Critique Bluray 3D: Mad Max Fury Road

81eBLJvXKGL._SL1500_

  • Date de sortie salles:
    14 mai 2015
  • Réalisé par :
    George Miller
  • Avec :
    Tom Hardy, Charlize Theron, Nicholas Hoult…
  • Durée :
    2h
  • Pays de production :
    Etats-Unis
  • Année de production :  2014
  • Titre original : Mad Max : Fury Road
  • Distributeur :
    Warner Bros Pictures France

LE FILM:

4.5

Hanté par un lourd passé, Mad Max estime que le meilleur moyen de survivre est de rester seul. Cependant, il se retrouve embarqué par une bande qui parcourt la Désolation à bord d’un véhicule militaire piloté par l’Imperator Furiosa. Ils fuient la Citadelle où sévit le terrible Immortan Joe qui s’est fait voler un objet irremplaçable. Enragé, ce Seigneur de guerre envoie ses hommes pour traquer les rebelles impitoyablement…

Alors que la mode des reboots bat son plein, on avait tout à craindre d’une nouvelle aventure de Mad Max mais aussi tout à espérer, d’autant que George Miller, le « papa » de la première trilogie y travaille depuis presque 20 ans! Avec « Lorenzo », « Babe » ou « Happy Feet », Miller avait gardé des forces pour ce retour de Max! Et bien, cette longue attente est plus que récompensée!

Durant deux heures, peu de dialogues mais un Opéra flamboyant, un déluge d’explosions, un pur shoot de plaisir cinéphilique pur! Délaissant au maximum les effets numériques, Miller privilégie les cascades vintage et offre un spectacle d’une imagination débridée. Si Tom Hardy donne un nouveau visage à Max, plus sensible et humain peut être, la vraie surprise vient de Charlize Theron et son crâne rasé qui donne une dimension féministe au projet. Si vous aimez vous reposer au cinéma, passez votre chemin, sinon, courez voir l’un des plus grands films d’action de tous les temps!

TECHNIQUE:

5

De la démo pure! Définition, couleurs et son tonitruant au programme! La 3D, sans dédoublement, vaut surtout pour la profondeur de champ même si les rares jaillissements sont très réussis!

BONUS:

4

Making of de près d’1h30 très réussi divisé en plusieurs modules qui reviennent entre autres sur les cascades et les véhicules ainsi que quelques scènes coupées.

VERDICT:

4.5

Le film d’action de l’année dans une édition indispensable!

Disponible en Steelbook Ultimate (34.99 euros) chez Warner Bros

Critique Bluray: Everly

71i-kC-jfTL._SL1493_

RÉALISÉ PAR Joe Lynch
AVEC Salma Hayek, Togo Igawa, Hiroyuki Watanabe
GENRE Action , Thriller
NATIONALITÉ Américain

LE FILM:

3.5

Everly, une call girl devenue indic pour la Police, doit affronter une armée de tueurs professionnels envoyés par son Ex, un ponte de la mafia… Retranchée dans un appartement, EVERLY, incarnée par la sculpturale Salma HAYEK, est prête à tout pour se défendre et sauver sa fille… Le sang va couler à flots…

Fortement influencé par le Cinéma de Tarantino (on pense notamment beaucoup à Kill Bill!), ce nouveau DTV débarque donc en chez nous après un passage en E-Cinema. Et si Quentin Tarantino n’est malheureusement pas au scénario, ce qui se sent vraiment tant l’intrigue est des plus minces, le résultat est assez réjouissant! Salma Hayek assume très bien ce rôle de maman baston mode Ripley et a l’air de se régaler à faire gicler l’hémoglobine et lancer des punchlines à tout va!

Les amateurs d’action et de gore (parfois même très très gore!!!) apprécieront!

TECHNIQUE:

5

Pureté de l’image et son explosif font de ce film d’action un must!

BONUS:

2

On trouve ici deux interviews un peu promo de l’actrice et du réalisateur.

