CRITIQUE DVD: PROMISED LAND

promised_land

LE FILM: 6/10

Steve Butler, représentant d’un grand groupe énergétique, se rend avec Sue Thomason dans une petite ville de campagne. Les deux collègues sont convaincus qu’à cause de la crise économique qui sévit, les habitants ne pourront pas refuser leur lucrative proposition de forer leurs terres pour exploiter les ressources énergétiques qu’elles renferment. Ce qui s’annonçait comme un jeu
d’enfant va pourtant se compliquer lorsqu’un enseignant respecté critique le projet, soutenu par un activiste écologiste qui affronte Steve aussi bien sur le plan professionnel que personnel…

La filmographie de Gus Van Sant a la particularité d’osciller entre films « art et essai » (Elephant, Last Days…) et films « grand public » (Will Hunting, Harvey Milk…).  Promised Land fait partie de cette deuxième catégorie et entre dans la grande tradition américaine des films sur l’environnement comme Erin Brockovich par exemple.

Van Sant traite ici de l’exploitation du gaz de schiste, problème d’actualité à travers l’histoire d’un représentant d’une société qui exploite cette ressource, interprété par un très bon Matt Damon. Assez plaisant à regarder, Promised Land souffre malgré tout d’un classicisme un peu envahissant et d’un final gorgé de bons sentiments. On aurait aimé un peu plus de mordant sur un sujet comme celui-ci mais on passe tout de même un bon moment et l’excellent duo Damon/ Frances McDormand y est pour beaucoup!

TECHNIQUE: 8/10

Un rendu proche de la HD! Excellent!

BONUS: 5/10

On trouve sur ce DVD un making of (10 mins) un peu langue de bois et une scène coupée. Bof…

VERDICT: 6/10

Un film environnemental distrayant…

Disponible en DVD (19.99 euros) et Blu-ray (24.99 euros) chez TF1 Vidéo dès le 4 septembre

Une réflexion sur “CRITIQUE DVD: PROMISED LAND

  1. Oui, un film environnemental gorgé de bons sentiments qui enchainent les scènes démagogiques. Je suis plus sévère que toi sur ce scénario orienté par ses deux auteurs, mon article le montre bien http://bit.ly/1cKhauA : Gus Van Sant ne s’est occupé que de la mise en scène, sublime, mais probablement pas du reste : mièvre et manichéen.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s