Critique bluray: Héroïnes

718d1-VQ90L._SL1500_

  • Date de sortie :
    27 août 1997
  • Réalisé par :
    Gérard Krawczyk
  • Avec :
    Virginie Ledoyen, Maïdi ROTH, Marc Duret…
  • Durée :
    1h55min
  • Pays de production :
    France
  • Année de production :  1996
  • Distributeur :
    GBVI

LE FILM:

0.5

 

 

Deux amies, Jeanne, introvertie et romantique et Johanna, extravertie et sensuelle, font partie d’un orchestre local en Aveyron. Un concours à Toulouse va les propulser vers la célébrité grâce à une manipulation : Johanna chante sur scène en play-back sur la voix de Jeanne. Le succès est fulgurant mais ronge lentement l’amitié des deux jeunes filles.

Après deux films plutôt réussis, « je hais les acteurs » et « l’été en pente douce » et avant les « Taxi » et autres « Wasabi’, Gérard Krawczyk réalise « Héroïnes » avec Virginie Ledoyen. Après une scène d’ouverture qui nous montre un coup de feu en plein concert rock, le film se déroule en un long flashback destiné à nous faire comprendre qui a tiré, sur qui et pourquoi. Cousu de fil blanc,dialogues débiles, surjoué, BO nullissime, la beauté de Virginie Ledoyen ne sauve malheureusement pas ce nanar du naufrage! Etonnante réédition!

TECHNIQUE:

4

 

 

 

Techniquement rien à dire, définition et couleurs au top!

BONUS:

1

 

 

Outre la bande annonce, on trouve une courte présentation du film par le réalisateur.

VERDICT:

0.5

 

 

Un nanar à oublier!

Disponible en Bluray (12.99 euros) chez Gaumont dès le 13 juin

 

Critique Dvd: Une Autre Vie

81urLwS82DL._SL1500_

Réalisé par : Emmanuel Mouret

Avec : JoeyStarr , Virginie Ledoyen , Jasmine Trinca …

Durée : 1h35min

Pays de production : France

Année de production : 2013

Titre original : Une autre vie

Distributeur : Pyramide Films

LE FILM: 6/10

Jean, électricien, pose des alarmes dans des demeures du sud de la France. Il y rencontre Aurore, célèbre pianiste. Malgré leurs différences, ils tombent immédiatement amoureux l’un de l’autre et envisagent ensemble une autre vie. Jean veut quitter Dolorès, sa compagne de toujours. Mais celle-ci est prête à tout pour le garder…

Deux ans après l’Art d’aimer, Emmanuel Mouret quitte le marivaudage et la comédie pour un pur mélodrame. Surprenante présence de Joey Starr en électricien qui voit son couple avec Virginie Ledoyen mis en péril par son attirance pour Jasmine Trinca. Si le film ménage quelques surprises et si l’on est maintenu en haleine par l’issue incertaine, le film souffre tout de même de problèmes de rythme et surtout de dialogues trop écrits pour sonner juste. On sent plusieurs fois les comédiens en peine pour faire vivre leurs personnages, ce qui est dommage avec un comédien spontané comme Joey Starr. Pétri d’influences comme Sirk ou Hitchcock, Une Autre Vie passe à côté de quelque chose de grand!

TECHNIQUE: 8/10

Correct pour le support!

BONUS: 7/10

Outre la bande-annonce, on trouve un documentaire de 45 minutes sur la filmographie d’Emmanuel Mouret. Intéressant mais on aurait aimé en savoir un peu plus sur le tournage de ce dernier film!

