Critique: Joker

4765874.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Todd Phillips
Scénario Todd Phillips
Scott Silver
Acteurs principaux
Sociétés de production DC Entertainment
Joint Effort
Warner Bros.
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Thriller psychologique
Durée 122 minutes
Sortie 9 octobre 2019

Le film, qui relate une histoire originale inédite sur grand écran, se focalise sur la figure emblématique de l’ennemi juré de Batman. Il brosse le portrait d’Arthur Fleck, un homme sans concession méprisé par la société. 

Voilà un projet qui avait de quoi intriguer! Un film tiré de l’univers des comics, Batman plus précisément, réalisé par un tâcheron hollywoodien à  qui l’on doit les « Very Bad Trip » ou l’adaptation de « Starsky et Hutch », qui malgré tout récolte rien de moins que le Lion D’Or à Venise! Dès que le noir se fait, on sait qu’on est en face de quelque chose de spécial quand le logo de Warner version 70’s apparaît à l’écran, puis les premières images, granuleuses à souhait, qui sentent bon le vintage. Si le film de Todd Phillips est bien un prequel de Batman centré sur le personnage du Joker dont on apprend ici ses origines, « Joker » n’est pas un film de super héros et délaisse complètement le tout numérique. « Joker » est un film noir, poisseux, qui nous plonge dans la folie d’un homme, une fourmi écrasée par les pieds d’une société inégalitaire et cruelle envers les faibles. Arthur Fleck est un homme brisé, un laissé pour compte, handicapé par une maladie psy qui le marginalise un peu plus. Porté par un Joaquin Phoenix totalement hallucinant (Oscar en vue!), « Joker » est un film scorsesien en diable jusqu’au personnage de l’animateur TV incarné par De Niro qui n’est pas sans rappeler celui de « la Valse des Pantins ». Rien n’est à jeter dans ce film complètement à part dans le paysage hollywoodien actuel, mise en scène, photo, interprétation, force du propos! « Joker » est l’un des films majeurs de l’année et sans doute de la décennie!

5

Publicités

Critique Bluray 3D: Lego Batman

71aJm-rohKL._SL1000_.jpg

Titre original The Lego Batman Movie
Réalisation Chris McKay (en)
Scénario Seth Grahame-Smith
Acteurs principaux
Sociétés de production DC Entertainment
Warner Bros. Animation
Animal Logic
Lego
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de l'Australie Australie
Drapeau du Danemark Danemark
Genre Animation
Durée 104 minutes
Sortie 8 février 2017

LE FILM:

3.5

Il en rêvait depuis La Grande Aventure Lego : Batman est enfin le héros de son propre film ! Mais la situation a bien changé à Gotham – et s’il veut sauver la ville des griffes du Joker, il lui faudra arrêter de jouer au justicier masqué et découvrir le travail d’équipe ! Peut-être pourra-t-il alors se décoincer un peu…

Pas besoin d’être fan de Lego pour apprécier ce second volet cinématographique! Consacré au personnage de Batman, « Lego Batman » est toujours aussi impressionnant techniquement mais pas seulement! Le récit est toujours mené tambour battant et comprend suffisamment de références et de clins d’oeil à la pop culture pour parler au plus grand nombre. D’autant que ce volet voit le héros masqué se confronter à l’ensemble des méchants Warner, des Gremlins à Sauron du Seigneur des Anneaux en passant par les hommes en noir de Matrix! Si les scènes d’action pleuvent, c’est aussi à un déluge de punchlines et de répliques cultes que l’on assiste avec grand plaisir!

TECHNIQUE:

4.5

Cela tient quasiment du miracle niveau définition, même en 3D, avec une vraie sensation de pouvoir toucher les pièces! Superbe!

BONUS:

4.5

Outre des courts-métrages, des scènes coupées, on trouve aussi de nombreuses featurettes aussi ludiques qu’instructives!

VERDICT:

4

Une superbe édition pour un film d’animation des plus funs!

Disponible en DVD (14.99 euros), bluray (19.99 euros), bluray 3D (24,99 euros) et bluray 4K (29.99 euros) chez WARNER BROS

Critique Bluray 3D: Batman V Superman, l’Aube de la Justice

61XsC64a90L._SL1000_.jpg

Titre original Batman v Superman:
Dawn of Justice
Réalisation Zack Snyder
Scénario David S. Goyer
Chris Terrio
Acteurs principaux
Sociétés de production Dune Entertainment
DC Entertainment
Warner Bros.
Atlas Entertainment
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre super-héros
Durée 151 minutes
Sortie 23 mars 2016

LE FILM:

4

Craignant que Superman n’abuse de sa toute-puissance, le Chevalier noir décide de l’affronter : le monde a-t-il davantage besoin d’un super-héros aux pouvoirs sans limite ou d’un justicier à la force redoutable mais d’origine humaine ? Pendant ce temps-là, une terrible menace se profile à l’horizon…

Trois ans après le décevant « Man of Steel », Zack Snyder orchestre cette fois-ci la confrontation entre Batman et Superman. Les deux super-héros ont du mal ici à gérer la concurrence et Superman souffre en plus d’un racisme d’une partie de la population qui a du mal à supporter les « extra-terrestres »! Très noir et dépourvu d’humour, au contraire des Avengers, ce film de super-héros bénéficie de la mise en scène de Snyder, vraiment inspirée et d’un dosage plutôt réussi entre psychologie des personnages et action pure. Toutefois, ne soyons pas dupe, ce BVS n’est qu’un prétexte à lancer, grâce à l’apparition de Wonder Woman, Flash ou Aquaman, la Justice League, concurrent officiel des Avengers de Marvel. Mention spéciale à Jesse Eisenberg en Lex Luthor!

