KABOOM (2010)

Smith est étudiant et couche avec la délurée London. Mais son colocataire Thor, un surfer peroxydé complètement crétin, ne le laisse pas insensible. Un soir de beuverie, le destin de Smith bascule: il découvre un terrible complot fomenté par une secte dont le gourou n’est autre que son père…

Ne connaissant pas du tout le cinéma de Gregg Araki et l’ayant raté au dernier festival de Deauville, je profitai des places gentiment offertes par Wild Bunch pour combler cette énorme lacune. D’autant que la critique est unanime concernant ce film…

Hum, Hum! Comment dire? Je me sens terriblement vieux voire complètement hors du coup! Durant la première partie, j’ai pensé « admettons, la jeunesse d’aujourd’hui est comme ça: on couche avec tout le monde, garçon comme fille, on boit, on mange des gâteaux aux vertus hallucinogènes… »! Pourquoi pas? Voilà une véritable étude sociologique à laquelle se livre Araki! Passée cette partie accompagnée de quelques gags niveau collège, le film prend un accent lynchien avec ces personnages recouverts de masques d’animaux mais ça vire vite au grand n’importe quoi. Cette histoire de secte qui nous mène à la fin du monde est expédiée vite fait mal fait et quand le générique apparaît, mon sentiment est d’avoir vraiment perdu 1h30. Mais bon, apparemment, c’est le must de la branchitude d’adorer ce film!

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s