Top 2018: les 10 Films qu’il faut avoir vu!

podium

Très riche année ciné avec une très belle vitalité du Cinéma Français! N’hésitez pas à commenter en laissant votre top à vous!

10- En Liberté de Pierre Salvadori

5203648.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Inventive et poétique, la comédie de l’année!

9– Burning de Lee Chang Dong

1943153.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Voyage sensoriel, puzzle mental, l’un des chocs de Cannes!

8- Amanda de Mickael Hers

3369527.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Tendre et mélancolique travail sur le deuil avec un magistral Vincent Lacoste !

7- GIRL de Lukas Dhont

2648625.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Un magnifique hymne à la tolérance avec la révélation Victor Polster!

6- UNE AFFAIRE DE FAMILLE de Kore Eda

3937174.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Nouvelle variation autour de la famille, une très belle Palme d’Or drôle et émouvante!

5- MEKTOUB MY LOVE d’Abdellatif Kechiche

0837726.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Jamais les émois adolescents n’avaient été aussi subtilement décrits!

4- COLD WAR de Pawel Pawlikowski

2642330.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Prix de la mise en scène à Cannes, sans doute l’un des chocs esthétiques de l’année!

3- JUSQU’A LA GARDE de Xavier Legrand

5236618.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Le coup de poing en pleine face du Cinéma français de cette année!

2- FIRST MAN de Damien Chazelle

3103616.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Plus qu’un simple biopic, une magistrale réflexion sur le deuil et les rêves d’une vie!

1- PHANTOM THREAD de Paul Thomas Anderson

3149649.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Le chef d’oeuvre de l’année! Un très grand film!

Ce top fut très compliqué tant l’année fut prolifique avec de très beaux film comme « Pupille », « Nos Batailles » ou encore « Amin »! A vos tops!

 

Publicités

Critique Bluray: Jusqu’à la Garde

61XGzwsLwAL._SL1000_.jpg

Réalisation Xavier Legrand
Scénario Xavier Legrand
Acteurs principaux
Sociétés de production KG Productions
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre drame
Durée 93
Sortie 7 février 2018

LE FILM:

5

Après qu’une juge ait prononcé une garde alternée en faveur d’un père accusé de violences par son ex-compagne, leur fils se retrouve pris en otage du conflit parental.

Premier film de Xavier Legrand, « Après la Garde » est projeté hors compétition au FIFIB alors qu’il vient de décrocher le prix du Meilleur réalisateur lors de la dernière Mostra de Venise. Le film s’ouvre sur l’audience d’un couple en pleine séparation. Le couple (Denis Ménochet et Léa Drucker) a deux enfants, une grande fille de 17 ans et un petit garçon d’une dizaine d’années . C’est pour sa garde que les parents « s’affrontent » et si l’on en croit la lettre que lit la juge, le petit ne veut plus voir son père. Sous ses airs bourrus, il semble malgré tout aimant; il vient d’ailleurs de demander sa mutation pour se rapprocher de son fils. Une ellipse nous amène quelques semaines après et le père peut récupérer son fils un week-end sur deux. Mais rien n’est simple quand l’enfant semble tétanisé par son père et que la mère refuse d’adresser la parole à son ex-mari. La succession de plans séquences choisi par Xavier Legrand renforce le réalisme de son sujet et nous amène à entrer de plain pied dans l’intimité de cette famille éclatée. On apprend à connaître ces personnages et deviner leur vie passée. Dans un style proche de Joachim Lafosse, notamment « A perdre la Raison », le film dégage une force et une puissance rare, sans artifices de mise en scène (notamment l’absence de musique) et le casting n’y est pas pour rien: Denis Ménochet, tout en force et violence mais aussi parfois émouvant, Léa Drucker, mère courage, et le petit Thomas Gioria, impressionnant de justesse en enfant tiraillé entre ses parents. A le voir broyé entre sa mère qui le force à mentir et son père qui veut l’utiliser pour se rapprocher de son ex femme, on passe le film bouleversé, choqué, jusqu’à un final qui ne laissera personne indemne. Si au cinéma, le terme « claque » est souvent galvaudé, c’est pourtant l’effet que laisse « jusqu’à la garde »! Une énorme claque!

TECHNIQUE:

5

Irréprochable!!!

BONUS:

5

On trouve ici le court métrage  » De peur que de tout perdre » qui est en quelque sorte la première partie du film, à savoir le moment où la femme et les enfants entreprennent de fuir le mari. On trouve également une passionnante interview d’un juge aux affaires familiales ainsi qu’un making of très instructif!

VERDICT:

5

Le film français de l’année dans une édition parfaite!

Disponible en DVD et Bluray (19.99 euros) chez Blaq Out dès le 3 juillet

Critique: Jusqu’à la Garde

xl_event_298_20171002114652_26935ae8

Réalisation Xavier Legrand
Scénario Xavier Legrand
Acteurs principaux
Sociétés de production KG Productions
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre drame
Durée 93
Sortie 7 février 2018

Après qu’une juge ait prononcé une garde alternée en faveur d’un père accusé de violences par son ex-compagne, leur fils se retrouve pris en otage du conflit parental.

Premier film de Xavier Legrand, « Après la Garde » est projeté hors compétition au FIFIB alors qu’il vient de décrocher le prix du Meilleur réalisateur lors de la dernière Mostra de Venise. Le film s’ouvre sur l’audience d’un couple en pleine séparation. Le couple (Denis Ménochet et Léa Drucker) a deux enfants, une grande fille de 17 ans et un petit garçon d’une dizaine d’années . C’est pour sa garde que les parents « s’affrontent » et si l’on en croit la lettre que lit la juge, le petit ne veut plus voir son père. Sous ses airs bourrus, il semble malgré tout aimant; il vient d’ailleurs de demander sa mutation pour se rapprocher de son fils. Une ellipse nous amène quelques semaines après et le père peut récupérer son fils un week-end sur deux. Mais rien n’est simple quand l’enfant semble tétanisé par son père et que la mère refuse d’adresser la parole à son ex-mari. La succession de plans séquences choisi par Xavier Legrand renforce le réalisme de son sujet et nous amène à entrer de plain pied dans l’intimité de cette famille éclatée. On apprend à connaître ces personnages et deviner leur vie passée. Dans un style proche de Joachim Lafosse, notamment « A perdre la Raison », le film dégage une force et une puissance rare, sans artifices de mise en scène (notamment l’absence de musique) et le casting n’y est pas pour rien: Denis Ménochet, tout en force et violence mais aussi parfois émouvant, Léa Drucker, mère courage, et le petit Thomas Gioria, impressionnant de justesse en enfant tiraillé entre ses parents. A le voir broyé entre sa mère qui le force à mentir et son père qui veut l’utiliser pour se rapprocher de son ex femme, on passe le film bouleversé, choqué, jusqu’à un final qui ne laissera personne indemne. Si au cinéma, le terme « claque » est souvent galvaudé, c’est pourtant l’effet que laisse « jusqu’à la garde »! Une énorme claque!

5