César 2018: Nominations et Pronostics

cesar-2018-nominations.jpeg

Ca y est! Les nominations pour les prochains César qui seront décernés le 2 mars prochain sont connues! On retrouve plusieurs films de sélectionnés par mes soins dans le cadre du top 10 annuel!

Meilleure Actrice :
Juliette Binoche (Un beau soleil intérieur)
– Jeanne Balibar (Barbara)
– Emmanuelle Devos (Numéro Une)
– Marina Foïs (L’atelier)
– Charlotte Gainsbourg (La promesse de l’aube)
– Karine Viard (Jalouse)
– Doria Tillier (Monsieur et Madame Adelman)

Si Jeanne Balibar impressionnante dans Barbara a toutes ses chances, Juliette Binoche devrait l’emporter!

Meilleur Acteur :

Swan Arlaud (Petit paysan)
– Daniel Auteuil (Le brio)
– Jean-Pierre Bacri (Le sens de la fête)
– Guillaume Canet (Rock’n roll)
– Albert Dupontel (Au revoir là-haut)
– Louis Garrel (Le redoutable)
– Reda Kateb (Django)

Une pièce sur l’outsider Swan Arlaud magistral dans « Petit Paysan » même si Bacri a vraiment le sens de la fête!

Meilleure Actrice dans un Second Rôle :

Laure Calamy (Ava)
– Anaïs Demoustier (La Villa)
– Sara Giraudeau (Petit paysan)
– Adèle Haenel (120 Battements par minute)
– Mélanie Thierry (Au revoir là-haut)

Coup de coeur pour Laure Calamy dans Ava, injustement boudé dans les autres catégories!

Meilleur Acteur dans un Second Rôle :
 Niels Arestrup (Au revoir là-haut)
– Laurent Lafitte (Au revoir là-haut)
– Gilles Lellouche (Le Sens de la fête)
– Vincent Macaigne (Le Sens de la fête)
– Antoine Reinartz (120 battements par minute)

Niels Arestrup n’a jamais été aussi émouvant que dans le film de Dupontel, à moins que Antoine Reinartz ne le coiffe sur le fil pour 120 bpm!

Meilleur Espoir Féminin : 
– Iris Bry (Les Gardiennes)
Laetitia Dosch ( jeune femme)
– Eye Haidara (Le Sens de la Fête)
– Camelia Jordana (Le Brio)
– Garance Marillier (Grave)

Laetitia Dosch offre l’une des prestations féminines les plus remarquables de l’année!
Meilleur Espoir Masculin : 
– Benjamin Lavernhe (Le Sens de la Fête)
– Finnegan Oldfield (Marvin ou la belle éducation)
– Pablo Pauly (Patients)
Nahuel Perez Biscayart (120 battements par minute)
– Arnaud Valois (120 battements par minute)

Comment le héros de 120 BPM, Nahuel Perez Biscayart pourrait il laisser filer la récompense?

Meilleur Scénario Original :

Robin Campillo (120 Battements par minute)
– Mathieu Amalric et Philippe Di Folco (Barbara)
– Julia Ducornau (Grave)
– Claude Le Pape et Hubert Charuel (Petit paysan)
– Éric Toledano et Olivier Nakache (Le Sens de la fête)

Inévitablement 120 BPM!

Meilleure Adaptation :

Au revoir là-haut
– Les Gardiennes
– Patients
– La Promesse de l’aube
– Le Redoutable

Meilleure Musique Originale :

– Arnaud Rebotini (120 battements par minute)
Christophe Julien (Au revoir là-haut)
– Jim Williams (Grave)
– Myd (Petit Paysan)
– Mathieu Chedid (Visages Villages)

Magnifique partition de Christophe Julien!

Meilleur Son :

– Julien Sicart, Valérie de Loof, Jean-Pierre Laforce (120 Battements par minute)
Jean Minondo, Gurwal Coïc-Gallas, Cyril Holtz, Damien Lazzerini (Au revoir là-haut)
– Olivier Mauvezin, Nicolas Moreau, Stéphane Thiébault (Barbara)
– Mathieu Descamps, Séverin Favriau, Stéphane Thiébaut (Grave)
– Pascal Armant, Sélim Azzazi, Jean-Paul Hurier (Le Sens de la fête)

La guerre des tranchées devrait l’emporter haut la main.

