CRITIQUE: GENERAL DELLA ROVERE (1959)

Genes, 1944. Un certain Bertone profite de l’occupation allemande pour faire du marché noir et s’enrichir. Arrêté par les Allemands, il doit se faire passer pour le genéral della Rovere, chef de la Résistance, assassiné par erreur, afin d’aider l’ennemi à démanteler le réseau de résistance.

Monument du néoréalisme italien, ce film de Roberto Rosselini conjugue l’histoire d’un homme avec la grande Histoire. Monstre de cynisme, Bertone n’a aucun scrupule quand il s’agit de tromper son prochain. Les évènements vont pourtant l’emporter dans un tourbillon dont il ne sortira pas vivant. Lâche tout au long de sa vie, il deviendra un héros à l’approche de sa mort.

Le rôle principal est confié au réalisateur Vittorio de Sica, magistral. Le film lui même est un bijou malheureusement méconnu mais à découvrir grâce à l’initiative de Gaumont qui le ressort en blu ray dans une version restaurée à couper le souffle. Pour ne rien gâcher, elle est accompagnée d’une heure de suppléments passionnants.

A posséder de toute urgence!

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s