Critique Bluray: Premières Vacances

71MCbCpvi9L._SL1500_.jpg

Réalisation Patrick Cassir
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Sortie 2 janvier 2019

LE FILM:

3

Marion et Ben, trentenaires et parisiens, font connaissance sur Tinder. C’est à peu près tout ce qu’ils ont en commun , mais les contraires s’attirent, et ils décident au petit matin de leur rencontre de partir ensemble en vacances malgré l’avis de leur entourage. Ils partiront finalement… en Bulgarie, à mi-chemin de leurs destinations rêvées : Beyrouth pour Marion, Biarritz pour Ben. Sans programme précis et, comme ils vont vite le découvrir, avec des conceptions très différentes de ce que doivent être des vacances de rêve…

Premier film de Patrick Cassir, co-écrit avec sa compagne Camille Chamoux, « Premières vacances » est un mélange de comédie pure et de rom-com plutôt réussie notamment dans une première partie vraiment hilarante. Il faut dire que Jonathan Cohen est d’une telle puissance comique qu’il est difficile de résister à ce personnage de trentenaire un peu maniaque et avide de luxe qui se retrouve avec une baroudeuse dans des situations ô combien compliquées! Un bon moment !

TECHNIQUE:

4.5

Un sans faute!

BONUS:

2.5

On trouve ici une interview du réalisateur ainsi qu’une interview des deux comédiens dont Camille Chamoux, co-scénariste et compagne du réalisateur.

VERDICT:

3

Une première comédie qui vaut le coup d’oeil ne serait-ce que pour l’impayable Jonathan Cohen!

Disponible en DVD et bluray (19.99 euros) chez LE PACTE dès le 8 mai

 

Publicités

Critique: Glory ( Festival de Cinéma Européen des Arcs 2016)

glory

2016 – Bulgarie De Kristina GROZEVA, Petar VALCHANOV Avec : Stefan DENOLYUBOV, Margita GOSHEVA, Milko LAZAROV, Kitodar TODOROV

Lorsqu’un cheminot nommé Tsanko Petrov trouve des millions de lev sur la voie ferrée, il décide de remettre la totalité de la somme à la police. L’État reconnaissant lui offre une nouvelle montre-bracelet en récompense… qui s’arrête bientôt. Pendant ce temps, Julia Staikova, la directrice des relations publiques du ministère des transports, égare sa vieille montre. Ici commence la bataille désespérée dans laquelle se lance Petrov pour récupérer non seulement sa vieille montre, mais aussi sa dignité.

Sous une apparence un peu fauchée et peu inspirée des premières images où l’on voit un cheminot travailler sur les voies, filmé caméra à l’épaule, avec une lisibilité des plus limitées, le film se révèle être, petit à petit et jusqu’au bout, finalement un grand film! Tout repose sur un scénario apparemment basique et un thème qui irradie beaucoup de films d’Europe de l’Est: un Etat gangrené par la corruption. Le cheminot, bègue et naïf, découvre un pactole sur les rails et décide de le restituer quasi-intégralement, ne prélevant qu’une somme ridicule pour boucler sa fin de mois. Elevé au rang de héros national par le service de presse du Ministère des Transports dans le but de faire oublier les affaires de corruption, il va s’avérer être le grain de sable dans l’engrenage à cause d’une stupide affaire de montre. Ce scénario, véritable mécanique de précision, nous offre un personnage de cinéma inoubliable, cet homme du peuple naïf mais d’une bonté folle, un John Doe bulgare, porté par un acteur époustouflant, Stefan Denolyubov. La mise en scène est à saluer également tant elle regorge d’idées brillantes, comme cette mouche omniprésente au domicile de Petrov, que l’on entend voler en même temps que la musique d’attente téléphonique du Ministère, manière astucieuse d’illustrer l’opposition entre les deux mondes. Tous les seconds rôles sont également d’une richesse folle, en particulier la directrice des relations publiques du Ministère, Julia, enfermée dans son monde, que seul un choc pourrait faire réagir. Un chef d’oeuvre!

5