Meilleure Photo :

– Jeanne Lapoirie (120 battements par minute)
– Vincent Mathias (Au revoir là-haut)
– Christophe Beaucarne (Barbara)
Caroline Champetier (Les Gardiennes)
– Guillaume Schiffman (Le Redoutable)

Belle compétition qui devrait voir triompher la somptueuse photo du film de Beauvois!

Meilleur Montage :

– Romain Campillo (120 Battements par minute)
– Christophe Pinel (Au revoir là-haut)
– François Gedigier (Barbara)
– Julie Lena, Lilian Corbeille et Grégoire Pontecaille (Petit paysan)
– Dorian Rigal Ansous (Le Sens de la fête)

Meilleurs Costumes :
– Isabelle Pannetier (120 battements par minutes)
– Mimi Lempicka (Au revoir là-haut)
– Pascaline Chavanne (Barbara)
– Anaïs Romand (Les Gardiennes)
– Catherine Bouchard (La Promesse de l’aube)

Les masques incroyables d’Au revoir là Haut devraient l’emporter face aux jeans Rica Lewis de 120 BPM!

Meilleurs Décors :
– Emmanuelle Duplay (120 battements par minutes)
Pierre Quefféléan (Au revoir là-haut)
– Laurent Baude (Barbara)
– Pierre Renson (La Promesse de l’aube)
– Christian Marti (Le Redoutable)

Meilleur Film de Court Métrage :

 Les Bigorneaux (Alice Vidal)
– Le Bleu blanc rouge de mes cheveux (Josza Anjembe)
– Debout Kinshasa ! (Sébastien Maitre)
– Marlon (Jessica Palud)
– Les Misérables (Ladj Ly)

Meilleur Film d’Animation :

 Le Grand méchant Renard et autres contes
– Sahara
– Zombillénium

Meilleur Court-Métrage d’Animation
– Le Jardin de minuit
Pépé le Morse
– Le Futur sera chauve
– I Want Pluto To Be A Planet Again

Meilleur Film Documentaire :
– 12 jours (Raymond Depardon)
– À voix haute – La Force de la parole (Ladj Ly et Stéphane de Freitas)
 Carré 35 (Eric Caravaca)
– I Am Not Your Negro (Raoul Peck)
– Visages Villages (Agnès Varda et JR)

5 grands films séléctionnés dans la catégorie doc mais le film de Caravaca, « Carré 35 » est sans doute celui qui illustre le mieux le lien entre documentaire et fiction!

Meilleur Premier Film :

– Grave
– Jeune femme,
– Monsieur et Madame Adelman
– Patients
Petit paysan

Choix difficile entre Petit Paysan, Grave et Jeune femme mais le premier devrait l’emporter!

Meilleur Film Étranger :

– Le Caire confidentiel
– Dunkerque
– L’Echange des princesses
– Faute d’amour
La la Land
– Noces,
– The Square

Comment La la Land pourrait-il se faire doubler, y compris par la Palme d’or alors qu’il a su faire l’unanimité critique et publique!

Meilleur Film :

120 battements par minute
– Au revoir là-haut
– Barbara
– Le brio
– Patients
– Petit paysan
– Le sens de la fête

Impossible que 120 bpm ne remporte pas cette récompense!

On notera que cette année un César du public sera remis au film ayant le plus d’entrées! Un César Dany Boon en quelque sorte!

Publicités

César 2017 : le Palmarès

7787413921_jean-paul-belmondo-bien-entoure-sur-la-scene-des-cesar-en-2017.jpg

On retiendra de cette soirée que Jérôme Commandeur s’en est plutôt bien sorti en maître de cérémonie, on se souviendra de sa version de Lalaland en duo avec Marthe Villalonga, de la présence de George Clooney, du très émouvant hommage à Jean-Paul Belmondo, du discours très politique de François Ruffin (réalisateur de « Merci Patron ») et de celui d’Isabelle Huppert, très peu modeste ou encore de l’émotion des espoirs Oulaya Amamra et Niels Schneider.

>> Meilleur film : Elle de Paul Verhoeven

Étaient aussi nommés : Divines de Houda Benyamina, Frantz de François Ozon, Les innocentes d’Anne Fontaine, Ma loute de Bruno Dumont, Mal de pierres de Nicole Garcia, Victoria de Justine Triet

Si à mon sens, la récompense aurait dû aller à Frantz, plus grand film français de l’année, le résultat sacre le favori.

