Critique: Le Monde est à Toi

2222279.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Romain Gavras
Scénario Karim Boukercha
Noé Debré
Romain Gavras
Acteurs principaux
Sociétés de production Iconoclast, Chi-Fou-Mi Productions et Tribus-P-Film
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Thriller
Sortie 15 Août 2018

François, petit dealer, a un rêve : devenir le distributeur officiel de Mr Freeze au Maghreb. Cette vie, qu’il convoite tant, vole en éclat quand il apprend que Dany, sa mère, a dépensé toutes ses économies. Poutine, le caïd lunatique de la cité propose à François un plan en Espagne pour se refaire. Mais quand tout son entourage : Lamya son amour de jeunesse, Henri un ancien beau-père à la ramasse tout juste sorti de prison, les deux jeunes Mohamed complotistes et sa mère chef d’un gang de femmes pickpockets, s’en mêle, rien ne va se passer comme prévu !

Huit ans après « Notre Jour Viendra », Romain Gavras délaisse à nouveau le clip pour retourner au Cinéma. » Le monde est à toi » n’est pas une référence à « Scarface » pour rien! Tony Montana, c’est François, petit dealer à la petite semaine! Sauf qu’au contraire du caïd cubain, il souhaite rentrer dans le rang,en devenant distributeur officiel de Mr Freeze pour le Maghreb. Mais pour ça, il lui faut des ronds ! Et c’est compliqué de se remettre dans le droit chemin quand sa propre mère est une reine du recel! Entre comédie sociale et film de gangsters, « le Monde est à toi » séduit par son rythme, sa BO ( de Sardou à Toto en passant par JUL!) mais surtout par son casting de feu et notamment une Isabelle Adjani et un Vincent Cassel( l’homme de main obsédé par les Illuminatis) hilarants! L’un des films français les plus funs de l’année!

4

Publicités

Critique Bluray: Driver

81s3jaz3JUL._SL1500_

  • Date de sortie salles:
    07 août 1978
  • Réalisé par :
    Walter Hill
  • Avec :
    Ryan O’Neal, Bruce Dern, Isabelle Adjani…
  • Durée :
    1h31min
  • Pays de production :
    Grande-Bretagne Etats-Unis
  • Année de production :  1978
  • Titre original : The Driver
  • Distributeur :
    SEDIMO / 1986 / FILMS LOYE

LE FILM:

4

À Los Angeles, un homme mystérieux et solitaire surnommé « Le Chauffeur » (Ryan O Neal) est maître dans l art de semer la police lors de braquages à hauts risques. Un brillant détective (Bruce Dern) le traque sans relâche et décide de le piéger en montant un faux casse avec une équipe de malfrats. Afin de lui échapper, Le Chauffeur s associe avec « La Joueuse » (Isabelle Adjani), une jeune femme séduisante et énigmatique…

Trois ans après « le Bagarreur » avec Charles Bronson, Walter Hill réalise son second film, « Driver » dont le rôle titre était à l’origine prévu pour Steve McQueen. C’est finalement Ryan O’Neal qui hérite du rôle, épaulé par Isabelle Adjani, et traqué par le détective incarné par Bruce Dern.  Source d’inspiration de Nicholas Winding Refn pour son « Drive », le film de Hill demeure un polar assez basique, avec un personnage melvillien, mutique au possible. Si le film garde son statut de film culte c’est sans doute pour les deux poursuites automobiles au début et à la fin du film, remarquablement mises en scène, sans musique, uniquement rythmées par les crissements de pneus!

TECHNIQUE:

3.5

Quelques défauts par-ci par-là et un peu de grain mais rien de rédhibitoire! Une copie correcte!

BONUS:

2.5

Outre la bande-annonce, on trouve une séquence d’ouverture alternative ainsi qu’un court making of d’époque.

VERDICT:

4

Un polar culte à (re)découvrir!

Disponible en DVD (14.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez The Corporation et l’Atelier d’Images

Critique Bluray: la Gifle

61IFQxuRRHL__SL1500_

  • Réalisé par :
    Claude Pinoteau
  • Avec :
    Isabelle Adjani, Lino Ventura, Jacques Spiesser
  • Durée :
    1h38min
  • Pays de production :
    France
  • Année de production :  1974
  • Distributeur :
    GAUMONT

LE FILM: 7/10

Jean est professeur de géographie dans un lycée parisien. Quinquagénaire irascible, il vit seul avec Isabelle, sa fille de 18 ans, étudiante en médecine. Alors que Jean traverse une crise sentimentale et professionnelle, Isabelle décide d’abandonner ses études pour aller vivre avec celui qu’elle aime. Jean décide aussitôt de reprendre les choses en main.

Chronique sur l’adolescence, la Gifle restera dans les mémoires pour la découverte d’Isabelle Adjani, le rôle plein de tendresse de Lino Ventura ou encore les dialogues plein de finesse de Jean-Loup Dabadie ainsi que la petite touche de burlesque apportée par Francis Perrin!

TECHNIQUE: 8/10

Rien d’extraordinaire mais une copie sans faute de goût!

BONUS: 8/10

Outre la bande-annonce, on trouve une interview de Pinoteau par la fille de Ventura, une de Francis Perrin ainsi qu’un album photo commenté par Isabelle Adjani.

VERDICT: 7/10

Une madeleine de Proust!

Disponible en bluray (9.99 euros) chez Gaumont

Critique: Sous les Jupes des Filles

446077.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Paris. 28 premiers jours du printemps. 11 femmes.
Mères de famille, femmes d’affaires, copines, maîtresses ou épouses…
Toutes représentent une facette de la femme d’aujourd’hui : Complexes, joyeuses, complexées, explosives, insolentes, surprenantes… Bref, un être paradoxal, totalement déboussolé, définitivement vivant, FEMMES tout simplement !

On attendait beaucoup de ce premier film de l’excellente actrice Audrey Dana qui sut s’entourer d’un casting très alléchant, mélange de reines de la comédie (Géraldine Nakache, Julie Ferrier, Alice Belaidi) et d’actrices « plus sérieuses » (Isabelle Adjani, Marina Hands, Sylvie Testud…)! Pour un premier essai, se lancer dans une comédie, film choral de deux heures et tenter de découvrir ce qui se cache réellement sous les jupes des filles, c’était un pari très risqué et pas complètement gagné.

L’ingrédient le plus important d’une comédie est peut-être le rythme et inévitablement en deux heures de film, on ressent quelques trous d’air. Quant à l’aspect film choral, si le scénario relie tous les personnages avec astuce, on tombe inévitablement dans le film à sketches et les segments ne sont pas tous du même niveau. Quant au côté féministe du projet, il entre en opposition avec une schématisation des personnages vraiment dommageable: Laetitia Casta est pénalisée par ses problèmes intestinaux, Vanessa Paradis est une femme de tête seule à cause de son mépris, Julie Ferrier est bourrée de tics, Sylvie Testud est parano, etc…

Toutefois, le casting ,par sa bonne humeur, sauve la baraque et nous fait passer de bons moments avec des mentions spéciales à Géraldine Nakache pour son potentiel comique atomique et Alice Belaidi, peut-être le seul personnage « normal », vraiment touchante!

NOTE: 5/10