Critique Bluray: Bone Tomahawk

71r+qCyRBIL._SL1226_.jpg

Titre original Bone Tomahawk
Réalisation S. Craig Zahler
Scénario S. Craig Zahler
Acteurs principaux
Sociétés de production Caliber Media Company
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Western horrifique
Sortie DTV

LE FILM:

4

1850. Quelque part entre le Texas et le Nouveau Mexique. Dans la paisible ville de Bright Hope, une mystérieuse horde d’indiens en quête de vengeance kidnappent plusieurs personnes. Le shérif local accompagné de quelques hommes se lance alors à leur poursuite pour tenter de les sauver…

« Bone Tomahawk » fait partie de ces films qui débarquent directement en vidéo sans passer par les salles sans que l’on comprenne vraiment pourquoi! Pur western durant 90 minutes, « Bone Tomahawk » nous emmène, avec ses personnages dont un shérif incarné par l’excellent Kurt Russell,  à la recherche de la femme de l’un d’entre eux, kidnappée par des Indiens plutôt sanguinaires: grands espaces, chevauchées, soirées au coin du feu ponctuées de brillants dialogues, presque tarantiniens. Le film prend son temps pour développer ses personnages, créer une ambiance puis, au bout de 90 minutes, le film bascule dans l’horreur, comme si « la Prisonnière du Désert » avait frayé avec « Cannibal Holocaust », certaines scènes étant particulièrement gores! Bien écrit, remarquablement mis en scène et brillamment interprété, ce « Bone Tomahawk semble être LE DTV de l’année!

TECHNIQUE:

4.5

Un régal!

BONUS:

2

Outre la bande annonce, on trouve un court making of sans grand intérêt.

VERDICT:

4

Une pépite pour les amateurs de western et d’horreur!

Disponible en DVD (14.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez M6 VIDEO dès le 11 mai

Critique: les Deux Amis

039340.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Réalisation Louis Garrel
Scénario Louis Garrel
Christophe Honoré
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Sortie 23 septembre 2015

Clément, figurant de cinéma, est fou amoureux de Mona, vendeuse dans une sandwicherie de la gare du Nord. Mais Mona a un secret, qui la rend insaisissable. Quand Clément désespère d’obtenir ses faveurs, son seul et meilleur ami, Abel, vient l’aider. Ensemble, les deux amis se lancent dans la conquête de Mona.

Pour son premier long métrage, Louis Garrel s’inspire des « Caprices de Marianne » de Musset et son triangle amoureux. Pour interpréter ses amoureux, outre lui-même, il fait appel à son copain Vincent Macaigne et sa compagne, Golshifteh Farahani. Macaigne incarne l’amoureux maladroit et sensible qui demande de l’aide à son séducteur d’ami (Louis Garrel) pour séduire la belle et mystérieuse Mona. Si le sujet n’a donc rien de très original, c’est le traitement qui donne tout le piment à ce premier film. Celui-ci s’ouvre sur la toilette sensuelle de l’actrice, interrompue par les cris d’une gardienne de prison! Ce genre de rupture de ton interviendra tout au long du film, entre burlesque et romantisme. Dans un style très « nouvelle vague » notamment avec des dialogues très écrits, le film est non seulement esthétiquement très soigné (très jolie photo de Claire Mathon) mais aussi léger et délicat et autopsie très finement le sentiment amoureux comme l’amitié, finalement très proches. Un premier film très prometteur!

4