>> Meilleur réalisateur : Xavier Dolan pour Juste la fin du monde

Étaient aussi nommés : Houda Benyamina pour Divines, Paul Verhoeven pour Elle, Anne Fontaine pour Les innocentes, Bruno Dumont pour Ma Loute, Nicole Garcia pour Mal de pierres, François Ozon pour Frantz

Si Xavier Dolan est récompensé ici, c’est certainement parce que le film « Elle » a été sacré meilleur film et que le nouveau règlement ne permettait pas le doublé. Mon choix se serait toutefois porté sur François Ozon, certainement le plus grand cinéaste français aujourd’hui, injustement snobé chaque fois!

>> Meilleure actrice : Isabelle Huppert dans Elle

Étaient aussi nommées : Judith Chemla dans Une vie, Marion Cotillard dans Mal de pierres, Virginie Efira dans Victoria, Marina Foïs dans Irréprochable, Sidse Babett Knudsen dans La fille de Brest, Soko dans La danseuse

Isabelle Huppert était la favorite même si la performance de Marion Cotillard dans « Mal de Pierres » est totalement sous-estimée. Le discours de la gagnante était loin d’être un exemple d’humilité.

>> Meilleur acteur : Gaspard Ulliel dans Juste la fin du monde

Étaient aussi nommés : François Cluzet dans Médecin de campagne, Pierre Deladonchamps dans Le fils de Jean, Nicolas Duvauchelle dans Je ne suis pas un salaud, Fabrice Luchini dans Ma loute, Pierre Niney dans Frantz, Omar Sy dans Chocolat

La compétition était assez serrée cette année; Nicolas Duvauchelle avait toutefois proposé une performance assez impressionnante dans « Je ne suis pas un salaud ».

>> Meilleure actrice dans un second rôle : Déborah Lukumuena dans Divines

Étaient aussi nommées : Nathalie Baye dans Juste la fin du monde, Valeria Bruni Tedeschi dans Ma loute, Anne Consigny dans Elle, Mélanie Thierry dans La danseuse

Superbe dans « Divines », Deborah Lukumuena est quand même la surprise de la soirée alors qu’elle avait une incroyable Nathalie Baye en face!

>> Meilleur acteur dans un second rôle : James Thierrée dans Chocolat

Étaient aussi nommés : Gabriel Arcand dans Le fils de Jean, Vincent Cassel dans Juste la fin du monde, Vincent Lacoste dans Victoria, Laurent Lafitte dans Elle, Melvil Poupaud dans Victoria

Compétition assez équitable dans cette catégorie et résultat somme toute assez juste.

>> Meilleur espoir féminin : Oulaya Amamra dans Divines

Étaient aussi nommées : Paula Beer dans Frantz, Lily-Rose Depp dans La danseuse, Noémie Merlant dans Le ciel attendra, Raph dans Ma loute

L’une des évidences de la soirée, Oulaya Amamra est magnifique dans « Divines ». Dommage que sa soirée soit gâchée par quelques extrêmistes qui s’amusent à exhumer des tweets de l’actrice lorsqu’elle avait 15 ans en la taxant d’homophobe et francophobe! On se souviendra de son discours rempli d’émotion!

>> Meilleur espoir masculin : Niels Schneider dans Diamant noir

Jonas Bloquet dans Elle, Damien Bonnard dans Rester vertical, Corentin Fila dans Quand on a 17 ans, Kacey Mottet Klein dans Quand on a 17 ans

Il était l’un des favoris et il l’a eu; Niels Schneider est récompensé pour son rôle dans « Diamant Noir ».

>> Meilleur scénario original : Sólveig Anspach et Jean-Luc Gaget pour L’Effet aquatique

Étaient aussi nommés : Romain Compingt, Houda Benyamina et Malik Rumeau pour Divines, Sabrina B. Karine, Alice Vial, Pascal Bonitzer et Anne Fontaine pour Les Innocentes, Bruno Dumont pour Ma Loute, Justine Triet pour Victoria

C’est l’une des surprises de la soirée et c’est mérité même si Solveig Anspach n’aura malheureusement pu venir chercher sa récompense (elle est décédée l’an dernier).

>> Meilleur premier film : Divines de Houda Benyamina

Étaient aussi nommés : Cigarettes et Chocolat chaud de Sophie Reine, La Danseuse de Stéphanie Di Giusto, Diamant noir de Arthur Harari, Rosalie Blum de Julien Rappeneau

C’était le favori et le vent de fraîcheur de « Divines » est récompensé!

