Critique: l’Heure de la Sortie (les Arcs Film Festival hors compétition)

1113296.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Réalisation Sébastien Marnier
Scénario Élise Griffon

Sébastien Marnier

Acteurs principaux
Sociétés de production Avenue B Productions
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre thriller
Durée 103 minutes
Sortie 9 janvier 2019

Lorsque Pierre Hoffman intègre le prestigieux collège de Saint Joseph il décèle, chez les 3e 1, une hostilité diffuse et une violence sourde. Est-ce parce que leur professeur de français vient de se jeter par la fenêtre en plein cours ? Parce qu’ils sont une classe pilote d’enfants surdoués ? Parce qu’ils semblent terrifiés par la menace écologique et avoir perdu tout espoir en l’avenir ? De la curiosité à l’obsession, Pierre va tenter de percer leur secret…

IMG_0691.jpg

Une petite salle de classe avec une douzaine d’élèves en pleine interro, une chaleur écrasante, le professeur qui s’approche lentement de la fenêtre, puis se jette… C’est ainsi que débute le second film de Sébastien Marnier à qui l’on doit le déjà très prometteur « Irréprochable« . Ces élèves constituent une classe expérimentale d’EIP (élèves intellectuellement précoces) et dégagent d’emblée une certaine étrangeté. Le professeur suppléant (Laurent Lafitte) s’en rendra vite compte, ressentant d’entrée un complexe d’infériorité face à cette classe empreinte de noirceur, sûre de sa force. Située dans une ville de banlieue où la verdure semble menacée par deux cheminées d’une centrale nucléaire, « l’Heure de la sortie » porte la patte d’un cinéaste déjà entrevue dans son précédent long. Les influences sont nombreuses: si les élèves évoquent « le Village des Damnés » de Wolf Rilla ou les jeunes du « Ruban Blanc » d’Haneke,  c’est encore à Polanski que l’on pense, notamment celui de « Répulsion » où la paranoïa s’installe, perturbant l’équilibre de la vie du jeune professeur. Réflexion sur les peurs adolescentes, la menace environnementale, « l’Heure de la Sortie » questionne aussi sur le regard sur la différence. Mis en scène avec une maîtrise parfaite, le second film de Sébastien Marnier (qui travaille sur ce projet depuis 2002!) bénéficie d’une magistrale interprétation de Laurent Lafitte, toute en mystère et en intériorité, d’un casting d’ailleurs parfait dans son ensemble, et de la BO incroyable de Zombie Zombie (bientôt disponible en vinyle!!!). « L’Heure de la Sortie » est donc pour le réalisateur un second round qui va vous mettre KO! Bravo et vivement la suite!

5

Publicités

Critique: Downsizing

3443617.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Titre original Downsizing
Réalisation Alexander Payne
Scénario Alexander Payne
Jim Taylor
Acteurs principaux
Sociétés de production Ad Hominem Enterprises
Annapurna Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie dramatique
Durée 135 minutes
Sortie 10 Janvier 2018

Pour lutter contre la surpopulation, des scientifiques mettent au point un processus permettant de réduire les humains à une taille d’environ 12 cm : le « downsizing ». Chacun réalise que réduire sa taille est surtout une bonne occasion d’augmenter de façon considérable son niveau de vie. Cette promesse d’un avenir meilleur décide Paul Safranek  et sa femme à abandonner le stress de leur quotidien à Omaha (Nebraska), pour se lancer dans une aventure qui changera leur vie pour toujours.

Quatre ans après son Nebraska, road movie familial tourné en noir et blanc, Alexander Payne est de retour avec une fable SF des plus ambitieuses. A travers « Downsizing », Payne compte émettre une critique de son pays et de ses dérives consuméristes. Durant une première demi-heure des plus séduisantes, on suit Paul Safranek et sa femme, couple middle-class qui envisage de se faire « rétrécir », procédé qui permet non seulement de réduire les dépenses énergétiques (moins besoin d’eau, d’électricité, de viande…) mais aussi de s’enrichir! Tout est en effet moins cher réduit à l’échelle des poupées! Malheureusement, passée cette première demi-heure, le film s’embourbe, le rythme s’effondre, et l’intrigue sentimentale détourne le projet de son ambition initiale. Quant au final et le message présentant les écolos comme une secte, on a du mal à comprendre ce qu’a voulu nous dire Payne… On passe clairement à côté de quelque chose de grand et l’on s’ennuie ferme!

2

 

CRITIQUE DVD: SOUS LES PAVES, LA TERRE

Si vos bonnes résolutions pour cette nouvelle année concernent l’environnement, voici un DVD à se procurer dès le 3 janvier aux Editions Montparnasse.

« Sous les pavés, la Terre » divisé en trois parties, a l’ambition de nous présenter des solutions concernant l’habitat, l’agriculture ou les transports pour sauver notre planète si mal en point. Les réalisateurs donnent la parole tantôt à des anonymes qui ont changé leur mode de fonctionnement tantôt à des personnalités comme José Bové, Hubert Reeves ou encore Pierre Rabhi. On y découvre des moyens de construire sa maison entièrement en produits naturels (terre, foin…), d’utiliser des énergies entièrement gratuites, on  y parle de réhabiliter les dirigeables comme moyen de transport ou encore d’une nouvelle agriculture respectueuse de l’environnement.

Malgré des propositions souvent utopiques, cet excellent documentaire a le mérite de nous faire nous interroger sur notre société et sur les méfaits du libéralisme total ainsi que sur notre mode de vie. Un doc utile qui se suffit à lui-même d’où l’absence de bonus.

En dvd le 3 janvier au prix de 15 euros!