CRITIQUE BLURAY: LES GARCONS ET GUILLAUME A TABLE

61YVlnUJwoL__SL1500_

  • Réalisé par :
    Guillaume Gallienne
  • Avec :
    Guillaume Gallienne, André Marcon, Françoise Fabian…
  • Durée :
    1h25min
  • Pays de production :
    France
  • Année de production :  2012
  • Distributeur :
    Gaumont Distribution
LE FILM: 9/10

La critique est ici

TECHNIQUE: 8/10

Aucun défaut notable même si l’apport HD est limité.

BONUS: 8/10

Un seul bonus mais de qualité, un documentaire d’une quarantaine de minutes sur l’histoire du projet, de la pièce de théâtre au film.

VERDICT: 9/10

La comédie de 2013 !

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez Gaumont dès le 20 mars.



BELLE ET SEBASTIEN : interview d’Armand Amar, le compositeur de la bande originale

ARMANDAMAR

© Eric Valli

Tout d’abord quel est votre parcours ?
Déjà je n’ai pas étudié la musique occidentale, j’ai étudié la musique indienne. J’ai beaucoup travaillé pour le spectacle vivant pendant quelques années et je me suis beaucoup intéressé aux musiques du monde. C’est en étant conseiller sur le film Latcho Drom que j’ai rencontré Costa Gavras et que nous avons tissé des liens d’amitié. Quand il a fait quelques années plus tard le film Amen, il a alors fait appel à moi pour composer la musique, c’est ainsi qu’a commencé ma carrière de compositeur de musiques de films.
Mais je ne fais pas que ça, je fais encore des musiques pour la danse et j’ai également fait un opéra qui passera le 27 avril à Pleyel.

Quel est votre rapport au cinéma ? Un mode d’expression comme un autre ou une véritable passion ?
Je ne suis pas un grand connaisseur du cinema mais j’ai beaucoup travaillé pour la danse. J’ai donc très peu travaillé pour moi même mais beaucoup pour d’autres créateurs. C’était donc une sorte de continuité de ce que j’ai fait auparavant. J’adore travailler sur quelque chose qui bouge que ce soient les danseurs ou le théâtre, et c’est donc la suite logique.

Votre musique a souvent soit des tonalités ethniques, je pense notamment à des films comme « va,vis deviens » ,  » indigènes « , « des hommes libres » , soit un fort rapport à la nature avec « la terre vue du ciel », « la jeune fille et les loups », « home » ou « Belle et Sebastien ». Vous n’avez pas envie d’explorer d’autres univers comme la comédie, le film d’action ou la science fiction?

Le film d’action j’en ai fait dernièrement. Mais comme les comédiens, on est vite mis sur un chemin . Plutôt que de parler de musique ethnique, je préfère parler de musique savante extra-européenne et c’était ma passion. J’ai essayé d’intégrer à l’orchestre d’autres instruments et la simplicité de ces musiques m’a toujours inspiré, comme la musique baroque. Et puis on a toujours envie de faire d’autres choses, c’est ça qui nous guide et nous maintient. J’ai donc toujours envie de faire autre chose et quand ça se présente je dis oui. Pour moi Belle et Sebastien c’est une nouvelle expérience, je n’avais jamais fait de film pour les enfants, dans cet univers là.

Comment choisissez-vous les projets sur lesquels vous travaillez?

Déjà je n’ai pas d’agent. Quand quelqu’un vient vers vous, la moitié du travail est faite. Il vient parce qu’il aime ce que vous faites, c’est déjà un grand pas. Ça élimine donc pas mal de projets et après je le fais sur la lecture du scénario: si je sens que ça me touche, que ça me concerne et que ça se rapproche de moi je dis oui même s’il n’y a pas d’argent. C’est avant tout une histoire qui me touche.

Sur Belle et Sebastien, vous retrouvez la violoniste Sarah Nemtanu qu’on connaît sur Bordeaux….
(Rires) Vous connaissez toute la famille !

L’idée de retravailler avec elle ça vient de vous ?

