste notamment concernant l’esclavage. Pour rattraper le coup, un Oscar fut décerné à la magnifique interprète de Mammy, la gouvernante noire des O’Hara, Hattie MacDaniel.

Un conseil à ceux qui n’auraient pas encore vu le film: achetez le blu-ray qui permet de visionner le film dans des conditions optimales! Et que de bonus!!!

Indémodable!