Critique: Pupille

5480338.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Jeanne Herry
Scénario Jeanne Herry
Acteurs principaux
Sociétés de production CHI-FOU-MI Productions
Les Productions du Trésor
Studio Canal
France 3 Cinéma
Artémis Productions
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 107 minutes
Sortie 5 décembre 2018

Théo est remis à l’adoption par sa mère biologique le jour de sa naissance. C’est un accouchement sous X. La mère à deux mois pour revenir sur sa décision…ou pas. Les services de l’aide sociale à l’enfance et le service adoption se mettent en mouvement. Les uns doivent s’occuper du bébé, le porter (au sens plein du terme) dans ce temps suspendu, cette phase d’incertitude. Les autres doivent trouver celle qui deviendra sa mère adoptante. Elle s’appelle Alice et cela fait dix ans qu’elle se bat pour avoir un enfant. PUPILLE est l’histoire de la rencontre entre Alice, 41 ans, et Théo, trois mois.

Quatre ans après des débuts prometteurs avec « Elle l’adore« , comédie noire sur la célébrité, Jeanne Herry revient avec un film choral sur l’adoption, tout à la gloire des travailleurs sociaux. Avec un montage éclaté en temps et en lieux, on suit d’un côté l’itinéraire d’un nouveau né dont sa maman biologique ne veut pas et de l’autre le parcours sur huit années d’une femme (on retrouve la magnifique actrice qu’est Elodie Bouchez) qui se bat pour être mère. Ces deux trajets finiront par se croiser avec sur leurs chemins des éducateurs (sublime Sandrine Kiberlain), un père d’accueil (bouleversant Gilles Lellouche), une assistante sociale, le conseil familial, tous là dans un seul but, donner le meilleur avenir possible à cet enfant né sous x. Extrêmement doux et bienveillant, « Pupille » est donc un film choral presque autant qu’un thriller mais surtout un torrent d’émotion qui ne peut laisser insensible! L’un des grands films français de cette année!

4.5

CRITIQUE BLU-RAY: LE FILS DE L’AUTRE

LE FILM: 6.5/10

Alors qu il s apprête à intégrer l armée israélienne pour effectuer son service militaire, Joseph découvre qu il n est pas le fils biologique de ses parents et qu il a été interverti par erreur à la naissance avec Yacine, l enfant d une famille palestinienne de Cisjordanie. La vie de ces deux familles est brutalement bouleversée par cette révélation, qui les oblige à reconsidérer leurs identités respectives, leurs valeurs, leurs convictions…

Sur un postulat de départ qui rappelle « la Vie est un long fleuve tranquille », à savoir l’échange accidentel à la maternité de deux enfants, la réalisatrice Lorraine Lévy (oui, la soeur de Marc!) choisit plutôt que d’en rire de mener une réflexion sur le conflit israelo-palestinien. Même si elle parvient à échapper à la stigmatisation de l’une ou l’autre communauté, elle ne parvient pas à insuffler un peu de tripes à son film lui donnant souvent des allures de téléfilm et c’est bien dommage étant donnée la force de son sujet. Restent deux portraits de famille intéressants et deux très belles interprétations de Pascal Elbé et Emmanuelle Devos. Même si le film manque un peu de passion, « le Fils de l’Autre » s’en tire plutôt bien sur un sujet très casse-gueule!

La copie proposée sur ce blu-ray est de toute beauté! Même si l’apport HD au niveau du son reste mineur, l’image est splendide!

LES BONUS: 9/10

Outre la bande-annonce, on trouve un making-of (journal de bord) passionnant d’une trentaine de minutes insistant sur la difficulté de tourner sur place ce genre de films, un bêtisier et quatre scènes coupées. Complet et de qualité!

VERDICT: 7.5/10

Un excellent blu-ray pour un film sympathique!

Disponible en DVD (19,99 euros) et blu-ray (24,99 euros) chez France Télévisions Distribution.

 


CRITIQUE: AWAY WE GO (2009)

Mars Distribution

Burt et Verona, un jeune couple « bobo », attendent leur premier enfant. Les parents de Burt partant s’installer à l’étranger, plus rien ne les retient dans leur petite ville. C’est l’occasion de donner une nouvelle orientation à leur vie et de trouver un nouveau nid pour leur bébé…

Réalisé par Sam Mendes à qui l’on doit « American Beauty », « les Sentiers de la perdition » ou dernièrement « les Noces Rebelles », ce road-movie aux airs de quête initiatique est un petit film indépendant sans star exceptés Maggie Gylenhall dans le rôle d’une mère babacool et Jeff Daniels dans le rôle du père de Burt. Mendes s’est donc éloigné des paillettes pour nous conter l’histoire d’un jeune couple d’aujourd’hui, pas des canons de beauté avec des problèmes comme tout le monde. Il nous montre les questions qui pleuvent dans la tête de futurs parents sur l’avenir,  sur la vision qu’ils souhaitent donner d’eux à leur enfant, le devenir de leur couple, de leur sexualité, etc…

Le film réserve quelques moments très drôles dans lesquels chacun se retrouvera et reste toujours bien au-dessus du lot de comédies qu’on nous sert régulièrement sur le sujet. Une jolie surprise à voir en dès maintenant en dvd (warner home video).