Oui ça vient de moi! Ça fait une dizaine ou une quinzaine de films qu’on travaille ensemble, depuis « la jeune fille et les loups ». J’ai rencontré Sarah par un violoncelliste qui s’appelle Gregoire et j’ai travaillé au Conservatoire aussi donc je l’ai rencontrée à ce moment là . Maintenant je ne peux plus m’empêcher de la mettre dans chacun de mes projets comme un grigris! Elle est extraordinaire! La qualité des interprètes qui m’entourent est formidable autant en musique traditionnelle qu’occidentale. Je trouve que c’est important que les gens amènent une âme dans ce qu’ils font. Elle, c’est dans chaque note qu’elle joue ! J’ai d’ailleurs une anecdote: quand j’ai enregistré « la Jeune fille et les loups », dans l’ouverture, il y a une seule note de violon à la fin et moi j’enregistre toujours les solistes ici et après je vais à Prague ou à Londres pour enregistrer les orchestres. Le directeur artistique de l’orchestre entend donc cette note et me dit  » mais c’est incroyable, c’est une super violoniste! » Comme quoi une note peut tout changer.

Pour les chansons, le choix de Zaz, c’est vous?

Oui, j’avais trois idées. J’ai appelé MaÏ Lan, Rosemary de Moriarty et j’avais envie de Zaz. J’ai d’abord travaillé sur les arrangements, quelque chose de minimaliste pendant 2-3 mois puis je les ai appelées pour faire des essais. Toutes les trois ont été extraordinaires mais Zaz a amené quelque chose qu’on attend d’un interprète dans la chanson française. Ça m’a touché et j’étais vraiment emballé! Quand j’ai fait écouter à Nicolas Vanier et aux gens de Gaumont ça a été assez unanime. D’autres essais étaient prévus mais ça s’est arrêté là.

C’est un choix du réalisateur de garder les chansons de la série?

J’imagine que c’est d’abord de la part de la Gaumont un choix commercial et qu’on ne pouvait faire cette série sans Mehdi et sans les chansons. Mais il fallait les introduire sans tomber dans une sorte de passéisme, c’était ça le plus important pour moi.

Quand vous travaillez sur un film comme Belle et Sebastien, vous travaillez en amont ou sur les images?

J’ai travaillé en amont sur les chansons car c’était un long processus. Pour le reste, c’était une bataille avec Nicolas Vanier qui me disait « donne moi de la musique, donne moi de la musique » et moi qui lui répondait « donne moi des images, donne moi des images! » J’ai fini par le convaincre de ma façon de travailler. J’ai donc attendu la fin du montage et après avoir vu le film en entier, j’ai fait le premier thème. Nicolas était rassuré…

Le César pour le Concert, est-ce que ça change des choses ?

Non, déjà il y a cette polémique sur le fait que j’ai accepté ce César. Autre anecdote: quand j’ai été nommé pour Amen, j’étais le seul à avoir fait une musique originale et Wojciech_Kilar pour le Pianiste n’avait fait que le générique! J’étais très content qu’il ait le César car je me suis dit que c’était pour sa carrière. Quand j’ai eu le mien, j’ai remercié tchaikovski et j’ai pensé que c’était pour mes 4 nominations. Mais ça ne change rien du tout, je n’ai pas d’agent et je me laisse aller.

Avez-vous des modèles en matière de compositeurs de musiques de films?

Non, il y en a beaucoup de talentueux mais je ne suis pas un grand « mangeur » de BO. La dernière fois j’ai vu Sous Surveillance de Redford et j’ai adoré la musique de Cliff martinez, j’ai trouvé ça extraordinaire! Je suis touché à la fois par le film et la musique. J’aime beaucoup la musique baroque et des gens comme Arvo Pärt aussi, la musique traditionnelle.

Dites-moi si je me trompe, mais j’ai l’impression que la musique de films en France est un peu un parent pauvre par rapport à d’autres pays comme les Etats-Unis par exemple?

Non c’est pas vrai. Quand un réalisateur ou un producteur a vraiment une envie d’écriture où la musique est présente, il n’y aura pas de problème pour avoir un budget. Maintenant c’est aussi une autre dimension, on ne peut pas comparer avec les budgets astronomiques de certains films américains. C’est un rapport, on n’est pas du tout dans la même économie. Je ne dirais donc pas que la musique est un parent pauvre en France mais certains réalisateurs n’ont pas le réflexe de penser à la musique avant, c’est ce qui est différent de la culture anglo-saxonne.

Merci de m’avoir accordé ces instants, en tout cas très belle BO! Je cours voir le film de ce pas!

Tant mieux, allez-y, il faut des entrées!

Je tiens donc à remercier Armand Amar de m’avoir accordé ces quelques instants et Armonie pour en avoir été à l’initiative.

belle-sebastien-cover-album

La bande originale est également téléchargeable sur Itunes: http://bit.ly/BelleetSebastien

LES CESAR 2013: NOMINATIONS ET PRONOSTICS

367634_189

Ca y est! Ca vient de tomber! On connaît les nommés dans les diverses catégories pour la prochaine cérémonie des César! Jetons-y un oeil et essayons de deviner qui l’emportera!

