Critique Bluray: L’Atelier

612vcdnEaPL._SL1000_.jpg

Réalisation Laurent Cantet
Scénario Robin Campillo
Laurent Cantet
Sociétés de production Archipel 35 / Archipel 33
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre drame
Durée 113 minutes
Sortie 11 Octobre 2017

LE FILM:

4.5

La Ciotat, été 2016. Antoine a accepté de suivre un atelier d’écriture où quelques jeunes en insertion doivent écrire un roman noir avec l’aide d’Olivia, une romancière connue. Le travail d’écriture va faire resurgir le passé ouvrier de la ville, son chantier naval fermé depuis 25 ans, toute une nostalgie qui n’intéresse pas Antoine. Davantage connecté à l’anxiété du monde actuel, il va s’opposer rapidement au groupe et à Olivia, que la violence du jeune homme va alarmer autant que séduire.

Avec l’Atelier, le Palmé Laurent Cantet (Entre les murs) réalise son 7ème film. Il réunit comme dans la Palme d’Or un groupe de jeunes. Ces jeunes désoeuvrés participent à un atelier d’écriture avec une romancière renommée. Parallèlement, c’est aussi la confrontation d’une actrice professionnelle, Marina Foïs, avec un casting de jeunes amateurs. Passionnant dans son analyse des rapports des jeunes entre eux mais aussi dans la relation entre Olivia, la romancière, et le jeune Antoine, adolescent aux idées extrêmistes, le film de Cantet est à la fois bouillonnant et désenchanté. Et autrement plus maîtrisé qu' »Entre les murs »!

TECHNIQUE:

4.5

Rien à dire!

BONUS:

2.5

On trouve ici une longue interview du réalisateur et deux courtes interviews de Marina Foïs et du jeune interprète d’Antoine. On aurait aimé voir l’équipe au travail…

VERDICT:

4.5

Un beau film désenchanté sur la jeunesse!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (24.99 euros) chez Blaq Out dès le 7 mars

Publicités

Critique: Irréprochable

002350.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Réalisation Sébastien Marnier
Scénario Sébastien Marnier
Acteurs principaux
Sociétés de production Avenue B Productions
Orange studio
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Thriller
Durée 103 minutes
Sortie 6 juillet 2016

Sans emploi depuis un an, Constance revient dans sa ville natale quand elle apprend qu’un poste se libère dans l’agence immobilière où elle a démarré sa carrière, mais son ancien patron lui préfère une autre candidate plus jeune. Constance est alors prête à tout pour récupérer la place qu’elle estime être la sienne.

Parfois l’été cinématographique réserve, au milieu d’une masse de blockbusters, quelques jolies surprises pour les audacieux qui sauront éviter les facilités. En ce mois de juillet, la surprise du chef vient de ce premier film de Sébastien Marnier, « Irréprochable » qui porte vraiment bien son titre tant ce coup d’essai est réussi. Entre le drame social et le thriller psychologique, le film navigue habilement grâce tout d’abord à un scénario finement ciselé et non dépourvu de surprises. La mise en scène de Sébastien  Marnier se montre quant à elle d’une étonnante maîtrise pour un premier long et si l’on pense inévitablement à Hitchcock ou Polanski avec ce personnage féminin énigmatique, les maîtres ne sont jamais singés mais ont juste nourri le disciple. Côté interprétation, Marina Foïs offre sa plus belle performance avec ce personnage tout à la fois attachant, émouvant qu’inquiétant. Pour finir, Zombie Zombie nous offre une bande originale électro totalement en osmose avec le projet et qui n’est pas sans évoquer les musiques de John Carpenter. Bref, la surprise de ce début d’été et pourquoi pas de l’année!

4.5

 

Critique Dvd: 3 X Manon

61mqjliD3IL._SL1000_

  • Série dramatique (2014)
  • Acteurs principaux :
    Alba-Gaïa Bellugi, Marina Foïs, Yannick Choirat, Alix Poisson, Oulaya Amamra, Léa Rougeron, Maryne Cayon, Claire BOUANICH, Jisca Kalvenda
  • Titre original
    3 X Manon
  • Durée :
    0h52mn
  • 1 saison(s) / 3 episode(s)

LA SERIE:

4

Manon, une adolescente tourmentée de 15 ans, vit avec sa mère dans une HLM. Une nuit, au cours d’une crise de boulimie, elle plante un couteau dans le ventre de sa mère. Miraculeusement sauve, celle-ci est hospitalisée quelques jours. Parallèlement, le juge pour enfants saisi de l’affaire oriente Manon vers un centre éducatif fermé. Tout en découvrant les rigueurs de l’institution, Manon affronte les clans des pensionnaires du centre. Notamment Lola, visiblement chef de bande qui, en compagnie de ses complices, cache du cannabis sous le lit de Manon pour la mettre en difficulté avec les autorités…