>> Meilleur film étranger : Moi, Daniel Blake de Ken Loach

Étaient aussi nommés : Aquarius de Kleber Mendonça Filho, Baccalauréat de Cristian Mungiu, La fille inconnue de Luc et Jean-Pierre Dardenne, Manchester by the sea de Kenneth Lonergan, Juste la fin du monde de Xavier Dolan, Toni Erdmann de Maren Ade

Une récompense totalement politique! Le meilleur film était incontestablement « Aquarius », déjà reparti bredouille de Cannes!

>> Meilleur film documentaire : Merci Patron ! de François Ruffin

Étaient aussi nommés : Dernières nouvelles du cosmos de Julie Bertucelli, Fuocoammare, par-delà Lampedusa de Gianfranco Rosi, Swagger d’Olivier Babinet, Voyage à travers le cinéma français de Bertrand Tavernier

Belle compétition cette année; choix sans doute aussi politique avec un discours tout aussi engagé de François Ruffin!

>> Meilleure adaptation : Céline Sciamma pour Ma vie de Courgette, d’après le roman Autobiographie d’une courgette de Gilles Paris

Étaient aussi nommés : David Birke pour Elle, d’après le roman Oh… de Philippe Djian, Séverine Bosschem et Emmanuelle Bercot pour La Fille de Brest, d’après le livre Mediator 150 mg : combien de morts ? de Irène Frachon, François Ozon pour Frantz, d’après la pièce de théâtre L’Homme que j’ai tué de Maurice Rostand, Nicole Garcia et Jacques Fieschi pour Mal de pierres, d’après le roman Mal de pierres de Milena Agus, Katell Quillévéré et Gilles Taurand pour Réparer les vivants, d’après le roman Réparer les vivants de Maylis de Kerangal

L’une des surprises avec la récompense pour l’adaptation en film d’animation de « Ma vie de Courgette » par Céline Sciamma, l’un des plus beaux film de l’année!

>> Meilleur montage : Xavier Dolan pour Juste la fin du monde

Étaient aussi nommés : Loïc Lallemand et Vincent Tricon pour Divines, Job ter Burg pour Elle, Laure Gardette pour Frantz, Simon Jacquet pour Mal de pierres

Nouvelle récompense pour le Québecois qui assure lui-même le montage de son film!

>> Meilleur décor : Jérémie D. Lignol pour Chocolat

Étaient aussi nommés : Carlos Conti pour La Danseuse, Michel Barthélémy pour Frantz, Riton Dupire-Clément pour Ma Loute, Katia Wyszkop pour Planetarium

Compétition équilibrée ici, la récompense va à Chocolat.

>> Meilleur costume : Anaïs Romand pour La Danseuse

Étaient aussi nommés : Pascaline Chavanne pour Frantz, Catherine Leterrier pour Mal de pierres, Alexandra Charles pour Ma Loute, Madeline Fontaine pour Une vie

Formidables costumes que ceux de la Danseuse, justement récompensé.

>> Meilleur photographie : Pascal Marti pour Frantz

Étaient aussi nommés : Stéphane Fontaine pour Elle, Caroline Champetier pour Les Innocentes, Guillaume Deffontaines pour Ma Loute, Christophe Beaucarne pour Mal de pierres

Logique et c’est enfin un premier César dans la carrière de François Ozon!

>> Meilleur son : Marc Engels, Fred Demolder, Sylvain Réty et Jean-Paul Hurier pour L’Odyssée

Étaient aussi nommés : Brigitte Taillandier, Vincent Guillon et Stéphane Thiébaut pour Chocolat, Jean-Paul Mugel, Alexis Place, Cyril Holtz et Damien Lazzerini pour Elle, Martin Boissau, Benoît Gargonne et Jean-Paul Hurier pour Frantz, Jean-Pierre Duret, Syvlain Malbrant et Jean-Pierre Laforce pour Mal de pierres

Logique récompense pour le film français le plus impressionnant sur le plan technique!

>> Meilleure musique originale : Ibrahim Maalouf pour Dans les forêts de Sibérie

Étaient aussi nommés : Gabriel Yared pour Chocolat, Anne Dudley pour Elle, Philippe Rombi pour Frantz, Sophie Hunger pour Ma vie de Courgette

Logique également tant Ibrahim Maalouf a la côte actuellement!