TECHNIQUE:

4.5

Magnifique à tous points de vue! Même la 3D vaut le détour, avec une belle visibilité et sans dédoublement!

BONUS:

5

On trouve ici un making of de près de deux heures avec notamment des sujets sur Batman, Superman ou Wonder Woman mais aussi sur la Batmobile  et même des images du long métrage dédié à la super-héroïne! Très complet!

Sans oublier, sur un troisième bluray la version longue du film (3 h!)!

VERDICT:

4

Une édition vraiment « Ultimate » pour le lancement réussi d’une nouvelle saga!

Edition Ultimate (34.99 euros) chez Warner Bros

Concert: Hans Zimmer

13325470_10153819758074542_5326860230367836700_nIMG_1739.JPG

Hier soir, la Patinoire de Bordeaux accueillait l’une des six dates françaises de la tournée mondiale du compositeur de musiques de films Hans Zimmer. Durant près de trois heures, Hans Zimmer, accompagné de près de 60 personnes sur scène, dont le choeur symphonique d’Ile de France, un orchestre symphonique et un orchestre moderne, revisite une carrière hollywoodienne plutôt riche. On retrouve quelques belles réussites comme « Rain Man », « True Romance » ou « USS Alabama » et ses hits tels que « Pirates des Caraïbes », « le Roi Lion », « Gladiator »ou « Inception », toujours dans un style un peu pompier mais diablement efficace. Si l’on peut regretter au début de ne pas voir d’images des films projetées, on s’aperçoit que, lorsqu’on a vu les films en question, les images reviennent en tête, procurant finalement une sensation assez agréable que de se remémorer les scènes concernées par les musiques jouées. Hans Zimmer, manifestement heureux d’être sur scène, passe d’un instrument à l’autre (piano, synthé, guitare, banjo, percussions…) et discute beaucoup, vantant souvent les mérites des musiciens qui l’entourent et évoquant la mémoire de Tony Scott ou Heath Ledger. Il dédiera même »Da Vinci Code » à Paris et à la France s’acquittant au passage d’un « liberté, égalité, fraternité » acclamé par la foule! Seul point noir de la soirée, l’acoustique de la patinoire supportant mal les envolées guerrières de « The Dark Knight » ou « Inception ».

Quoi qu’il en soit une magnifique soirée! Si Hans Zimmer passe près de chez vous, voilà un évènement rare à ne pas rater!

 

CRITIQUE: THE DARK KNIGHT RISES

Il y a huit ans, Batman a disparu dans la nuit : lui qui était un héros est alors devenu un fugitif. S’accusant de la mort du procureur-adjoint Harvey Dent, le Chevalier Noir a tout sacrifié au nom de ce que le commissaire Gordon et lui-même considéraient être une noble cause. Et leurs actions conjointes se sont avérées efficaces pour un temps puisque la criminalité a été éradiquée à Gotham City grâce à l’arsenal de lois répressif initié par Dent.
Mais c’est un chat – aux intentions obscures – aussi rusé que voleur qui va tout bouleverser. À moins que ce ne soit l’arrivée à Gotham de Bane, terroriste masqué, qui compte bien arracher Bruce à l’exil qu’il s’est imposé. Pourtant, même si ce dernier est prêt à endosser de nouveau la cape et le casque du Chevalier Noir, Batman n’est peut-être plus de taille à affronter Bane…

Comme l’indique l’accroche de l’affiche française, « la légende s’achève », « The Dark Knight Rises », troisième volet des aventures de Batman réalisé par Christopher Nolan est là pour boucler la boucle. Toujours situé dans cette espèce de réalité parallèle plutôt que dans le fantastique plus burtonien, ce troisième volet aborde même quelques thèmes d’actualité comme la crise financière et fait de Bane le leader des Indignés! D’un noir crépusculaire et d’un pessimisme sans limite, ce dernier opus place Batman comme seul recours pour sauver Gotham des hommes politiques, uniquement motivés par l’argent, et de l’injustice. Après une mise en place d’une quarantaine de minutes pendant lesquelles Bruce Wayne vit reclus, ayant mis son costume de chauve-souris dans la naphtaline, et le mal s’installe par l’intermédiaire du démoniaque Bane, l’affrontement peut enfin démarrer!

On retrouve la plupart des personnages des précédents volets ainsi que quelques nouveaux dont Catwoman, avec une magnifique Anne Hathaway, qui apporte la seule dose d’humour du film, et Miranda, incarnée par la Frenchie Marion Cotillard, qui s’en sort plus que bien, n’en déplaise aux aigris de tous bords qui ne ratent aucune occasion de lui tomber dessus ! Et bien sûr le méchant Bane auquel Tom Hardy apporte par la seule force de son regard (le reste est caché par un masque!), absolument terrifiant!

Même si chaque opus nolannien est une oeuvre à part entière, plus (Dark Knight) ou moins (Batman Begins) réussie, ce troisième épisode met en lumière une vraie cohérence tant un véritable puzzle semble s’assembler au fil du film. Brillamment mis en scène ce TDKR est un blockbuster d’une ampleur et d’une beauté rares, bourré de surprises (le twist final est renversant!) et terriblement enthousiasmant! Dommage que ça s’arrête!