18 èmes Rencontres Internationales du Cinéma des Antipodes: Jour 3

slider2016Troisième et dernier jour pour moi à Saint Tropez avant de rejoindre Bordeaux et son FIFIB. Ce matin était projeté un film hors compétition, le long métrage d’animation néo-zélandais « 25 Avril » de Leanne Pooley. Ce film d’animation avait été présenté lors du dernier Festival d’Annecy.

maxresdefault

b_1_q_0_p_0

Le 25 avril, c’est le jour de la Fête Nationale néo-zélandaise et australienne, jour hommage au début de la bataille de Gallipoli, qui opposa les deux nations à la Turquie. La réalisatrice a conçu son film comme un documentaire en s’appuyant sur les journaux intimes de cinq protagonistes de cette bataille. Elle leur donne la parole et le film illustre leurs propos, décrivant avec précision le déroulé de cette bataille et la vie des soldats entre les maladies, les poux et bien sûr la mort qui ne relâche jamais son étreinte. Passionnant, émouvant « 25 Avril » est aussi une vraie réussite esthétique!

4.5

 

Le reste de la journée sera consacrée au tourisme avec une balade dans la ville et le constat que le shopping à St Trop’ n’est décidément pas à la portée de toutes les bourses! Après ce break et une excellente galette bretonne sur le port, retour au ciné avec la projection de « Ruben Guthrie », premier film de réalisateur du Président du Jury, Brendan Cowell.

« On va se mettre mal!!! », tels sont les premiers mots prononcés par Ruben Guthrie, publicitaire qui vient de décrocher son cinquième trophée consécutif! La fête va être dantesque, jusqu’à ce qu’il se jette du toit dans sa piscine ou plutôt sur le bord de sa piscine, se cassant le bras. Ce drame évité de peu va déclencher un cataclysme: sa petite amie top model en a assez des beuveries de Ruben et lui fixe un défi: elle rentre pendant un an chez sa mère à Prague; s’il reste sobre pendant un an, Ruben aura droit de la revoir. Fou amoureux et conscient de son état, Ruben accepte le challenge mais un an, c’est long, surtout dans un pays où boire est la norme.

Formellement assez pauvre, « Ruben Guthrie » réussit malgré tout son pari de traiter d’un sujet de société et de divertir et a le mérite de poser la question de l’importance de l’entourage dans un problème comme l’alcoolisme. La prestation de Patrick Brammall est vraiment convaincante et Alex Dimitriades (que l’on avait vu dans la série « la gifle ») tire également son épingle du jeu.

3

Après ce film sur l’alcoolisme, un dernier verre s’impose avant une dernière nuit dans le cadre d’un festival qui mériterait un éclairage plus important.

A une prochaine…

18 èmes Rencontres Internationales du Cinéma des Antipodes: Jour 2

slider2016

Après avoir pris un bon petit déjeuner, pour ne pas dire gargantuesque, à l’Hôtel de Paris, me voilà en route vers le Cinéma le Renaissance pour une journée réservée à la compétition de courts métrages.

img_2210

img_2211

Seront projetés au cours de cette journée pas moins de 15 courts métrages australiens et néo-zélandais. Un jury de lycéens sera chargé d’attribuer à l’un d’eux le Prix Baudin.

J’aurais donc la chance de voir:

