Critique Bluray: L’étrangleur de Rillington Place

8143d9jOIPL._SL1500_.jpg

Titre original 10 Rillington Place
Réalisation Richard Fleischer
Scénario Clive Exton
d’après Ludovic Kennedy
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Biographie
Drame
Thriller
Durée 111 min
Sortie 10 février 1971

LE FILM:

4.5

Timothy et Beryl Evans viennent d’emménager avec leur petite fille au 10 Rillington Place, à Londres. Ils sympathisent rapidement avec leurs voisins du rez-de-chaussée, les Christie. Mais derrière ses airs courtois et respectables, John Christie est en réalité un meurtrier qui assassine froidement des femmes en se faisant passer pour un ancien médecin…

Troisième film de Richard Fleischer réédité par Carlotta avec « Terreur aveugle » et « les flics ne dorment pas la nuit », « l’Etrangleur de Rillington Place » est réalisé en 1971, juste après « Tora tora tora ». Inspiré d’une histoire vraie, celle de John Christie, l’étrangleur de Rillington Place, un tueur en série anglais, le film de Fleischer tient plus du film social que du thriller pur. Dès le début du film, il prend le parti du tueur et dévoile donc son identité mettant fin à tout suspense. Ancien policier à la retraite, Christie est un malade sexuel qui viole et étrangle ses victimes selon un rituel très précis durant lequel il les endort en leur faisant inhaler une préparation maison. L’arrivée d’un jeune couple dans l’immeuble fait évidemment de la jeune femme sa prochaine victime. La misère sociale dans laquelle vivent ces personnages va provoquer la décision du jeune mari (John Hurt) qui creusera malheureusement la tombe de sa femme. Misérable et simplet, Timothy Evans est tout désigné pour porter le chapeau de Christie. Remarquablement mis en scène par Fleischer, qui parvient comme personne à nous faire ressentir la misère et un sentiment presque claustrophobique dans cet immeuble, mais également par son refus du sensationnalisme pour plus de réalisme, le film repose également sur une interprétation magistrale. Richard Attenborough est véritablement effrayant de normalité dans son rôle d’étrangleur et John Hurt, bien avant « Midnight Express », prouve déjà quel immense acteur il est. Un petit bijou à (re)découvrir!

TECHNIQUE:

4.5

Superbe copie très bien définie et contrastée, impeccable même dans les scènes sombres.

BONUS:

4

Outre la présentation de Nicolas Saada, on trouve une analyse passionnante par Christophe Gans et une interview de la comédienne principale.

VERDICT:

4.5

Un thriller social peu connu mais à découvrir absolument!

Disponible en bluray (19.99 euros) chez Carlotta Films

 

Critique Dvd: les Canons de Batasi

Capture

  • Réalisé par :
    John GUILLERMIN
  • Avec :
    Sir Richard AttenboroughJack HAWKINSFlora ROBSON
  • Année de production :  1964
  • Titre original : GUNS AT BATASI
  • Distributeur :
    FOX

LE FILM: 

3

 

Au début des années 1960 subsiste encore à Batasi, petit Etat africain nouvellement indépendant, un camp militaire britannique. Le sergent-major Lauderdale, militaire à l’ancienne attaché aux traditions et à la discipline, y officie sous les railleries de ses subordonnés. Cependant, quand des émeutes éclatent, menées par des rebelles africains qui menacent de s’emparer de la base, lui seul se révèle capable d’user de son expérience pour armer ses hommes et faire face à la révolte.

Plutôt qu’un pur film de guerre, c’est à une satyre de l’armée et du colonialisme que nous convie John Guillermin, honnête « faiseur » hollywoodien à défaut de génie du cinéma. C’est quasiment un huis-clos dans le mess des officiers que nous propose le réalisateur avec un Richard Attenborough parfait dans un rôle d’officier rigide. Divertissant tout au plus…

TECHNIQUE:

3.5

 

La copie bien que parsemée de tâches et autres menus défauts propose tout de même une définition et des couleurs plutôt satisfaisantes!

Pas de bonus sur cette édition.

Disponible en DVD (12.99 euros) chez ESC Conseil