Critique: Mauvaises Herbes

0767946.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre original : Mauvaises herbes
Réalisation : Kheiron
Scénario : Kheiron
Décors : Stanislas Reydellet
Costumes : Karen Serreau-Muller
Photographie : Jean-Paul Agostini
Son : Frédéric de Ravignan, Fabien Devillers
Montage : Anny Danché, Alexandre Fleurant
Production : Simon Istolainen
Sociétés de production : Paiva Films
Sociétés de coproduction : StudioCanal, Mars Films, M6 Films
Société de distribution : Mars Films
Budget :
Pays d’origine : France
Langue originale : français
Format : couleur – 2.35:1 – son Dolby Digital
Genre : comédie dramatique
Durée :
Dates de sortie :
France : 21 novembre 2018

Waël, un ancien enfant des rues, vit en banlieue parisienne de petites arnaques qu’il commet avec Monique, une femme à la retraite qui tient visiblement beaucoup à lui.
Sa vie prend un tournant le jour où un ami de cette dernière, Victor, lui offre, sur insistance de Monique, un petit job bénévole dans son centre d’enfants exclus du système scolaire.
Waël se retrouve peu à peu responsable d’un groupe de six adolescents expulsés pour absentéisme, insolence ou encore port d’arme.
De cette rencontre explosive entre « mauvaises herbes » va naître un véritable miracle.

Après « Nous trois ou rien » où il racontait ses origines et notamment l’histoire de ses parents, l’humoriste Kheiron utilise son passé d’éducateur pour sa nouvelle fiction. Waël, jeune des banlieues vivant de combines en tous genres, se retrouve propulsé éducateur auprès de six jeunes en difficulté. Autour de lui, André Dussolier incarne le directeur de l’asso à la recherche de l’éducateur parfait et Catherine Deneuve la « mère adoptive » de Waël, prête à l’aider dans ses combines pour mieux le protéger. S’il s’agissait d’un film social au sens pur, ces « Mauvaises herbes » souffriraient d’un excès de bons sentiments. Mais c’est bien d’une comédie de Kheiron dont il s’agit et cette bienveillance poussée à l’extrême semble bien être sa marque de fabrique. On lui pardonne aisément d’autant que les dialogues sont souvent très drôles, que ses comédiens semblent s’amuser comme des petits fous (étonnante Catherine Deneuve), qu’il fait preuve d’une réelle volonté de proposer du Cinéma  et que le film fait beaucoup de bien! Et en ces temps troublés, il serait dommage de s’en priver!

4

Publicités

Critique Bluray: Courage Fuyons

61sabrA06+L._SL1000_.jpg

Titre original Courage fuyons
Réalisation Yves Robert
Scénario Jean-Loup Dabadie
Yves Robert
Acteurs principaux
Sociétés de production Gaumont International
Les Productions de la Guéville
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie romantique
Durée 100 minutes (h 40)
Sortie 17 octobre 1979

LE FILM:

4

Lâche depuis sa plus tendre enfance, Martin Belhomme, pharmacien quadragénaire, vit sous la domination de son épouse Mathilda et de son frère Frankie, un horrible avare. Mais au terme de cette vie monotone, survient mai 68, et sa lâcheté va paradoxalement le conduire dans une folle aventure, loin des siens, avec Eva, ravissante blonde chanteuse dans un cabaret d’Amsterdam. Dès lors, il fera tout son possible pour séduire la belle, et passer pour un aventurier à ses yeux.

Le duo Robert/Labadie fait à nouveau équipe pour une comédie très plaisante sur la couardise d’un personnage qui aura passé sa vie à fuir, reculer, devant les obstacles. Dans la peau de Martin Belhomme, on se régale de retrouver l’immense Jean Rochefort, irrésistible qui va pourtant devoir se retrousser les manches pour séduire la belle Mathilda, incarnée par Catherine Deneuve. Drôle et plein de fantaisie, « Courage fuyons » n’est peut-être pas du niveau des « éléphant » mais constitue un divertissement de très haute volée!

TECHNIQUE:

4

Une très belle copie bien définie, qui ne fait pas son âge!

BONUS:

1.5

On trouve ici deux interviews d’Yves Robert et Jean-Loup Dabadie, un peu succintes mais intéressantes!

VERDICT:

4

Un quatuor Robert/Dabadie/Rochefort/Deneuve, ça ne se refuse pas!

Disponible en bluray (14.99 euros) chez Gaumont

Critique Bluray: l’Agression

61t-4LTqkFL._SL1100_

LE FILM:

3

Un homme se consacre à venger sa femme et sa fille qui ont été violées et assassinées par un groupe de motards sur l’autoroute des vacances.

