CRITIQUE: J’VEUX PAS QUE TU T’EN AILLES (2006)

Mardi soir, ma télécommande me  guide vers la chaîne cryptée: générique de « j’veux pas que tu t’en ailles »! Pourquoi pas, on va peut-être rigoler, me dis-je. Que nenni!

Et quoi de pire qu’une comédie pas drôle du tout! Pourtant, la précédente production de ce cher Bernard Jeanjean, »j’me sens pas belle » avec Marina Foïs était plutôt encourageante . Il y traitait des déboires sentimentaux des trentenaires avec légèreté et beaucoup d’humour.

Ici, Richard Berry incarne un psy dont la vie de couple bat de l’aile.Un de ses patients (Julien Boisselier) lui raconte sa dernière histoire d’amour: Il va vite s’apercevoir que la nouvelle conquête de ce dernier n’est autre que sa propre femme (Judith Godrèche). Il va alors essayer de le manipuler pour que cesse cette liaison. S’enchaînent alors quiproquos et situations convenues; le scénario cousu de fil blanc ne ménage aucune surprise et on attend la fin avec impatience.

Même l’interpétation a beaucoup de mal à convaincre:la carrière de  Richard Berry semble vraiment en chute libre depuis quelques années tant il peine à dégoter le moindre rôle intéressant!

Bref, un film dont on peut très bien se passer.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s