>> Meilleur film d’animation : Ma vie de Courgette de Claude Barras

Étaient aussi nommés : La Jeune Fille sans mains de Sébastien Laudenbach, La Tortue rouge de Michael Dudok de Wit

Grosse compet avec trois grands films mais le César va au favori!

>> Meilleur court métrage : Maman(s) de Maïmouna Doucouré et Vers la tendresse d’Alice Diop

Étaient aussi nommés : Après Suzanne de Félix Moati, Au bruit des clochettes de Chabname Zariab, Chasse royale de Lise Akoka et Romane Gueret

Ex-aequo pour deux très beaux courts, engagés!

>> Meilleur court métrage d’animation : Celui qui a deux âmes de Fabrice Luang-Vija

Étaient aussi nommés : Café froid de François Leroy et Stéphanie Lansaque, Journal animé de Donato Sansone, Peripheria de David Coquard-Dassault

Critique Bluray: Tchao Pantin

81UvFvWe5hL._SL1500_.jpg

Réalisation Claude Berri
Scénario Claude Berri
Alain Page, d’après son roman
Acteurs principaux
Sociétés de production Renn Productions
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 100 minutes
Sortie 21 décembre 1983

LE FILM:

4

Pompiste de nuit, Lambert noie sa solitude dans l’alcool au fond d’une station-service. Il y rencontre un jeune dealer, Bensoussan, auquel il s’attache peu à peu. L’assassinat du jeune homme ravive les blessures de Lambert qui se lance à la poursuite des meurtriers…

Deux ans après « le Maître d’Ecole », Claude Berri fait à nouveau appel à Coluche pour un vrai contre-emploi, le rôle d’un pompiste de nuit dépressif dans « Tchao Pantin ». Lambert rencontrera un soir, dans sa station, le jeune Bensoussan, petite racaille qui le fera sortir de sa solitude. Multipliant les petits coups, Bensoussan finira par y perdre la vie, déclenchant la colère de Lambert qui y verra la perte d’un second fils. Film noir, « Tchao Pantin » vaut pour son portrait sinistre de Paris la nuit mais aussi évidemment pour l’interprétation de Richard Anconina (César meilleur espoir) et surtout Coluche (meilleur acteur) qui se révèle un grand acteur. Le film décrochera cinq César.

TECHNIQUE:

4.5

Une copie très bien définie et bien contrastée, une belle restauration.

BONUS:

4.5

On trouve ici un très bon documentaire de Serge July, des interviews d’Agnès Soral, Anconina, Claude Berri et Xavier Castano et enfin la remise du César à Coluche.

VERDICT:

4

Un classique du Cinéma français des années 80 dans une très belle édition!

Disponible en Combo Bluray/Dvd (19.99 euros ) chez Pathé dès le 7 décembre

César 2016: Un palmarès très diversifié

7782080359_florence-foresti-sur-la-scene-des-cesar-le-26-fevrier-2016.jpg

Hier soir se tenait au théâtre du Chatelet la traditionnelle grande messe du Cinéma français dirigée par une maîtresse de cérémonie qui, qu’on l’aime ou non, a su donner une nouvelle impulsion à une cérémonie qui, l’an passé, avait battu tous les records de longueur! Très calquée sur son modèle américain, la cérémonie a débuté avec un sketch où l’on pouvait voir l’humoriste incrustée dans quelques succès du Cinéma  Français comme Nikita ou Itinéraire d’un enfant gâté. Puis chaque remise de prix, pendant laquelle Florence Foresti s’éclipsait, laissait place à un nouveau moment « drôle » comme cette séquence de » Bloquées » avec Foresti et Vanessa Paradis, assez irrésistible. Les moments gênants auront été à mettre à l’actif de Jean-Hugues Anglade en roue libre et Christophe Lambert qui semblait avoir du mal à s’exprimer. Enfin, comme aux Oscars, les remerciements ont été limités par une musique assourdissante réservée aux bavards!

Côté palmarès, on notera l’absence très juste de « Dheepan » mais également que le carton annoncé du film de Desplechin n’aura pas eu lieu. Voici le palmarès complet:

Meilleur film : Fatima, réalisé par Philippe Faucon

Si Trois Souvenirs de ma jeunesse pouvait être qualifié de favori, c’est l’outsider « Fatima » qui l’a emporté mais c’est amplement mérité non seulement pour les qualités du film mais aussi pour le message d’intégration positive qu’il envoie, ô combien salutaire en ces temps troublés!
Meilleur réalisateur : Arnaud Desplechin pour Trois souvenirs de ma jeunesse

Ce n’est que justice pour ce grand cinéaste qui n’avait jamais été récompensé.