Si Gérard Pirès s’est fait connaître du grand public avec « Taxi » en 1998, il a toutefois commencé sa carrière de réalisateur en 1968 avec « Erotissimo ». C’est en 1974 qu’il réalise son quatrième film, « l’agression » avec un trio d’acteurs de gros calibre: Jean-Louis Trintignant, Catherine Deneuve et Claude Brasseur. Si le scénario ne vole pas bien haut, frôlant même parfois le ridicule, le film sort en pleine mode des Vigilante Movies façon « Justicier de Minuit » où un individu se venge par le sang, généralement d’un crime qui l’a privé de sa femme et/ou de ses enfants. C’est le cas ici du personnage incarné par Trintignant qui va chercher à éliminer ceux qu’il croit coupables du meurtre et du viol de sa femme et sa fille. A voir pour les performances de Trintignant en justicier, Deneuve en belle-soeur coquine et Brasseur en serveur facho; accessoirement pour rire du rôle ridicule de Charlebois!

TECHNIQUE:

3.5

Une copie correcte avec un grain assez prononcé.

BONUS:

0.5

Seul bonus, une courte interview d’époque de Trintignant sur le plateau.

VERDICT:

3

Un vigilante movie à la Française!  Curieux…

Disponible en Bluray (12.99) chez Gaumont dès le 24 février

Jeu Concours: 3 DVD de « La Tête Haute » à gagner(jeu terminé)

41RTuWjkBWL

A l’occasion de la sortie en vidéo de « la Tête Haute » le 30 septembre, CINEDINGUE et WILD SIDE VIDEO sont heureux de vous offrir 3 DVD du film. Pour gagner, il suffit de répondre correctement aux questions avant le 14 octobre; un tirage au sort désignera les gagnants parmi les bonnes réponses.

Synopsis :

« Le parcours éducatif de Malony, de six à dix-huit ans, qu’une juge des enfants et un éducateur tentent inlassablement de sauver. »

Critique Bluray: Peau d’Ane

81aKJ6-zeqL._SL1500_

  • Réalisé par :
    Jacques Demy
  • Avec :
    Catherine DeneuveJean MaraisJacques Perrin
  • Durée :
    1h40min
  • Pays de production :
    français
  • Année de production :  1970
  • Distributeur :
    CIC/1987 : CINE – MAG/2003 : CINE TAMARIS

LE FILM:

4.5

Un roi devenu veuf, décide d’épouser sa propre fille. Celle-ci se tourne vers sa marraine, la Fée des Lilas qui lui conseille d’imposer au roi des conditions irréalisables. Mais au grand désespoir de la princesse, ce dernier réussit à répondre à tous les caprices de sa fille. Elle décide alors de s’enfuir, recouverte de la peau d’un âne, et de vivre une vie modeste…

Après « les Parapluies de Cherbourg » et « les Demoiselles de Rochefort« , Jacques Demy adapte un conte de Perrault, Peau d’Ane. S’il n’ y a pas ici de scènes chorégraphiées, on y retrouve des passages chantés dont la fameuse « recette du cake d’amour », le même travail sur la couleur mais aussi des références à l’univers de Cocteau (la présence de Jean Marais n’est sûrement pas innocente)! Un classique qui s’adresse à toute la famille!

TECHNIQUE:

4

Une copie vraiment splendide avec des couleurs et une définition exemplaires. Seul un léger grain à certains moments persiste sans gâcher le plaisir de visionnage.

BONUS: non testés

N’ayant reçu que le bluray du film, je ne pourrai pas vous en dire plus. Toutefois, on trouve tout plein de choses dans ce coffret indispensable à Noël:

