Critique Dvd: L’Audience

81JvYy7wtrL._SL1500_.jpg

LE FILM:

4.5

Dans une profonde tourmente spirituelle, le jeune Amedeo – un catholique fervent – quitte sa ville du nord de l’Italie pour Rome où il demande audience auprès du Pape Paul VI. Une requête qui laisse sceptiques les autorités du Vatican. Soupçonneuses, celles-ci donnent ordre à un policier de le surveiller, puis c’est au tour dune prostituée d’essayer de le faire passer aux aveux. Que veut donc dire Amedeo au Souverain pontife ? La question taraude à ce point les gardiens du Saint-Siège qu’ils font tout pour qu’il n’atteigne pas son but…

Deux ans avant « la Grande Bouffe », Marco Ferreri réalise « l’Audience » récit kafkaïen d’un homme désirant rencontrer le Pape et se heurtant par là même à l’autorité, qu’elle soit religieuse ou judiciaire. Si l’on ne sait jamais ce qu’Amedeo veut vraiment dire à sa Sainteté, l’essentiel n’est pas là: Ferrerri dénonce ici l’autorité en tant que frein aux libertés individuelles. On retrouve entre autres dans les seconds rôles Ugo Tognazzi en flic retors ou encore la sublimissime Claudia Cardinale dans le rôle d’une prostituée chargée de cuisiner le suspect! Un bijou!

TECHNIQUE:

4.5

Une copie restaurée impeccable!

BONUS:

4.5

Outre la présentation passionnante du film par le spécialiste du Cinéma italien Jean Gili, on trouve un documentaire dans lequel Claudia Cardinale évoque sa carrière et sa vie pendant près d’une heure.

VERDICT:

4.5

Un chef d’oeuvre méconnu à (re)découvrir dans une très belle édition!

Disponible en DVD (16.99 euros) chez Sidonis

Critique Dvd: la Fille à la valise

71t7+4rl95L._SL1500_

  • Date de sortie :
    10 mai 1962
  • Réalisé par :
    Valerio Zurlini
  • Avec :
    Claudia CardinaleJacques PerrinRomolo VALLI
  • Durée :
    1h45min
  • Pays de production :
    France Italie
  • Année de production :  1960
  • Titre original : LA RAGAZZA CON LA VALIGIA
  • Distributeur :
    CFDC/2005:GEMINI FILMS

LE FILM:

4.5

 

Attirée par le succès, Aïda une jeune danseuse de province, se laisse séduire par les belles promesses de Marcello, un don juan qui se lasse bientôt d’elle. Il demande alors à son frère Lorenzo d’éloigner la jeune fille. Celui-ci, bien qu’âgé de 16 ans, est ému par la triste histoire d’Aïda et décide de la protéger. Pour cela, il n’hésite pas à inventer tout un stratagème…

Film peu connu d’un cinéaste resté dans un certain anonymat, Valerio Zurlini, « la Fille à la valise » mérite pourtant largement le coup d’oeil. Impeccablement mis en scène, ce mélodrame sur l’amour impossible entre un adolescent bourgeois et une danseuse de province est remarquable. Très bien écrit, le film bénéficie en outre d’une magnifique interprétation de la splendide Claudia Cardinale et du jeune Jacques Perrin. A découvrir absolument!

TECHNIQUE:

4

 

Très belle copie malgré quelques défauts mineurs. Définition et contraste sont au rendez-vous!

BONUS:

3.5

 

Outre la bande annonce, on trouve également une présentation érudite de Jean Gili.

VERDICT:

4.5

 

Un somptueux mélodrame!

Disponible en DVD (12.99 euros) chez M6 vidéo

 


 

FESTIVAL2VALENCIENNES: LA 4EME EDITION DEBUTE AUJOURD’HUI!

fest2valenciennes14

 

C’est aujourd’hui et jusqu’à dimanche que débute la 4 ème édition d’un festival qui propose à travers une sélection de documentaires et de fictions une programmation assez alléchante! Dans les documentaires, on pourra voir entre autres Dancing in Jaffa et I am Divine.

Côté fiction, Joe avec Nicolas Cage ou le dernier Xavier Dolan seront de la partie. Hors compétition, les festivaliers pourront découvrir le Promeneur d’oiseau de Philippe Muyl et Dans la Cour, le dernier film de Pierre Salvadori.