Meilleure actrice : Catherine Frot pour Marguerite

Elle était favorite, elle qui fut récompensée il y a vingt ans pour son rôle dans « un air de famille ». Emmanuelle Bercot n’aura pas réalisé le doublé Cannes/César.
Meilleur acteur : Vincent Lindon pour La loi du marché

Contrairement à Emmanuelle Bercot, Lindon fait le doublé Cannes/César et c’est parfaitement juste tant son interprétation dans « la loi du marché » est sidérante de réalisme!
Meilleure actrice dans un second rôle : Sidse Babett Knudsen dans L’Hermine

C’était l’outsider de sa catégorie mais sa prestation toute en douceur et en délicatesse dans « l’hermine » le méritait! Cette actrice danoise est fabuleuse!
Meilleur acteur dans un second rôle : Benoît Magimel dans La Tête haute

Il était passé à côté d’un César deux fois, la troisième aura été la bonne même si la prestation de Michel Fau par exemple aurait mérité de lui passer devant. L’une des déceptions de la soirée.
Meilleur espoir féminin : Zita Hanrot dans Fatima

La concurrence se jouait entre Lou Roy-Lecollinet pour le Desplechin et elle. Sa très fraîche interprétation d’une jeune étudiante d’origine algérienne qui cherche à s’en sortir tout en gérant sa mère qui ne parle pas Français, vaut largement le prix!
Meilleur espoir masculin : Rod Paradot dans La Tête haute

Si Quentin Dolmaire pour son rôle dans le Desplechin pouvait rêver, il faut reconnaître que l’interprétation ultra-réaliste de Rod Paradot dans le très moyen film d’Emmanuelle Bercot sentait bon la récompense!
Meilleur film étranger : Birdman réalisé par Alejandro Gonzalez Inarritu

Deuxième déception de la soirée, la récompense du film plein d’esbroufe d’Inarritu au détriment du chef d’oeuvre de Moretti ou du geste politique de Panahi!
Meilleur Film Court-Métrage :La Contre-allée de Cécile Ducrocq

Pas d’avis n’ayant pas vu les films.
Meilleur Costume : Pierre-Jean Larroque pour le film Marguerite

Sans surprise.


Meilleur film court-métrage d’animation : Repas dominical de Céline Devaux

Favori apparemment.
Meilleur film long-métrage d’animation : Petit Prince de Mark Osborne

Avril et le monde truqué semblait favori face à cette production franco-américaine moins « artisanale ». C’est le gros qui a gagné!
Meilleur son : François Musy et Gabriel Hafner dans Marguerite

Assez prévisible même si  l’on pouvait penser que le film d’Audiard se rattraperait sur un prix technique.


Meilleure photo : Christophe Offenstein pour Valley of Love

Entièrement mérité tant la photo d’Offenstein est l’une des grandes réussites du film.


Meilleur montage : Mathilde Van de Moortel pour Mustang

Mustang semble truster toutes les récompenses pour lesquelles il est nommé! 


Meilleur documentaire à Demain réalisé par Mélanie Laurent et Cyril Dion

Si le documentaire de Rithy Panh semblait favori, c’est sans doute l’intérêt écolo qui a primé pour faire gagner le doc de Mélanie Laurent.
Meilleur Premier film à Mustang de Deniz Gamze Ergüven.

S’il y avait un César qui ne laissait pas beaucoup de place au doute, c’est bien celui-ci!
Meilleurs décors à Martin Curel pour Marguerite

Logique.


Meilleure adaptation à Fatima de Philippe Faucon

Tout à fait mérité, c’est quasiment le carton plein pour le très beau film de philippe Faucon.
Meilleure musique originale à Warren Ellis pour Mustang

Morricone n’aura finalement pas le prix, peut-être un César d’honneur une autre fois?

En conclusion, Marguerite et Fatima sont les deux grands gagnants de la soirée et sont le reflet de la belle diversité du Cinéma Français en 2015!

 

CRITIQUE DVD: 9 MOIS FERME

71HjMQnk8RL._SL1280_

  • Réalisé par :  Albert Dupontel
  • Avec : Sandrine Kiberlain , Albert Dupontel , Nicolas Marié…
  • Durée :
    1h22min
  • Pays de production :
    France
  • Année de production :  2013
  • Distributeur :
    Wild Bunch

LE FILM: 8.5/10

La critique est ici

TECHNIQUE: 9/10

Pour le support, c’est excellent à tous les niveaux!