Meilleur film
Le Prénom
Holy Motors                                                                                                                                                                Amour
De rouille et d’os
Les Adieux à la reine
Dans la maison
Camille redouble

La lutte se fera vraisemblablement entre Amour et De rouille et d’Os mais le favori reste le film d’Haneke qui devrait s’imposer!

Meilleur réalisateur
Benoît Jacquot
Michael Haneke
Noémie Lvovsky
François Ozon
Jacques Audiard
Leos Carax
Stéphane Brizé

Et si Audiard soufflait la récompense à son concurrent autrichien tant sa maîtrise de la mise en scène impressionne! Pourquoi pas?

Meilleur film étranger
Argo
Bullhead
Laurence ANyways
Oslo, 31 août
La Part des Anges
Royal Affair
À perdre la raison

La concurrence est dure dans cette catégorie! Je verrais bien l’excellent Bullhead même si l’outsider Royal Affair ferait mon bonheur!

Meilleure actrice
Catherine Frot « les Saveurs du  Palais »
Marion Cotillard « De rouille et d’os »
Noémie Lvovsky « Camille redouble »
Corinne Masiero « Louise Wimmer »
Emmanuelle Riva « Amour »
Léa Seydoux « Les Adieux à la Reine »
Hélène Vincent « Quelques heures de printemps »

Les nominations se tiennent exceptées Catherine Frot et Noémie Lvovsky pour des films assez inconsistants. Même si mon coeur pencherait pour Marion Cotillard pour son exceptionnelle prestation dans le film d’Audiard, la gagnante sera certainement Emmanuelle Riva! A moins que Corinne Masiero ne crée la surprise!

Meilleur acteur
Jean-Pierre Bacri « Cherchez Hortense »
Patrick Bruel « le Prénom »
Dennis Lavant « Holy Motors »
Vincent Lindon « Quelques heures de printemps »
Fabrice Lucchini « Dans la maison »
Jean-Louis Trintignant « Amour »
Jérémie Renier « Cloclo »

Ici aucun doute, la prestation de Jean-Louis Trintignant est clairement au-dessus des autres!

Meilleur second rôle féminin:
Valérie Benguigui dans Le Prénom
Judith Chemla dans Camille redouble
Isabelle Huppert dans Amour
Yolande Moreau dans Camille redouble
Edith Scob dans Holy Motors

Catégorie très difficile à pronostiquer, personne ne sortant vraiment du lot! Avec deux nominations, Camille Redouble pourrait bien rafler la mise! Pourquoi pas Judith Chemla qu’on a plusieurs fois vu excellente!

Meilleur second rôle masculin
Guillaume de Tonquedec dans Le Prénom
Samir Guesmi dans Camille redouble
Benoît Magimel dans Cloclo
Claude Rich dans Cherchez Hortense
Michel Vuillermoz dans Camille redouble

Catégorie assez homogène également exceptée la grosse blague Magimel ridicule dans Cloclo! J’opterai pour le très bon Claude Rich, désopilant dans le film de Bonitzer!

Meilleur premier film
Augustine d’Alice Winocour
Comme des frères d’Hugo Gélin
Louise Wimmer de Cyril Mennegun
Populaire de Régis Roinsard
Rengaine de Rachid Djaïdani

Le gagnant semble désigné avec Louise Wimmer à moins que Rengaine ne crée la surprise!

Meilleur documentaire:
Bovines ou la vraie vie des vaches d’Emmanuel Gras
Duch, le maître des forges de l’enfer de Rithy Panh
Les Invisibles de Sébastien Lifshitz
Journal de France de Claudine Nougaret et Raymond Depardon
Les Nouveaux chiens de garde de Gilles Balbastre et Yannick Kergoat

Cela se jouera entre le film de Depardon et les Invisibles, ce dernier pouvant bénéficier de l’actualité!

Meilleur film d’animation
Edmond était un âne de Franck Dion
Ernest et Célestine de Benjamin Rennet, Vincent Patar et Stéphane Aubier
Kirikou et les hommes et les femmes de Michel Ocelot
Oh Willy… d’Emma de Swaef et Marc Roels
Zarafa de Rémi Bezançon et Jean-Christophe Lie

L’absence du Magasin des Suicides de Patrice Leconte reste une énigme! Le Kirikou semble bien armé pour remporter la statuette! A moins qu’Ernest et Célestine ne s’immisce…

Meilleur espoir masculin
Félix Moati dans Télé Gaucho
Kacey Mottet Klein dans L’Enfant d’en haut
Pierre Niney dans Comme des frères
Matthias Schoenaerts dans De rouille et d’os
Ernst Umhaeur dans Dans la maison

Bien que tous très bons, Matthias Schoenaerts est clairement au-dessus dans le film d’Audiard!