Côtés invités, seront présents entre autres Jean-Jacques Beineix et Etienne Chatiliez et des hommages seront rendus à Claudia Cardinale et Agnès Varda!

Programmation complète:

DOCUMENTAIRES :
FICTIONS :
HORS COMPÉTITION :
  • DANS LA COUR de Pierre Salvadori (France) : pas de bande-annonce officielle pour l’instant

CRITIQUE DVD: HOLD-UP A LA MILANAISE

81Poz6lrb+L._SL1500_

LE FILM: 8/10

Une bande de petits voleurs est à la recherche d’un gros coup. Ils dérobent une valise contenant les enjeux de paris. La valise changera plusieurs fois de mains au cours de leurs nombreuses mésaventures…

images

Afin de rebondir sur l’énorme succès du Pigeon de Mario Monicelli, une suite est envisagée mais sans le réalisateur et sans Marcello Mastroianni. Ce sera Hold-up à la Milanaise, réalisé par Nanni Loy et interprété par Vittorio Gassman, Nino Manfredi et la magnifique Claudia Cardinale. Si le film n’a pas la même ampleur que son modèle, c’est une pure comédie italienne très réussie. On y retrouve le message social sur l’impossibilité pour les pauvres de se hisser dans la classe supérieure, même illégalement. Mais ce Hold-up à la Milanaise reste avant tout un divertissement extrêmement bien troussé et très souvent hilarant tant les personnages font preuve de stupidité. La scène dans laquelle les 4 acolytes, observés par la police, se mettent à jouer à saute-mouton, vaut son pesant de cacahuètes!

TECHNIQUE: 9/10

Une copie restaurée splendide à tous les niveaux!

BONUS: 9/10

Outre une présentation du film par Jean Gili, spécialiste du cinéma italien, on trouve un documentaire de 52 mins sur l’histoire du cinéma transalpin!

VERDICT: 8.5/10

Une comédie italienne à découvrir absolument!

Disponible en DVD (16.99 euros) chez Sidonis

CRITIQUE DVD: GEBO ET L’OMBRE

visuel

LE FILM: 8.5/10

Malgré l’âge et la fatigue, Gebo poursuit son activité de comptable pour nourrir sa famille. Il vit avec sa femme, Doroteia, et leur belle-fille, Sofia, mais c’est l’absence de leur fils, João, qui occupe les esprits. Gebo semble cacher quelque chose à son sujet, en particulier à Doroteia, qui vit dans l’attente passionnée de leur enfant. De son côté, Sofia attend également le retour de son mari, tout en le redoutant. De manière soudaine, João réapparaît, tout bascule.

70 ans après son premier film, Manoel de Oliveira, cinéaste le plus âgé en activité, adapte une pièce de théâtre de Raul Brandao. Dans un lieu unique, il filme en longs plans séquences fixes la famille de Gebo. Ce dernier passe ses journées à tenir les comptes de personnes dont il n’aura jamais la richesse alors que le fils Joao est aux abonnés absents. Ce qui frappe dans le film de De Oliveira, c’est ce qu’il donne à ressentir au spectateur tout en restant dans le minimalisme. On ressent la pluie qui tombe au dehors, la chaleur de la lampe à huile et même les odeurs qui règnent dans la demeure du vieux comptable. Pour peu que l’on ne soit pas rebuté par ce minimalisme, on ne peut que se laisser porter par ces magnifiques comédiens (Michael Lonsdale, Claudia Cardinale ou Jeanne Moreau) et savourer ces images qui constituent de vraies toiles de maître.

TECHNIQUE: 8/10

Rien à dire sur ce DVD impeccable.

BONUS: 7/10

Outre la bande-annonce , on trouve une galerie photos, les filmographies du réalisateur et de ses comédiens, une video de l’avant-première à la Cinémathèque où chacun y va de son discours (sans grand intérêt) et une interview de Michael Lonsdale et Claudia Cardinale.

VERDICT: 8.5/10

Un grand film qui se mérite!

Disponible en DVD (19,99 euros) chez Epicentre Films

Découvrez d’autres  films sur Cinetrafic dans des catégories aussi diverses et variées que sortie cinema ainsi que bande annonce.

