CRITIQUE: AMERICAN BLUFF

AMERICAN+BLUFF

  • Réalisé par :  David O. Russell
  • Avec : Christian Bale , Bradley Cooper , Amy Adams …
  • Durée :
    2h17min
  • Pays de production :
     Etats-Unis
  • Année de production :  2014
  • Titre original : American Hustle
  • Distributeur :
    Metropolitan

Entre fiction et réalité, AMERICAN BLUFF nous plonge dans l’univers fascinant de l’un des plus extraordinaires scandales qui ait secoué l’Amérique dans les années 70. 

Un escroc particulièrement brillant, Irving Rosenfeld, et sa belle complice, Sydney Prosser, se retrouvent obligés par un agent du FBI, Richie DiMaso, de nager dans les eaux troubles de la mafia et du pouvoir pour piéger un homme politique corrompu, Carmine Polito. Le piège est risqué, d’autant que l’imprévisible épouse d’Irving, Rosalyn, pourrait bien tous les conduire à leur perte…

Après les excellents Fighter et Happiness Therapy, on attendait beaucoup de cet American Bluff et l’on espérait bien en ressortir bluffés! Force est de reconnaître que l’on en ressort plutôt très frustrés. Avec son action située dans les 70’s, une BO idoine et des travellings vertigineux à la pelle, on se croirait chez Scorsese, à tel point qu’on y croise même De Niro au détour d’une scène. Tant mieux, sauf que l’intrigue, tirée de faits réels, n’a pas grand chose de passionnant, tant des histoires de corruption comme celle-là, on en a vu des tonnes! Quand de surcroît, Russell étire son récit plus que de raison, multipliant les longs tunnels de dialogues, on baille sévère et la pirouette finale ne suffit pas à nous sortir de notre torpeur.

Le plus frustrant là-dedans, c’est que l’excellent casting composé d’habitués du cinéaste (Jennifer Lawrence, Bradley Cooper, Christian Bale, Amy Adams) s’en donne à coeur joie affublé de looks improbables et que quelques scènes sont même carrément jubilatoires. A part ça, bluffant d’ennui…

NOTE: 5/10

CRITIQUE: HAPPINESS THERAPY

Happiness-Therapy-Affiche

La vie réserve parfois quelques surprises…
Pat Solatano a tout perdu : sa maison, son travail et sa femme à cause de son gros problème: il est bipolaire. Il se retrouve même dans l’obligation d’emménager chez ses parents à sa sortie de l’hôpital psychiatrique.
Malgré tout, Pat affiche un optimisme à toute épreuve et est déterminé à se reconstruire et à renouer avec son ex-femme.
Rapidement, il rencontre Tiffany, une jolie jeune femme ayant eu un parcours mouvementé. Tiffany se propose d’aider Pat à reconquérir sa femme, à condition qu’il lui rende un service en retour. Un lien inattendu commence à se former entre eux et, ensemble, ils vont essayer de reprendre en main leurs vies respectives.

Deux ans après nous avoir parlé de famille avec l’excellent The Fighter, David O. Russell revient à un thème similaire mais un traitement différent, celui de la comédie romantique (romcom pour les initiés!).

Toutefois, il évite les lieux communs et donne un cachet très indé au film loin de l’image léchée de productions type Pretty Woman! Ici, l’apparence est très proche du documentaire avec beaucoup de caméra à l’épaule. La grande réussite du film tient en deux points: un scénario très bien écrit avec des dialogues percutants et surtout remarquablement équilibré et un casting absolument parfait ! Jusque là Bradley Cooper n’était qu’un beau gosse de plus dans des films daubesques; ici, c’est une révélation! Concernant Jennifer Lawrence, on la savait déjà excellente et elle confirme tout le bien qu’on pensait d’elle. Quant au grand Bob de Niro, capable du meilleur comme du pire, il est ici époustouflant dans ce rôle de père bourré de tocs et obsédé par les paris sportifs.

Pour les amateurs de numéros d’acteurs, ce film est une bénédiction en plus d’être l’une des meilleures comédies romantiques depuis des lustres!
Ce pourrait bien être le hit de la prochaine cérémonie des Oscars!

NOTE:8/10