– le Blu-ray du film
– le DVD du film
– la copie digitale du film
– 1 DVD de bonus
– le scénario original annoté par Jacques Demy (112 pages)
– le livre pour enfants (144 pages)
– livret de 60 pages
– le CD-audio de la bande originale du film
– 1 45 tours vinyle collector
DVD bonus :
Sur le tournage avec Jacques Demy et ses acteurs
Film Super 8 du tournage à Chambord, par Agnès Varda
Extraits de L’Univers de Jacques Demy d’Agnès Varda (1993-1995) durée 7’14
« Une productrice passionnée : Mag Bodard » (3’51 »)
Jacques Demy et Catherine Deneuve font la promotion du film dans le sud de la France
Le film vu par Rosalie Varda
À propos du film, texte de Jean-Pierre Berthomé lu par Mathieu Demy
Peau d’âne et les penseurs (16’40 ») :
– Lucille Durrmeyer et Jean-Claude Polack, psychanalystes
– Camille Taboulay, critique ayant écrit sur Jacques Demy
– Liliane Picciola, spécialiste de la littérature du XVIIe
Bande-annonce originale (1970) et de la ressortie en salles (2014)
Le petit Peau d’âne illustré (10’57 »)
« Peau d’âne » raconté par des enfants (8’12 ») :
– Le récit chronologique du conte par une trentaine d’enfants
– Leurs dessins, leurs commentaires
– Leur imitation du perroquet chantant
« Peau de bique » (Claire Brétécher – 2’35 »)
Court métrage : « Peau d’âne » (Albert Capellani – 1908 – Film muet – 14’45 ») avec option commentée par des enfants
Jeu : « La princesse en chemise » (il faut l’habiller)
Les chansons du film (18’59 ») :
– Amour, amour
– Conseils de la Fée des Lilas (karaoké)
– Les insultes
– Chanson du Prince
– Recette pour un cake d’amour (karaoké)
– Rêves secrets d’un prince et d’une princesse (karaoké)
– Le massage des doigts

VERDICT:

4.5

Le cadeau de Noël idéal à faire ou à se faire!

Disponible en coffret édition limitée (99.99 euros) chez Arte Editions

Critique: L’Homme qu’on aimait trop

affiche

 

  • Réalisé par :
    André Téchiné
  • Avec :
    Guillaume Canet, Catherine Deneuve, Adèle Haenel…
  • Durée :
    1h56min
  • Pays de production :
    France
  • Année de production :  2014
  • Distributeur :
    Mars Distribution

1976. Après l’échec de son mariage, Agnès Le Roux rentre d’Afrique et retrouve sa mère, Renée, propriétaire du casino Le Palais de la Méditerranée à Nice. La jeune femme tombe amoureuse de l’homme de confiance de Renée, Maurice Agnelet, un avocat de dix ans son aîné. Maurice a d’autres liaisons. Agnès l’aime à la folie. Actionnaire du Palais de la Méditerranée, Agnès veut vendre sa part de l’héritage familial pour voler de ses propres ailes. Une partie truquée siphonne les caisses de la salle de jeux. On menace Renée. Derrière ces manœuvres guerrières plane l’ombre de la mafia et de Fratoni le patron du casino concurrent qui veut prendre le contrôle du Palais de la Méditerranée. Tombé en disgrâce auprès de Renée, Maurice met en relation Agnès avec Fratoni qui lui offre trois millions de francs pour qu’elle vote contre sa mère. Agnès accepte le marché. Renée perd le contrôle du casino. Agnès supporte mal sa propre trahison. Maurice s’éloigne. Après une tentative de suicide, la jeune femme disparaît à la Toussaint 1977. On ne retrouvera jamais son corps. Trente ans après, Maurice Agnelet demeure l’éternel suspect de ce crime sans preuve ni cadavre. Convaincue de sa culpabilité, Renée se bat pour qu’il soit condamné…

Tout comme avec la Fille du RER, Téchiné s’empare d’un fait divers. Ici, l’homme qu’on aimait trop, c’est Maurice Agnelet, un avocat séducteur, homme à femmes et homme d’argent qui sema la zizanie dans la famille Le Roux, jusqu’à la disparition inexpliquée de la fille Agnès. Téchiné ne choisit pas l’angle du film policier mais construit une tragédie, par petites touches comme il sait si bien le faire. Pour décrire ses personnages au plus juste, sans manichéisme, il étire son récit, nous rendant témoins d’une manipulation mentale progressive. Seul bémol, l’impression de certaines longueurs que le quart d’heure final (le procès), parfaitement inutile puisque redondant, ne fait que renforcer, d’autant que l’on n’échappe pas aux grimages ridicules de Deneuve et Canet qui font d’ailleurs paraître le second plus âgé que la première! Le trio d’acteurs est par contre à son summum, avec notamment une Adèle Haenel qui confirme de film en film son statut de grande actrice en devenir!

NOTE: 7/10

Jeu Concours: 5×2 places à gagner pour « l’Homme qu’on aimait trop »(jeu terminé)

affiche

A l’occasion de la sortie en salles de « l’Homme qu’on aimait trop », le 16 juillet, CINEDINGUE est heureux de vous offrir 5×2 places pour découvrir le film. Pour gagner, il vous suffit de répondre correctement aux questions avant le 16 juillet; un tirage au sort désignera les gagnants parmi les bonnes réponses.