VERDICT:

3.5

Un déluge d’action et de gore assez réjouissant!

Disponible en DVD (14.99 euros) et bluray (17.99 euros) chez TF1 Vidéo dès le 7 octobre


Critique VOD: Everly

049255.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Date de sortie 17 juillet 2015 – en VOD Seulement sur TF1 Vidéo (1h33min)
Réalisé par Joe Lynch
Avec Salma Hayek, Togo Igawa, Hiroyuki Watanabe
Genre Action , Thriller
Nationalité Américain

Everly, une call girl devenue indic pour la Police, doit affronter une armée de tueurs professionnels envoyés par son Ex, un ponte de la mafia… Retranchée dans un appartement, EVERLY, incarnée par la sculpturale Salma HAYEK, est prête à tout pour se défendre et sauver sa fille… Le sang va couler à flots…

Fortement influencé par le Cinéma de Tarantino (on pense notamment beaucoup à Kill Bill!), ce nouveau « E-Cinema » débarque donc en VOD chez nous à partir du 17 juillet. Et si Quentin Tarantino n’est malheureusement pas au scénario, ce qui se sent vraiment tant l’intrigue est des plus minces, le résultat est assez réjouissant! Salma Hayek assume très bien ce rôle de maman baston mode Ripley et a l’air de se régaler à faire gicler l’hémoglobine et lancer des punchlines à tout va!

Les amateurs d’action et de gore (parfois même très très gore!!!) apprécieront!

3.5

Critique: The Raid 2

049080.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

  • Date de sortie :
    23 juillet 2014
  • Réalisé par :
    Gareth Evans
  • Avec :
    Iko Uwais,Yayan Ruhian, Arifin Putra…
  • Durée :
    2h28min
  • Pays de production :
    Indonésie
  • Année de production :  2013
  • Titre original : The Raid 2 : Berandal
  • Distributeur :
    Le Pacte

Après un combat sans merci pour s’extirper d’un immeuble rempli de criminels et de fous furieux, laissant derrière lui des monceaux de cadavres de policiers et de dangereux truands, Rama, jeune flic de Jakarta, pensait retrouver une vie normale, avec sa femme et son tout jeune fils…. Mais il se trompait. On lui impose en effet une nouvelle mission : Rama devra infiltrer le syndicat du crime, où coexistent dans une sorte de statu quo mafia indonésienne et yakusas. Sous l’identité de « Yuda », un tueur sans pitié, il se laisse jeter en prison afin d’y gagner la confiance d’Uco, le fils d’un magnat du crime indonésien – son ticket d’entrée pour intégrer l’organisation. Sur fond de guerre des gangs, il risquera sa vie dans un dangereux jeu de rôle destiné à porter un coup fatal à l’empire du crime.

Malgré les indéniables qualités dans la réalisation, on pouvait légitimement reprocher à The Raid un scénario pour le moins limité et un argument plus propice à l’exercice de style qu’à la naissance d’un film majeur. Deux ans après, le Gallois Gareth Evans revient avec un second volet autrement plus ambitieux. Le héros, incarné par Iko Uwais, se retrouve en mission d’infiltration en plein milieu d’une guerre des gangs. A la place d’un scénario ultra simple, cantonnant le héros dans un seul et unique décor, le second volet multiplie les gangs, les personnages, complexifie l’intrigue (parfois à l’excès) et surtout élargit à l’extrême le terrain de jeu: un métro, une cuisine, en voiture, dans la rue… Après un quart d’heure d’exposition, ce sont 2h15 de scènes d’action ininterrompues: marteaux, couteaux, flingues écrasent les crânes, broient les os, éviscèrent et brûlent les cervelles avec une réelle maestria, la caméra virevoltant et offrant des angles inédits. Si la recette peut lasser et fatiguer, les amateurs de castagne verront là leur chef d’oeuvre, le film qui ringardise tout ce qui a été fait jusque là dans le domaine!

