Critique: Mauvaises Herbes

0767946.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre original : Mauvaises herbes
Réalisation : Kheiron
Scénario : Kheiron
Décors : Stanislas Reydellet
Costumes : Karen Serreau-Muller
Photographie : Jean-Paul Agostini
Son : Frédéric de Ravignan, Fabien Devillers
Montage : Anny Danché, Alexandre Fleurant
Production : Simon Istolainen
Sociétés de production : Paiva Films
Sociétés de coproduction : StudioCanal, Mars Films, M6 Films
Société de distribution : Mars Films
Budget :
Pays d’origine : France
Langue originale : français
Format : couleur – 2.35:1 – son Dolby Digital
Genre : comédie dramatique
Durée :
Dates de sortie :
France : 21 novembre 2018

Waël, un ancien enfant des rues, vit en banlieue parisienne de petites arnaques qu’il commet avec Monique, une femme à la retraite qui tient visiblement beaucoup à lui.
Sa vie prend un tournant le jour où un ami de cette dernière, Victor, lui offre, sur insistance de Monique, un petit job bénévole dans son centre d’enfants exclus du système scolaire.
Waël se retrouve peu à peu responsable d’un groupe de six adolescents expulsés pour absentéisme, insolence ou encore port d’arme.
De cette rencontre explosive entre « mauvaises herbes » va naître un véritable miracle.

Après « Nous trois ou rien » où il racontait ses origines et notamment l’histoire de ses parents, l’humoriste Kheiron utilise son passé d’éducateur pour sa nouvelle fiction. Waël, jeune des banlieues vivant de combines en tous genres, se retrouve propulsé éducateur auprès de six jeunes en difficulté. Autour de lui, André Dussolier incarne le directeur de l’asso à la recherche de l’éducateur parfait et Catherine Deneuve la « mère adoptive » de Waël, prête à l’aider dans ses combines pour mieux le protéger. S’il s’agissait d’un film social au sens pur, ces « Mauvaises herbes » souffriraient d’un excès de bons sentiments. Mais c’est bien d’une comédie de Kheiron dont il s’agit et cette bienveillance poussée à l’extrême semble bien être sa marque de fabrique. On lui pardonne aisément d’autant que les dialogues sont souvent très drôles, que ses comédiens semblent s’amuser comme des petits fous (étonnante Catherine Deneuve), qu’il fait preuve d’une réelle volonté de proposer du Cinéma  et que le film fait beaucoup de bien! Et en ces temps troublés, il serait dommage de s’en priver!

4

Publicités

Critique Bluray: Nous trois ou rien

71El6qosT5L._SL1100_.jpg

Réalisation Kheiron Tabib
Scénario Kheiron Tabib
Acteurs principaux
Sociétés de production Adama Pictures
Ali n’ Productions
M6 Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Durée 102 minutes
Sortie 4 novembre 2015

LE FILM:

4

D’un petit village du sud de l’Iran aux cités parisiennes, Kheiron nous raconte le destin hors du commun de ses parents Hibat et Fereshteh, éternels optimistes, dans une comédie aux airs de conte universel qui évoque l’amour familial, le don de soi et surtout l’idéal d’un vivre-ensemble.

Au milieu d’une actualité déprimante où l’être humain stigmatise les migrants, la sortie de ce film est salvatrice. L’humoriste Kheiron y raconte, dans son premier film en tant que réalisateur, l’itinéraire incroyable de ses parents. On découvre Hibat, farouche opposant au Shah d’Iran, ce qui lui vaudra  7 ans de prison, sa rencontre avec Fereshteh, leur fuite forcée et leur arrivée en France ainsi que leur intégration plus que réussie. Si le sujet est grave et quelques scènes sont emplies d’émotion, Kheiron injecte toujours la bonne dose d’humour pour dédramatiser et alléger le propos. Si l’on est forcément séduit par les personnages, attachants, et leurs interprètes (Kheiron lui-même dans le rôle de son père, Leila Bekhti, Gérard Darmon et Zabou dans le rôle des beaux-parents…), on ne peut qu’être agréablement surpris par l’écriture très fine et la mise en scène très maîtrisée pour un premier film. Un galop d’essai prometteur et vraiment réjouissant!

TECHNIQUE:

4.5

Parfait! Très beau piqué et de jolies couleurs!

BONUS:

0.5

Une bande annonce et quelques réactions de spectateurs après une avant-première! Dommage…

VERDICT:

4

Une édition dépouillée pour le premier film le plus emballant de l’année!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez Gaumont dès le 9 mars

Critique: Nous Trois ou Rien

328187.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Réalisation Kheiron Tabib
Scénario Kheiron Tabib
Acteurs principaux
Sociétés de production Adama Pictures
Ali n’ Productions
M6 Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Durée 102 minutes
Sortie 4 novembre 2015

D’un petit village du sud de l’Iran aux cités parisiennes, Kheiron nous raconte le destin hors du commun de ses parents Hibat et Fereshteh, éternels optimistes, dans une comédie aux airs de conte universel qui évoque l’amour familial, le don de soi et surtout l’idéal d’un vivre-ensemble.

Au milieu d’une actualité déprimante où l’être humain stigmatise les migrants, la sortie de ce film est salvatrice. L’humoriste Kheiron y raconte, dans son premier film en tant que réalisateur, l’itinéraire incroyable de ses parents. On découvre Hibat, farouche opposant au Shah d’Iran, ce qui lui vaudra  7 ans de prison, sa rencontre avec Fereshteh, leur fuite forcée et leur arrivée en France ainsi que leur intégration plus que réussie. Si le sujet est grave et quelques scènes sont emplies d’émotion, Kheiron injecte toujours la bonne dose d’humour pour dédramatiser et alléger le propos. Si l’on est forcément séduit par les personnages, attachants, et leurs interprètes (Kheiron lui-même dans le rôle de son père, Leila Bekhti, Gérard Darmon et Zabou dans le rôle des beaux-parents…), on ne peut qu’être agréablement surpris par l’écriture très fine et la mise en scène très maîtrisée pour un premier film. Un galop d’essai prometteur et vraiment réjouissant!

4