Meilleur espoir féminin
Alice de Lencquesaing dans Au galop
Lola Dewaere dans Mince alors
Julia Faure dans Camille redouble
India Hair dans Camille redouble
Izia Higelin dans Mauvaise fille

Je mettrais bien une place sur la fille à Jacquot!!!

Meilleur scénario original
Adieu Berthe
Amour
Camille redouble
Holy Motors
Quelques heures de printemps

Amour sans hésitation!

Meilleure adaptation:
Luca Belvaux pour 38 témoins
Gilles Taurand et Benoît Jacquot pour Les Adieux à la Reine
François Ozon pour Dans la maison
Jacques Audiard et Thomas Bidegain pour De rouille et d’os
Matthieu Delaporte et Alexandre de la Patellière pour Le Prénom

Ce sera très certainement De rouille et d’Os pour ce très beau scénario tiré d’un recueil de nouvelles de Davidson!

Meilleure musique originale
Bruno Coulais pour Les Adieux à la Reine
Gaëtan Roussel et Joseph Dahan pour Camille redouble
Philippe Rombi pour Dans la maison
Alexandre Desplat pour De rouille et d’os
Rob et Emmanuel d’Orlando pour Populaire

Bruno Coulais!!!

Meilleur montage:
Luc Barnier pour Les Adieux à la Reine
Monika Willi pour Amour
Annette Dutertre et Michel Klochendler pour Camille redouble
Juliette Welfling pour De rouille et d’os
Nelly Quettier pour Holy Motors

Mon coeur penche pour De rouille et d’os!

Meilleur son:
Les Adieux à la Reine
Amour
Cloclo
De rouille et d’os
Holy Motors

Très beau travail sur le son pour De Rouille et d’Os!

Meilleure photographie:
Romain Winding pour Les Adieux à la Reine
Darius Khondji pour Amour
Stéphane Fontaine pour De rouille et d’os
Caroline CHampetier pour Holy Motors
Guillaume Schiffman pour Populaire

Va pour Stéphane Fontaine et le Audiard!

Meilleurs costumes:
Christian Gasc pour Les Adieux à la Reine
Pascaline Chavanne pour Augustine
Madeline Fontaine pour Camille redouble
Mimi Lepicka pour Cloclo
Charlotte David pour Populaire

Sans hésitation les Adieux à la reine même si Populaire le talonne.

Meilleurs décors:
Katya Wyszkop pour Les Adieux à la Reine
Jean-Vincent Puzos pour Amour
Philippe Chiffre pour Cloclo
Florian Sanson pour Holy Motors
Sylvie Olivé pour Populaire

Même chose que pour les costumes!

Meilleur court-métrage:
Ce n’est pas un film de cow-boys de Benjamin Parent
Ce qu’il restera de nous de Vincent Macaigne
Le Cri du homard de Nicolas Guiot
Les Meutes de Manuel Schapira
La vie parisienne de VIncent Dietschy

Au pif, le cri du homard parce que j’aime bien le titre!

Faites vos jeux et rendez-vous le 24 février!

CRITIQUE DVD: L’EXERCICE DE L’ETAT

LE FILM:

Le ministre des Transports Bertrand Saint-Jean est réveillé en pleine nuit par son directeur de cabinet. Un car a basculé dans un ravin. Il y va, il n’a pas le choix. Ainsi commence l’odyssée d’un homme d’État dans un monde toujours plus complexe et hostile. Vitesse, lutte de pouvoirs, chaos, crise économique… Tout s’enchaîne et se percute. Une urgence chasse l’autre. À quels sacrifices les hommes sont-ils prêts ? Jusqu’où tiendront-ils, dans un État qui dévore ceux qui le servent ?…

Dès la première scène, avec cette femme nue qui met sa tête dans la gueule d’un alligator au sein d’un bureau ministériel, on sait qu’on va assister à autre chose qu’une simple fiction politicienne comme on en voit des tonnes. Pierre Schoeller, pour son deuxième film après « Versailles », nous montre les arcanes de la vie politique à travers un scénario brillant et une mise en scène d’une inventivité constante. Le personnage principal qu’il choisit de nous montrer est un ministre un peu centriste, incarné par un Olivier Gourmet magistral, qui navigue au milieu des requins, tous prêts à le dévorer y que ce soit son assistante (excellente Zabou) ou son directeur de cabinet (Michel Blanc toujours très bon dans ce type de rôles). Mené à un train d’enfer, le film est passionnant de bout en bout, le scénario prenant même un virage inattendu dans son dernier tiers. Une authentique réussite pour l’un des meilleurs films de cette année 2011, justement récompensé de 3 César (meilleur second rôle masculin pour Michel Blanc, meilleur scénario et meilleur son), dans un DVD techniquement parfait!