NOTE: 8.5/10

 

Critique Bluray 3D: 300 la Naissance d’un Empire

811vhwPmJVL._SL1500_

  • Réalisé par :
    Noam Murro
  • Avec :
    Sullivan Stapleton, Eva Green, Lena Headey…
  • Durée :
    1h58min
  • Pays de production :
     Etats-Unis
  • Année de production :  2013
  • Titre original : 300 : Rise of an Empire
  • Distributeur :
    Warner Bros Distribution

LE FILM: 6/10

Le général grec Thémistocle doit affronter l’invincible armada perse, emmenée par le dieu-roi Xerxès et la redoutable Artémise, à la tête de la marine perse. Conscient que son seul espoir de vaincre son ennemi consiste à fédérer toutes les forces de la Grèce, Thémistocle s’engage dans une bataille qui changera à jamais le cours de la guerre.

Intellectuels et historiens s’abstenir! Cette suite du film de Zack Snyder n’a d’autre ambition que proposer de l’action ultra-violente non stop. Et là-dessus, la mission est remplie! Respectant l’esthétique entre clip et jeu vidéo du premier volet, « 300 la Naissance d’un Empire » se situe avant, pendant et après l’action du premier volet. Si le méchant de l’histoire se fait voler la vedette par Eva Green qui cabotine à outrance, Sullivan Stapleton, qui incarne Thémistocle, s’en tire à merveille. Si l’on n’est pas dégoûté par les tonneaux de sang déversés et les têtes tranchées, le spectacle est au rendez-vous!

TECHNIQUE: 9/10

Somptueux malgré les choix esthétiques du film, volontairement sombre. L’apport 3D est capital avec de nombreux jaillissements et une profondeur de champ admirable! Et tout ça avec une lisibilité parfaite même dans les combats! Un must!

BONUS: 9/10

Près d’une heure et demie de bonus, avec un making of un peu promo, un retour sur les véritables évènements, sur les personnages féminins et la flotte maritime.

VERDICT: 6.5/10

Un film d’action historique explosif!

Disponible en DVD (19.99 euros), bluray (24.99 euros) et bluray 3D (34.99 euros) chez Warner Bros dès le 16 juillet



CRITIQUE: MEA CULPA

Mea-Culpa-affiche-12431

 

  • Réalisé par :  Fred Cavayé
  • Avec : Vincent Lindon , Gilles Lellouche , Nadine Labaki…
  • Durée :
    1h30min
  • Pays de production :
    France
  • Année de production :  2013
  • Distributeur :
    Gaumont

Flics sur Toulon, Simon et Franck fêtent la fin d’une mission … 
 De retour vers chez eux, ils percutent une voiture. Bilan : deux victimes dont un enfant. Franck est indemne. Simon, qui était au volant et alcoolisé, sort grièvement blessé … Il va tout perdre. Sa vie de famille. Son job de flic. 
 6 ans plus tard, divorcé de sa femme Alice, Simon est devenu convoyeur de fonds et peine à tenir son rôle de père auprès de son fils Théo qui a désormais 9 ans. Franck, toujours flic, veille à distance sur lui.
 Lors d’une corrida, le petit Théo va être malgré lui le témoin d’un règlement de compte mafieux. Très vite, il fera l’objet de menaces… Simon va tout faire pour protéger son fils et retrouver ses poursuivants.
 Le duo avec Franck va au même moment se recomposer. Mais ce sera aussi pour eux l’occasion de revenir sur les zones d’ombre de leur passé commun…

Dans Pour Elle, Vincent Lindon courait beaucoup pour faire évader sa femme de prison, dans A Bout Portant, Gilles Lellouche courait beaucoup pour sauver sa femme kidnappée. Dans le troisième film de Fred Cavayé, Vincent Lindon ET Gilles Lellouche courent beaucoup pour sauver le fils du premier, témoin gênant d’un meurtre.

