CRITIQUE DVD: EL ESTUDIANTE

51N9AS72XXL

  • Réalisé par :  Santiago Mitre
  • Avec :
    Esteban Lamothe, Romina Paula, Ricardo Felix…
  • Durée :
    1h50min
  • Pays de production :
     Argentine
  • Année de production :  2011
  • Titre original : El Estudiante
  • Distributeur :
    Epicentre Films

LE FILM: 7.5/10

Roque Espinosa, jeune provincial, arrive à Buenos Aires pour poursuivre ses études à l’université. Il n’est pas très motivé et passe son temps à errer dans la fac, se faire de nouveaux amis et séduire les filles. L’une d’elles, Paula, une enseignante va l’initier au militantisme. Il commence à participer activement aux réunions et à se lier avec les autres membres du syndicat étudiant. Il rencontre Alberto Acevedo, ancien politique retiré; à ses côtés, il apprend vite les codes et devient un leader, il a trouvé sa voie ….

Pour un premier film, El Estudiante est étonnant de maîtrise. Le jeune Santiago Mitre nous plonge dans le militantisme étudiant mais à la manière d’un John Le Carré! On suit la progression du héros avec méfiance tant il semble ne pouvoir se fier à personne: mensonges, bassesses, chausses-trappes et autres tromperies vont se mettre en travers de son ascension. Passionnant!

TECHNIQUE: 8/10

Une copie irréprochable!

BONUS: 7/10

Outre une galerie photos, une biographie du réalisateur et la bande-annonce, on trouve également une interview du réalisateur et de la productrice.

VERDICT: 7.5/10

Un premier film très prometteur!

Disponible en DVD (16.99 euros) chez Epicentre Films


KABOOM (2010)

Smith est étudiant et couche avec la délurée London. Mais son colocataire Thor, un surfer peroxydé complètement crétin, ne le laisse pas insensible. Un soir de beuverie, le destin de Smith bascule: il découvre un terrible complot fomenté par une secte dont le gourou n’est autre que son père…

Ne connaissant pas du tout le cinéma de Gregg Araki et l’ayant raté au dernier festival de Deauville, je profitai des places gentiment offertes par Wild Bunch pour combler cette énorme lacune. D’autant que la critique est unanime concernant ce film…

Hum, Hum! Comment dire? Je me sens terriblement vieux voire complètement hors du coup! Durant la première partie, j’ai pensé « admettons, la jeunesse d’aujourd’hui est comme ça: on couche avec tout le monde, garçon comme fille, on boit, on mange des gâteaux aux vertus hallucinogènes… »! Pourquoi pas? Voilà une véritable étude sociologique à laquelle se livre Araki! Passée cette partie accompagnée de quelques gags niveau collège, le film prend un accent lynchien avec ces personnages recouverts de masques d’animaux mais ça vire vite au grand n’importe quoi. Cette histoire de secte qui nous mène à la fin du monde est expédiée vite fait mal fait et quand le générique apparaît, mon sentiment est d’avoir vraiment perdu 1h30. Mais bon, apparemment, c’est le must de la branchitude d’adorer ce film!