LES BONUS:

Outre les bandes annonces d’usagen, on trouve un court sujet sur la scène de l’accident, un entretien avec le compositeur et un long entretien du réalisateur donné lors de l’émission « projection privée » sur France Culture. Passionnant!

VERDICT:

Indispensable!

Disponible en DVD (19,99 euros) et en Blu-ray (24,99 euros) chez Diaphana Video dès le 1er mars.
Achetez L’exercice de l’Etat

CESAR 2012: LE PALMARES

Nous retiendrons de cette édition la grande victoire de « The Artist » (6 César), la victoire d’Omar Sy au nez et à la barbe de Jean Dujardin ou de Philippe Torreton qui prête quand même à discussion et l’absence de « la guerre est déclarée » au palmarès!

THE ARTIST

Meilleure actrice Bérénice Béjo

– Meilleure musique

– Meilleure photo

– Meilleurs décors

– Meilleur Réalisateur

– Meilleur film

L’exercice de l’Etat

Meilleur second rôle masculin Michel Blanc

– Meilleur scénario

– Meilleur son

Polisse

Meilleur espoir féminin Naidra Ayadi ex aequo

– Meilleur montage

Angèle et Tony

– Meilleur espoir féminin Clotilde Hesme ex aequo

– Meilleur espoir masculin Grégory Gadebois

Intouchables

Meilleur acteur Omar Sy

Carnage

Meilleure adaptation

L’Apollonide, souvenirs de la maison close

– Meilleurs costumes

L’accordeur

Meilleur court métrage

Le chat du rabbin

Meilleur film d’animation

Tous au Larzac

Meilleur documentaire

Une Séparation

Meilleur film étranger

Le cochon de Gaza

– Meilleur premier film

CRITIQUE: LE PREMIER JOUR DU RESTE DE TA VIE (2008)

Voyons voir ce film qui recueille 9 nominations aux césars de cette année! Et bien, on a là un bon petit film sur la famille qui fait passer un bon moment mais sans plus! Chacun se retrouve un peu dans l’histoire de cette famille moyenne emmenée par un excellent Jacques Gamblin. On y retrouve les crises d’adolescence, les premieres relations, le vieillissement du couple, etc… La mise en scène souffre quant à elle de certaines lourdeurs ; certains effets de styles sont de trop et la musique est parfois (souvent!) envahissante! On dirait qu’il est indispensable de tout souligner avec la BO de Sinclair!

On peut noter également l’excellente prestation des trois acteurs qui interprètent les enfants; ils sont d’ailleurs tous les trois nommés dans la catégorie des meilleurs espoirs. Se regarde et s’oublie aussi vite! 

CRITIQUE: VALSE AVEC BACHIR (2008)

N’ayant pu profiter des places gagnées pour l’avant-première de ce film, j’attendais donc patiemment la sortie dvd de ce film qui, depuis sa sortie, accumule les récompenses dont la dernière en date: le César du Meilleur film étranger! Et je n’ai pas été déçu!

Tout d’abord, il faut souligner la qualité de l’édition dvd dans un sublime écrin garni de planches de la BD et agrémenté de quelques bonus passionnants.

Quant au film, il s’agit d’un récit autobiographique qui prend l’aspect d’un documentaire. Le personnage principal, le réalisateur Ari Folman lui-même, retrouve un ancien camarade avec qui il a combattu dans l’armée israélienne, qui lui raconte ses cauchemars liés au massacre de Sabra et Chatila. Le lendemain, il a des visions qui lui reviennent de cette période tragique. Il va alors se lancer dans une quête afin de retrouver ses souvenirs et va rencontrer d’autres soldats qui lui feront partager les leurs.

Un film formidable sur la guerre et ses conséquences psychologiques! Porté par une magnifique BO, le fim est bourré d’idées de mise en scène et nous bouleverse d’un bout à l’autre. Le film finit de nous assommer avec en guise de conclusion les véritables images du carnage.

A voir absolument: un des plus beaux films de 2008, si ce n’est le plus beau.