On connaissait Jean Xavier de Lestrade pour ses documentaires (le Coupable idéal…); c’est à la fiction qui s’attaque maintenant par le biais de cette mini série pour Arte. Durant près de trois heures, il nous plonge avec toute sa puissance documentaire dans la vie d’une adolescente étouffée par l’amour excessif de sa mère. Après que Manon eut failli commettre l’irréparable sur sa mère, elle se retrouve en centre éducatif fermé pendant 6 mois. Pendant cette période, elle devra apprendre à identifier sa colère et la gérer et donner un sens à sa vie. Sans jamais juger ni expliquer, De Lestrade se contente de montrer toute la douleur et la difficulté de ces adolescentes à vivre cette période de transition. Porté par de merveilleux comédiens dont la Alba-Gaïa Bellugi, mélange de fragilité et de violence qui n’est pas sans rappeler Charlotte Gainsbourg à ses débuts, cette mini-série bouleversante prouve que Arte a tout compris au format!

TECHNIQUE:

4

Tout va bien!

BONUS:

Pas de bonus.

VERDICT:

4

A voir absolument!

Disponible en DVD (14.99 euros) chez Editions Montparnasse dès le 6 janvier

Critique: Tiens-Toi Droite

570099.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

  • Date de sortie :
    26 novembre 2014
  • Réalisé par :
    Katia Lewkowicz
  • Avec :
    Marina Foïs, Noémie Lvovsky, Laura Smet…
  • Durée :
    1h34min
  • Pays de production :
    France
  • Année de production :  2014
  • Distributeur :
    Wild Bunch

Louise, Sam, Lili. Trois femmes qui ne se connaissent pas mais dont la volonté farouche d’évolution va les faire se rencontrer, se rejoindre, se juxtaposer.
C’est l’histoire de Louise qui quitte le pressing de famille pour travailler dans une grande entreprise de fabrication de poupée où l’a pistonnée son amant.
De Lili, Miss Nouvelle-Calédonie, qui fait la rencontre d’un riche industriel.
De Sam, mère de famille nombreuse, qui décide de prendre son indépendance.
Il y a la pression de leurs mères, de leurs sœurs, de leurs amies.
Il y a leurs hommes qui disparaissent. Il y a leurs filles qui les regardent, les imitent.
Et il y a la conception de ce nouveau modèle de poupée, enfin à l’image de la femme.
Mais est-ce le modèle qui doit s’adapter à la femme ou l’inverse ?

Trois ans après « Pourquoi tu pleures », voici le second long métrage de Katia Lewkowicz, « tiens-toi droite ». Film gigogne, « Tiens-toi droite » propose de suivre trois portraits de femmes dont le chemin finira par se croiser. Sur la forme, la structure est donc un peu éclatée, la réalisatrice nous faisant passer de l’une à l’autre avec une issue assez rapidement prévisible. Si l’ambition du projet, alerter sur la place de la femme dans la société et les obstacles extérieurs ou psychologiques à leur évolution, est plus que louable, le film peine à enthousiasmer. En cause des personnages peu sympathiques et pas très bien écrits: Louise ne vit que pour le travail et pour s’imposer dans un monde d’hommes; Sam essaie de se sortir de son rôle déprimant de mère de famille; quant à Lili, un peu nympho, elle n’existe que par son physique.

Si quelques situations font mouche et si les actrices s’en tirent plutôt bien, c’est l’ennui qui domine malgré l’audace du propos! Dommage…

2

 

L’HOMME QUI VOULAIT VIVRE SA VIE (2009)

Paul Exben a tout pour être heureux: une belle situation, une femme, deux enfants et une belle maison. Mais quelque chose l’en empêche. Il est persuadé que sa femme a une liaison et il a raison. Alors qu’il rencontre l’amant, les esprits s’échauffent et Paul le tue involontairement. Il décide de garder l’accident sous silence et de disparaître sous l’identité du mort…

Adapté d’un roman de Douglas Kennedy, le film est réalisé par Eric Lartigau plus connu pour avoir réalisé « Mais qui a tué Pamela Rose » et « prête-moi ta main » deux comédies à l’univers bien éloigné de ce drame très noir. Je ne me hasarderais pas à vous parler de la qualité de l’adaptation, n’ayant pas lu le livre. Mais tout ce que je peux vous dire est que je n’ai pas, mais alors pas aimé du tout ce que j’ai vu! Truffé d’incohérences et d’invraisemblances, le scénario ne parvient jamais à accroché le spectateur. Hormis le fait qu’on nous sert encore une fois la vie d’un jeune bobo qui malgré tout ce qu’il a, se gratte quand même la tête, la mise en scène est assez irréprochable. Mais Dès le moment où le personnage principal commet l’irréparable, on sombre dans le n’importe quoi ( avec quelle facilité on élimine quelqu’un et on lui prend son identité! Ca laisse rêveur!)et l’on peine à comprendre les motivations du personnage! Mais qu’est-ce qu’il va donc foutre au Montenegro et qu’est ce que c’est que cette histoire de clandestins?

Cerise sur le gâteau: la diction plus qu’approximative de Romain Duris demande une concentration épuisante pour parvenir à saisir tout ce qui s’échappe de sa bouche! Pourquoi un tel succès? Mystère…