CRITIQUE: IL ETAIT UNE FOIS DANS L’OUEST (1968)

Alors qu’il prépare une fête pour sa femme, Bet McBain est tué avec ses trois enfants. Jill McBain (Claudia Cardinale) hérite alors des terres de son mari, terres que convoite Morton, le commanditaire du crime (celles-ci ont de la valeur maintenant que le chemin de fer doit y passer). Mais les soupçons se portent sur un aventurier, Cheyenne ( Jason Robards)…

La sortie du film en blu-ray m’a donné l’occasion de revoir ce chef d’oeuvre dans sa version restaurée et dans des conditions sonores et visuelles étourdissantes. Après avoir créé sa « trilogie du dollar » (« Pour une poignée de dollars », « et pour quelques dollars de plus » et « le bon, la brute et le truand »), Sergio Leone entame sa trilogie des « il était une fois » avec ce film pour la conclure ensuite avec « il était une fois la révolution » et « il était une fois en Amérique ». Avec ce premier volet, il procède en quelque sorte à l’enterrement du western, genre très présent dans les années 50 et 60 pour disparaître petit à petit des écrans. Leone montre ici la création des Etats-Unis avec l’arrivée du rail et place les enjeux financiers de cette Révolution au centre de son action. Sur la forme, d’une durée de quasiment trois heures, le film est une succession de scènes dilatées à l’extrême dans lesquelles les gros plans sur les visages et les panoramiques se suivent portés par la musique légendaire d’Ennio Morricone. La scène la plus connue est sans doute la scène d’ouverture durant laquelle on assiste à l’attente de l’arrivée du train dans lequel se trouve l’homme à l’harmonica (Charles Bronson) par trois tueurs. Pendant treize minutes, alors que la caméra passe d’un visage à l’autre, les seuls sons entendus sont ceux des mouches et de l’éolienne qui grince jusqu’à l’arrivée de Bronson caractérisée par le son de l’harmonica. Ce son-là reviendra à intervalles réguliers tout au long du film pour introduire une tension qui aboutira comme l’on s’en doute à un règlement de comptes.

Truffé d’images magnifiques que la musique ne fait que sublimer et porté par un casting formidable qui comprend notamment Henry Fonda génial dans le rôle du méchant et la merveilleuse Claudia Cardinale, le film est à redécouvrir dans cette édition irréprochable. Les yeux bleus de Fonda n’auront jamais été aussi perçants et ceux de Cardinale aussi envoutants. Sans conteste l’un des plus grands films jamais réalisés!

LE GUEPARD (1963)

En 1860, tandis que la Sicile est submergée par les bouleversements de Garibaldi et de ses Chemises Rouges, le prince Salina, « le Guépard »,  se rend avec toute sa famille dans sa résidence de Donnafugata. Prévoyant le déclin de l’aristocratie, ce dernier accepte une mésalliance et marie son neveu Tancrède à la fille du maire de la ville, représentant la classe montante.

La première fois que j’ai vu ce film, je devais avoir une douzaine d’années sur une bonne vieille VHS toute pourrie avec une image tellement mauvaise qu’on distinguait la moitié des sous-titres! Autant dire que mon souvenir était celui d’un ennui abyssal!

La restauration orchestrée par la Film Fundation de notre ami Scorsese et sa réédition en blu ray me donnait l’occasion de me faire un jugement différent du film de Visconti. Et bien ce jugement est complètement différent! Ces quelques années de plus ainsi que les progrès technologiques m’ont fait (re)découvrir un magnifique chef d’oeuvre littéralement envoûtant. La qualité de l’image permet de savourer pleinement le travail au niveau de la photo, des décors ou encore des costumes qui en font un régal pour les yeux. Les oreilles ne sont pas en reste avec une bande originale belle à pleurer de Nino Rota. Et que dire du trio d’acteurs époustouflant composé de Burt Lancaster, Alain Delon et la magnifique Claudia Cardinale.

Comme dans Senso, Luchino Visconti montre tout son talent pour nous conter la petite histoire dans la grande avec un faste qu’on ne voit plus. Que ce soit dans la scène de guerre au début du film ou lors de la scène du bal, le souci du détail de Visconti fait merveille.

Au niveau des bonus, on est gâté avec des interviews passionnantes du producteur et des deux acteurs principaux encore en vie, Delon et Cardinale, qui parlent avec une vraie passion du génie de Visconti. Le reste est plus anecdotique avec des images d’actualité de l’époque ou la montée des marches au dernier festival de Cannes.

Un blu-ray INDISPENSABLE qui montre l’utilité d’un tel support pour les films du patrimoine!