VERDICT: 6/10

Un mélo à moitié réussi mais avec Jasmine Trinca alors…

Disponible en DVD( 19.99 euros) et bluray (24.99 euros) chez FranceTV Distribution


CRITIQUE DVD: LES ADIEUX A LA REINE

LE FILM: 9/10

En 1789, à l’aube de la Révolution, Versailles continue de vivre dans l’insouciance et la désinvolture, loin du tumulte qui gronde à Paris. Quand la nouvelle de la prise de la Bastille arrive à la Cour, le château se vide, nobles et serviteurs s’enfuient… Mais Sidonie Laborde, jeune lectrice entièrement dévouée à la Reine, ne veut pas croire les bruits qu’elle entend. Protégée par Marie-Antoinette, rien ne peut lui arriver. Elle ignore que ce sont les trois derniers jours qu’elle vit à ses côtés.

Benoît Jacquot a choisi pour son vingtième film de nous parler de Marie-Antoinette à travers le personnage de sa liseuse Sidonie Laborde. Contrairement à Sofia Coppola dans son “Marie Antoinette”, il délaisse le bling-bling et le rose bonbon pour dépeindre une société qui s’écroule. Axant son récit sur 4 jours autour du 14 juillet 1789, il nous raconte l’histoire d’une groupie, Sidonie (incarnée par une sublime Léa Seydoux), aveuglée d’admiration pour sa reine (Diane Kruger dans un de ses meilleurs rôles) qui, elle, n’a d’yeux que pour l’électrique Madame de Polignac (Virginie Ledoyen qu’on avait pas vue depuis longtemps aussi convaincante!). Ce trio autour duquel le film de Jacquot est construit court à une issue totalement mélodramatique dont je ne dévoilerai rien alors que la monarchie s’effondre!

La mise en scène, toute en finesse, de Benoît Jacquot, nous fait entrer dans l’intimité de la Reine, en distillant dès le début une réelle tension, renforcée par la superbe et omniprésente partition de Bruno Coulais. Quant au casting, il réunit le gratin du Cinéma Français avec outre le trio déjà cité, la formidable Noémie Lvovsky, Lolita Chammah, Julie-Marie Parmentier et Xavier Beauvois dans le rôle de Louis XVI.

Un des grands films de 2012 sans aucun doute!

Le DVD propose un rendu tout ce qu’il y a de correct dans la limite du support bien entendu.

LES BONUS: 7/10

Outre la bande-annonce, le DVD propose un montage d’entretiens avec le réalisateur très intéressant mais un peu court et la fameuse scène du plan séquence dans le couloir commentée par Benoit Jacquot! Passionnant!

VERDICT: 8.5/10

L’un des indispensables de l’année!

Disponible en DVD (19,99 euros) et blu-ray (24,99 euros) chez Ad Vitam dès le 18 septembre.

 

CRITIQUE DVD: FIN AOUT DEBUT SEPTEMBRE

Jenny et Gabriel se séparent après des années de vie commune. Il faut revendre  l’appartement, régler des tas de petites choses… et trouver un juste équilibre  avec les amis communs ! Et puis un ami très proche du couple, Adrien, se révèle  très malade. Il a besoin du soutien de ses proches. Une crise nouvelle que vont  devoir affronter Gabriel et Jenny.

Avec Fin Août Début Septembre, Assayas s’essaie au film choral avec une floppée de personnages qui se croisent et s’entrecroisent sur une durée assez courte (1 an) au gré des aventures sentimentales, des ruptures, des amitiés et des aléas du destin! En privilégiant le réalisme, caméra à l’épaule et photo granuleuse, Assayas avait besoin d’un casting convaincant et c’est là le gros point fort du film! Mathieu Amalric, Jeanne Balibar, Virginie Ledoyen, François Cluzet et tous les seconds rôles dont Eric Elmosnino ou Mia Hansen-Love (la future réalisatrice des formidables « le Père de mes Enfants » et « Un Amour de jeunesse » ) sont tous parfaits! Malgré tout le film souffre de quelques longueurs et semble parfois un peu patiner. Malgré ses personnages très attachants, « Fin août début septembre » est  plutôt plaisant mais reste toutefois un film mineur!

Techniquement, le DVD offre une copie tout à fait convenable malgré un grain très important mais volontaire!

Pas de bonus sur cette édition dvd!