BONUS: 7/10

On trouve ici un making of sans commentaire qui montre Dupontel au travail (16 mins), un petit module sur les effets spéciaux, un autre sur les caméos notamment de Terry Gilliam ou Jean Dujardin, une galerie photos et un commentaire audio.

VERDICT: 8.5/10

Une des réjouissances françaises de l’année!

Disponible en DVD (19.99 euros) et combo bluray/dvd (24.99 euros) chez Wild Side Vidéo


DES CESAR UN PEU CONTRARIANTS!

triomphe-de-guillaume-gallienne-qui-rafle-5-prix

 

Hier soir avait donc lieu la cérémonie des César, grande fête annuelle du Cinéma français et comme chaque année, le palmarès et le déroulement de la soirée donnent lieu aux commentaires des uns et des autres façon « oh tiens, t’as vu untel? Il était vraiment pas drôle! », « quel discours à la con d’unetelle! » « Et pourquoi c’est lui le meilleur acteur alors que c’était clairement celui-là le meilleur », etc… Et bien comme je suis sur mon blog et que je fais ce que je veux, je vais me livrer à l’exercice et livrer bons et mauvais points!

Sur le déroulé de la soirée, le discours très chiant du Président François Cluzet ponctué de tentatives humoristiques assez navrantes semblait annoncer un naufrage! La maîtresse de cérémonie, Cécile de France rattrapa le coup dans la mesure du possible avec un numéro de comédie musicale qui n’avait rien à envier aux Oscars mais la suite fut un peu laborieuse. L’actrice belge a pourtant fait ce qu’elle a pu, se montrant assez à l’aise et maniant un second degré assez subtil. Les interventions de Pierre Niney dans une séquence d’imitation irrésistible et de Stéphane De Groodt, très fin, nous permirent de nous dérider un peu au cours de cette soirée assommante. Quant à la standing ovation réservée à Scarlett Johanson lors de son César d’Honneur, heureusement que le ridicule ne tue pas! Si j’apprécie énormément cette actrice, force est de reconnaître qu’elle n’a que 29 ans et qu’elle n’a pas encore prouvé qu’elle était une très grande actrice, ni par ses prestations ni par ses choix de carrière! Mais l’essentiel était ailleurs, au niveau du palmarès!

MEILLEUR SON: Michael Kohlhaas

MEILLEUR MONTAGE: Les Garçons et Guillaume à Table

Une première surprise tant le montage de la Vie d’Adèle paraissait plus méritant!

MEILLEURE PHOTO: l’Extravagant voyage du jeune et prodigieux TS Spivet

Assez logique même si Renoir aurait pu y prétendre tant la photo est sa première qualité

MEILLEUR FILM ETRANGER: Alabama Monroe

Une catégorie très disputée mais si je suis un grand fan d’Alabama Monroe que je trouve extrêmement attachant et émouvant, le Django Unchained de Tarantino est une oeuvre autrement plus accomplie! Présent dans la salle, QT aurait en plus mis un peu le feu dans cette cérémonie lénifiante!

MEILLEURE ADAPTATION: Les Garçons et Guillaume à Table

Nouvelle déconvenue pour la Vie d’Adèle dont le travail d’adaptation semblait plus impressionnant que l’adaptation par Gallienne de son propre spectacle! Y aurait-il un complot anti-Kechiche? Un petit sketch assez peu drôle se moquant de la méthode Kechiche le laisse présager mais ne faisons pas notre mauvaise langue, certaines récompenses ne peuvent pas lui échapper!

MEILLEUR SCENARIO ORIGINAL: 9 Mois Ferme

Première récompense très méritée pour l’excellente comédie de Dupontel même si la mécanique de précision du scénario de Farhadi aurait pu y prétendre également!

MEILLEUR COURT-METRAGE: Avant que de tout perdre

MEILLEURE MUSIQUE: Michael Kholhaas

Dommage pour l’emballante BO électro-pop de Casse-Tête chinois! Mais rien de scandaleux là dedans!

MEILLEUR DOCUMENTAIRE: Sur le Chemin de l’Ecole

Si la concurrence était assez forte dans cette catégorie, la récompense va logiquement au film qui a fait l’évènement cette année avec un score rare pour un documentaire (plus d’1.2 millions d’entrées!)