Fred Cavayé a tout de l’élève doué qui feignanterait au fond de la classe près du radiateur et à qui l’on rêve de mettre des gifles pour qu’il donne enfin la pleine mesure de ses capacités. En effet, en France, Cavayé est aujourd’hui le réalisateur le plus talentueux pour ce qui est des scènes d’action. Malheureusement, sa propension à négliger ses scénariis atteint ici son paroxysme, réduisant à néant tout le projet: dialogues ineptes, personnages archi-caricaturaux, péripéties complètement irréalistes et ribambelle de clichés désamorcent totalement tous suspense et tension. On en vient à glousser devant des personnages (le commissaire crétin tout droit sorti de Taxi ou le mafieux à l’accent de l’est et à la mine patibulaire) ou face à certaines scènes (la fusillade dans le TGV complètement WTF ou celle dans une boîte de nuit dont je cherche encore l’utilité) ou encore devant l’utilisation outrancière de la musique. Hormis les deux comédiens principaux, Vincent Lindon et Gilles Lellouche qui s’en tirent honorablement, la direction d’acteurs laisse un peu à désirer.

Mea Culpa a donc tout du film énervant tant il nous laisse imaginer ce que donnerait ce cinéaste s’il se souciait un tant soit peu de l’écriture.

NOTE: 3/10

 

CRITIQUE BLU-RAY: CHASSE A L’HOMME

chasse_a_l_hommeLE FILM: 3/10

Lorsque Chance, un SDF de la Nouvelle Orléans est sollicité par Natasha Binder pour retrouver son père, il ne se doute pas que ce dernier a été abattu par un gang s’adonnant à la chasse à l’homme. Et il se doute encore moins qu’il va devenir leur nouvelle proie…

Cinéaste chinois, véritable star du cinéma d’action, John Woo est un génie de la mise en scène et quasiment l’inventeur du gunfight chorégraphié au cinéma dont les affrontements arme au poing sont depuis des décennies copiées dans le moindre film d’action. Juste après son chef d’œuvre, « A toute épreuve » en 1992, quand on apprend que les Etats-Unis font les yeux doux au virtuose, chaque fan se prend à rêver à ce que serait une grosse machine hollywoodienne ponctuée d’envolées lyriques et d’effusions de violence toutes wooiennes. Le rêve pourrait se réaliser avec la sortie un an plus tard de Chasse à l’Homme avec pour acteur principal Jean-Claude Van Damme, lui aussi en pleine bourre, tout juste sorti de succès comme Double Impact ou Universal Soldier.

La déception est malheureusement à la hauteur de l’attente! S’inspirant très largement du chef d’œuvre de Schoedsack, les Chasses du Comte Zaroff, le film repose sur un scénario complètement crétin avec ce clochard de Van Damme débauché par une brunette à la recherche de son père, tout ce petit monde aux prises avec une paire de méchants tout aussi ridicules (avec un accent étranger comme souvent!). Heureusement, le scénariste meurt dans les cinq premières minutes du film!

Non content d’être assommant de bêtise, Chasse à l’Homme est mal joué, la palme allant à Yancy Butler, dont le jeu se limite à ouvrir grand les yeux quand elle a peur, quand elle est contente ou étonnée…

Point positif quand même, on retrouve la patte de John Woo lors des scènes d’action nombreuses qui permettent à l’acteur belge de donner quelques coups de tatanes entre deux gunfights!

Pour Woo, ce sera le premier nanar d’une longue série qui jalonnera sa carrière hollywoodienne!

TECHNIQUE: 8/10

Excellente copie HD pour ce film d’action dont les performance en matière de son sont explosives!

BONUS: 0/10

Rien du tout…

VERDICT: 3.5/10

Un nanar qui devrait ravir les fans d’action pure!

Disponible en Blu-ray (14.99 euros) chez Universal Pictures dès le 20 aout