NOTE: 7/10

Disponible en DVD (12,99 euros) chez mk2.

 

CRITIQUE DVD: L’EAU FROIDE

LE FILM: 9/10

1972, près de Paris, Christine et Gilles sont élèves de la même classe. Enfants  de parents divorcés, ils sont livrés à eux-mêmes. Si Gilles s’en sort grâce à  ses divers trafics, Christine, elle, est écartelée entre sa mère scientologue,  et son père, honnête quincailler. Elle voudrait retrouver l’équilibre et aimer  Gilles, mais elle sent que le garçon n’est pas assez fort…

Cinquième film d’Olivier Assayas, « L’eau froide » est sans doute l’un des meilleurs films traîtant de la révolte adolescente. Situé au début des années 70, le film d’Assayas dresse le portrait d’un jeune couple d’ados animés de la même rage que les personnages de « Désordre », premier film du réalisateur. Un peu marginaux, Gilles tout en rébellion et Christine, en vraie souffrance psychologique ne trouvent le réconfort qu’ensemble. Ni la société qui les exclue (internat ou hôpital psychiatrique) ni leurs parents (divorcés, scientologues) ne peut les intégrer. Porté par un couple d’acteurs débutants épatants, Virginie Ledoyen et Cyprien Fouquet et une bande originale 70’s absolument géniale, le film d’Assayas n’a pas pris une ride tant la souffrance des ados reste toujours la même. En prime, un plan séquence merveilleux pendant lequel Virginie Ledoyen se coupe les cheveux sur la musique de Janis Joplin! Fabuleux!

Rien à dire sur ce DVD de qualité!

LES BONUS: 9/10

Outre une bande annonce, on trouve les essais des comédiens, et une interview des deux comédiens principaux qui révèle une Virginie Ledoyen vraiment passionnante!

VERDICT: 9/10

Indispensable!

Disponible en DVD (9,99 euros) chez MK2

 

CRITIQUE: LES ADIEUX A LA REINE

En 1789, à l’aube de la Révolution, Versailles continue de vivre dans l’insouciance et la désinvolture, loin du tumulte qui gronde à Paris. Quand la nouvelle de la prise de la Bastille arrive à la Cour, le château se vide, nobles et serviteurs s’enfuient… Mais Sidonie Laborde, jeune lectrice entièrement dévouée à la Reine, ne veut pas croire les bruits qu’elle entend. Protégée par Marie-Antoinette, rien ne peut lui arriver. Elle ignore que ce sont les trois derniers jours qu’elle vit à ses côtés.

Benoît Jacquot a choisi pour son vingtième film de nous parler de Marie-Antoinette à travers le personnage de sa liseuse Sidonie Laborde. Contrairement à Sofia Coppola dans son « Marie Antoinette », il délaisse le bling-bling et le rose bonbon pour dépeindre une société qui s’écroule. Axant son récit sur 4 jours autour du 14 juillet 1789, il nous raconte l’histoire d’une groupie, Sidonie (incarnée par une sublime Léa Seydoux), aveuglée d’admiration pour sa reine (Diane Kruger dans un de ses meilleurs rôles) qui, elle, n’a d’yeux que pour l’électrique Madame de Polignac (Virginie Ledoyen qu’on avait pas vue depuis longtemps aussi convaincante!). Ce trio autour duquel le film de Jacquot est construit court à une issue totalement mélodramatique dont je ne dévoilerai rien alors que la monarchie s’effondre!

La mise en scène, toute en finesse, de Benoît Jacquot, nous fait entrer dans l’intimité de la Reine, en distillant dès le début une réelle tension, renforcée par la superbe et omniprésente partition de Bruno Coulais. Quant au casting, il réunit le gratin du Cinéma Français avec outre le trio déjà cité, la formidable Noémie Lvovsky, Lolita Chammah, Julie-Marie Parmentier et Xavier Beauvois dans le rôle de Louis XVI.

Un des grands films de 2012 sans aucun doute!