MEILLEUR PREMIER FILM: les Garçons et Guillaume à table

Récompense ô combien logique tant le film de Guillaume Gallienne survolait la catégorie et a su séduire critiques et public!

MEILLEUR FILM D’ANIMATION: Loulou l’incroyable secret Réalisé de Eric Omond
Mademoiselle Kiki et les Montparnos d’Amélie Harrault(court métrage)

Première grosse faute de goût de l’Académie: regrouper dans une même catégorie les longs et courts métrages (5 films en tout!) et afficher ainsi un réel dédain pour un genre de cinéma dans lequel la France compte malgré tout des talents que le monde entier nous envie! Ouuuuhhhhh!

MEILLEURS DECORS: l’Ecume des Jours

MEILLEURS COSTUMES: Renoir

MEILLEUR ESPOIR MASCULIN: Pierre Deladonchamps pour l’Inconnu du Lac

Juste récompense pour un rôle ô combien difficile dans un film assez ardu.

MEILLEUR ESPOIR FEMININ: Adèle Exarchopoulos dans la Vie d’Adèle

Enfin une récompense pour le film de Kechiche dans une catégorie où aucune discussion n’était possible! Adèle ne joue pas, elle est!

MEILLEUR SECOND ROLE MASCULIN: Niels Arestrup dans Quai d’Orsay

La prestation de Niels Arestrup dans un registre qui ne lui est pas familier ne pouvait qu’être récompensée!

MEILLEUR SECOND ROLE FEMININ: Adèle Haenel dans Suzanne

Pas mal de concurrence dans cette catégorie mais Adèle Haenel mérite cette récompense tant elle étincelle dans ce rôle et tant ses choix de carrière méritent d’être salués. Très émue, elle a profité de l’occasion pour faire son coming out en déclarant son amour à la réalisatrice Céline Sciamma.

MEILLEUR ACTEUR: Guillaume Gallienne dans les Garçons et Guillaume à table

L’une des évidences de la soirée tant il brille et émeut dans son propre rôle et celui de sa mère!

MEILLEURE ACTRICE: Sandrine Kiberlain dans 9 Mois ferme

18 ans après son César du meilleur espoir pour « En avoir ou pas », l’actrice rafle la récompense suprême l’année où la concurrence était diabolique! Amplement mérité tant elle est à hurler de rire dans le film de Dupontel! Nouveau revers pour la vie d’Adèle et Léa Seydoux!

MEILLEUR REALISATEUR: Roman Polanski pour la Vénus à la Fourrure

Si Kechiche pouvait se voir ravir cette récompense qui lui était promise, ç’aurait pu être par Dupontel mais connaissant l’estime qu’il porte à l’évènement, c’était gagné d’avance! Voir Polanski récompensé pour un bon film certes mais un film mineur dans sa carrière pourrait se comprendre s’il n’avait jamais été primé! Ce n’est pas le cas, il en a déjà eu trois (Tess, le Pianiste, The Ghost Writer)! Tellement énorme que lui-même semble croire à une blague! Kechiche est donc officiellement puni!

MEILLEUR FILM: les Garçons et Guillaume à table

Comme les Nuits Fauves en 1993, le film de Guillaume Gallienne fait le doublé meilleur premier film/meilleur film au nez et à la barbe de la Palme d’Or du dernier festival de Cannes, dévoilant la vérité: Kechiche fait officiellement les frais de la polémique qui entoura la sortie de son film! Heureusement que le public ne s’est pas trompé en le plébiscitant! Incroyable!

 

 

CRITIQUE BLURAY: LES GARCONS ET GUILLAUME A TABLE

61YVlnUJwoL__SL1500_

  • Réalisé par :
    Guillaume Gallienne
  • Avec :
    Guillaume Gallienne, André Marcon, Françoise Fabian…
  • Durée :
    1h25min
  • Pays de production :
    France
  • Année de production :  2012
  • Distributeur :
    Gaumont Distribution
LE FILM: 9/10

La critique est ici

TECHNIQUE: 8/10

Aucun défaut notable même si l’apport HD est limité.

BONUS: 8/10

Un seul bonus mais de qualité, un documentaire d’une quarantaine de minutes sur l’histoire du projet, de la pièce de théâtre au film.

VERDICT: 9/10

La comédie de 2013 !

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez Gaumont dès le 20 mars.