CRITIQUE: DIE HARD 4 (2006)

Twentieth Century Fox France

Dans Die Hard, le film qui révolutionna le film d’action,John Mc Lane se coltinait des terroristes allemands dans la tour Nakatomi où travaille son épouse, un soir de noël. Dans le 2ème volet, il nettoyait l’aéroport de Los Angeles infesté de terroristes à nouveau un soir de noël. Dans le 3ème volet, accompagné d’un Samuel L. Jackson raciste, il se retrouvait à jouer à « Jacques a dit » avec un Jeremy Irons menaçant de piller Fort Knox. Dans ce quatrième volet, il affronte une menace à laquelle il ne comprend rien: un gigantesque piratage informatique qui réduirait à néant les Etats-Unis. Pour ceci, il est accompagné d’un jeune hacker qui fricoterait bien avec sa fille devenue une jolie jeune fille aussi peu commode que Papa.

Le film utilise les mêmes recettes que dans les volets précédents: une menace terroriste, Mc Lane seul contre tous mais jamais avare de bons mots, et des scènes d’action toujours plus explosives. Malgré tout, ça fonctionne toujours,  on reste scotché devant l’écran et on passe un très bon moment. Seul hic, quelques longueurs vers la fin: une bonne vingtaine de minutes en moins, ça n’aurait pas été plus mal!

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s