  • BLUE MIST (Aus) de Pauline Findlay. Le film raconte l’histoire d’un couple qui fait une randonnée dans les Blue Mountain. La jeune femme, malentendante, s’égare. Problème, son fiancé a son portable et ses prothèses auditives n’ont plus de pile. Un court oppressant dans l’immensité des Blue Mountain.
  • BLUEY (AUS) de Darlene Johnson. C’est l’histoire ici d’une jeune femme prisonnière d’une vie de violence qui va tenter de se réfugier dans la boxe. Un court social empreint de rage avec une jeune actrice phénoménale.
  • EMPATHY IS THE DEVIL (Aus) de Carey Ryan. Tourné sous la forme d’un film muet, en noir et blanc et avec des intertitres, le film nous parle d’un personnage qui ne peut s’empêcher de donner et qui est rarement récompensé. Sans grand intérêt.
  • FOAL (Aus) de Vanessa Gazy. Le film se déroule dans une ferme isolée en Australie en 1915. Aurora est seule avec sa fille pendant une longue absence du mari et cède aux charmes d’un bel étranger. Malheureusement, au retour du mari, celui-ci s’aperçoit que sa femme est enceinte. Dans l’esthétique et de par son thème féministe, ce film évoque le Cinéma de Jane Campion. Une réussite.
  • GROUNDED (Aus) de Luke Wissel. Un homme qui a toujours piloté des avions se voit interdit de vol pour des raisons de santé. Quand il se voit privé de sa raison de vivre, il est prêt à tout. Le réalisateur, présent, propose ici un film émouvant et forcément personnel, lui-même étant pilote.
  • HICCUP (Aus) de Gerald Lepkowski. Ce court très court a provoqué l’éclat de rire du public avec l’histoire d’un homme exaspéré par le hoquet intempestif d’une femme à l’arrêt de bus.
  • MADAM BLACK (NZ) de Ivan Barge. A priori loufoque, l’histoire est celle d’un homme qui écrase malencontreusement le chat d’une petite fille. Pour ne pas lui avouer le drame, il invente une histoire folle dans laquelle le chat serait parti en voyage. On rit beaucoup mais le final n’est pas sans émotion. L’un des deux favoris de la compétition.
  • MIDNIGHT POETRY (Aus) de Emilie Boyard. Un court assez noir, tout comme le fil narratif est obscur. Peu emballant.
  • OINK (NZ) de David White. Ce documentaire donne la parole à un éleveur de porcs qui tente de défendre son activité et a le mérite d’ouvrir le débat sur l’élevage intensif.
  • RAIN (Aus) de Malina Mackiewicz. Un jour de pluie dans une prison, un condamné à mort reçoit la visite de sa fiancée. Austère.
  • THE COUPLE (NZ) de David White. Entre fiction et doc, le film donne la parole sous forme d’interviews à un couple dont l’homme est frappé d’un cancer. Une tranche de vie.
  • THE FLYING ADVENTURES OF AMELIA (aus) de Pepi Kobab. Ce film émouvant nous montre un homme et sa fille frappés par la perte de la mère. La jeune fille ne souhaite qu’une chose, s’envoler pour la suivre.
  • THE KANGAROO GUY (AUS) de Joel Loxton. Second favori au vu des réactions du public, le film nous raconte comment une collision évitée de peu avec un kangourou va entraîner un homme politique dans une histoire dingue! Non seulement le film est à mourir de rire mais il propose une réflexion sur le pouvoir des médias et sur la politique.
  • WHOEVER WAS USING THIS BED (aus) de Andrew Kotakto. Il s’agit ici d’un huis clos sur un couple persuadé de souffrir de mille maux qui, de surcroît, est harcelé par les coups de fil d’une femme mystérieuse. On retrouve ici Jean-Marc Barr et Radha Mitchell dans une histoire sombre et mélancolique.
  • FISH AND CHICKS (France)de Elise McLeod et Julie Grumbach. Si l’une des réalisatrices est australienne, le film est lui une production française, tournée dans un lycée français. Cette histoire d’amour adolescente a séduit le public lycéen mais est présentée hors compétition.

L’après-midi se poursuivra avec un séance de sport dans la salle de fitness high tech de l’hôtel puis un petit bain dans la superbe piscine sur la terrasse. Juste après, une visite de la gendarmerie de Cruchot s’impose. En effet, le lieu a été transformé en musée de la Gendarmerie et du Cinéma, instructif et surtout très ludique. A faire absolument!

img_2213

j

Après cet intermède et un bon repas, retour au festival avec en soirée la projection des deux premiers épisodes d’une série d’anticipation aborigène,  » Cleverman ». Avec cette histoire de « sous humains », les « velus », obligés de vivre cachés, la série traite sous l’angle de la dystopie des conditions de vie de la communauté aborigène mais la réflexion engagée par cette série va bien au-delà et concerne tous les cas où l’Homme dresse des murs pour se replier sur lui-même. Il est toujours difficile de juger de la qualité d’une série sans l’avoir vue en intégralité. Celle-ci est prometteuse alors éspérons une diffusion française prochainement.

Au lit!