Critique: Creed II

1451897.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Titre original Creed II
Réalisation Steven Caple Jr.
Scénario Juel Taylor
Sylvester Stallone
Acteurs principaux
Sociétés de production Chartoff-Winkler Productions
MGM
New Line Cinema
Warner Bros.
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre drame
Durée 130 minutes
Sortie 9 janvier 2018

La vie est devenue un numéro d’équilibriste pour Adonis Creed. Entre ses obligations personnelles et son entraînement pour son prochain grand match, il est à la croisée des chemins. Et l’enjeu du combat est d’autant plus élevé que son rival est lié au passé de sa famille. Mais il peut compter sur la présence de Rocky Balboa à ses côtés : avec lui, il comprendra ce qui vaut la peine de se battre et découvrira qu’il n’y a rien de plus important que les valeurs familiales.

Huitième film de la saga Rocky, second concentré sur le personnage d’Adonis Creed, « Creed II » n’invente rien mais pourtant les fans seront comblés et feront des adieux émus au personnage de Balboa. Adonis Creed dorénavant champion du monde, a maintenant l’occasion de remettre son titre en jeu face au fils d’Ivan Drago, le Russe responsable de la mort de son père. Si Rocky refuse d’abord de l’accompagner dans une mission suicide, il va peut-être finalement accepter de l’épauler devant le défi de sa vie. Rien de nouveau quant à la structure du film calquée sur les volets précédents et rien de nouveau non plus quant à la façon dont sont traités les adversaires moscovites de Creed: de grosses machines de guerre qui ne sourient absolument jamais! Toutefois, on craque devant le couple formé par Adonis et Bianca, la prestation des vieux Sly et Lundgren mais aussi devant l’émotion et la nostalgie de l’ensemble! Reste à savoir comment la franchise saura survivre au départ de Stallone…

3.5

Publicités

CRITIQUE: THE EXPENDABLES (2010)

Barney Ross et ses copains sont des mercenaires. Leur dernière mission consiste à débarquer sur une île exotique pour en déloger le dictateur qui y sévit…

Sylvester Stallone réalise ce film dans lequel il se fait clairement plaisir en convoquant la crème du film d’action d’hier et d’aujourd’hui: Jason Statham, Dolph Lundgren,Jet Li, Mickey Rourke et dans une courte apparition Bruce Willis et Arnold Schwarzenegger. Heureusement qu’il se fait plaisir d’ailleurs parce que pour le spectateur le temps est vraiment long! Le scénario est nul, accumulant tous les poncifs du genre, la réalisation est hideuse et que dire de l’interprétation! Après un « Rocky Balboa » et un « John Rambo » plutôt réussis, Sly nous sert un film d’action sans aucun intérêt; que ses copains et lui reposent en paix au panthéon des stars du cinéma d’action des années 80-90!