Critique Bluray: La Dame de Shangai

81qEKzzpaJL._SL1500_.jpg

Titre original The Lady from Shanghai
Réalisation Orson Welles
Scénario Orson Welles
Sherwood King (roman)
Acteurs principaux
Sociétés de production Columbia Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Durée 87 minutes
Sortie 24 Décembre 1947

LE FILM:

5

Michael O’Hara fait la connaissance de la ravissante Elsa Bannister, qu’il sauve peu après d’une agression. Mariée à Arthur Bannister, un riche avocat âgé peu scrupuleux, boiteux et de retour de Shanghaï, Elsa fait embaucher Michael sur le yacht de son mari. O’Hara tombe sous le charme d’Elsa sous le regard indifférent de son mari quand, à l’occasion d’une escale , George Grisby, l’avocat associé de Bannister, lui fait une singulière proposition : le tuer sans risque contre une grosse somme d’argent avec l’argument qu’on ne peut pas être poursuivi en Californie tant que le corps n’est pas retrouvé par la police. À court d’argent, Michael O’Hara hésite, puis…

ob_041bfe_la-dame-de-shnagai-3

Sixième film d’Orson Welles, « la Dame de Shangaï » donne l’occasion au couple qu’il forme avec Rita Hayworth de se retrouver une dernière fois avant de divorcer. Tourné afin de rembourser une dette contractée par Welles auprès du producteur Harry Cohn, « la Dame de Shangaï » est pourtant devenu un classique du Film Noir. Sur une intrigue complexe, Welles a bâti un film palpitant aux accents surréalistes, notamment au cours d’une scène où les deux amants s’embrassent devant un aquarium de murènes. Rita Hayworth, transformée en blonde vénéneuse aux cheveux courts (ce qui fit scandale à l’époque!), est d’une sensualité incroyable dans le film et ensorcelle complètement le personnage incarné par Welles. Autour d’eux le mari et son associé, apportent ce climat d’étrangeté qui règne tout au long du film jusqu’à une scène légendaire maintes fois imitée (y compris par Woody Allen dans « meurtres mystérieux à Manhattan), la scène des miroirs! Un immense film à (re)découvrir dans une copie somptueuse!

TECHNIQUE:

4.5

La copie est un régal de définition!

BONUS:

4.5

On trouve ici outre le livre Franck Lafond, trois entretiens avec Peter Bogdanovich, Simon Callow et Henry Jaglom qui reviennent sur le film et le maître!

VERDICT:

5

Indispensable dans toute vidéothèque qui se respecte!!!

Disponible en édition ultra collector (49.99 euros) chez CARLOTTA FILMS dès le 14 novembre

Publicités

Sortie Livre: En tête à tête avec Orson

810kei5pNNL

Pendant deux ans, de 1983 à 1985, Orson Welles et Henry Jaglom ont déjeuné ensemble chaque semaine au restaurant Ma Maison, à Hollywood. Welles avait l’intention d’écrire son autobiographie à partir de ces entretiens mais il est mort avant d’avoir achevé ce travail, et les enregistrements de ces déjeuners sont restés au fond d’une boîte à chaussures pendant plus de vingt-cinq ans… Devant l’opiniâtreté de Peter Biskind, l’auteur du Nouvel Hollywood, Henry Jaglom a fini par accepter de lui confier ces cassettes, et de publier leur contenu. Ces conversations à bâtons rompus, fréquemment perturbées par des personnalités venant saluer les deux hommes ou par des considérations sur le menu, brossent une peinture très réaliste de l’homme excessif qu’était Orson Welles : un provocateur pouvant tenir les pires propos sur les femmes, sur les Irlandais et les Hongrois, sur la politique et la France, sur les acteurs…, mais également un homme d’esprit, séducteur, lucide sur son génie et son sale caractère, désabusé par l’industrie du cinéma.  » Ces conversations étincellent d’intelligence, de souvenirs, d’espièglerie, et sont par-dessus tout une prouesse d’interprétation, avec Orson Welles dans le rôle d’Orson Welles.  » Michael Wood  » Addictif et réjouissant.  » Vanity Fair

Voici un ouvrage indispensable pour les fans de celui qui restera comme l’un des grands cinéastes du XXème siècle! Loin de la biographie traditionnelle, cet ouvrage permet de mieux connaître l’artiste, de mieux entrer dans son intimité. Fidèle à sa réputation, on le voit malmener auprès de son ami des génies comme Chaplin ou Bogart ou encore se moquer des goûts de luxe de Jack Lang alors Ministre de la Culture. Outre son caractère irascible, on voit aussi toute l’étendue de la culture de l’artiste. Truculentes et acides, ces conversations sont à lire absolument!

5

  • Broché: 365 pages
  • Editeur : Robert Laffont (9 avril 2015)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2221141539
  • ISBN-13: 978-2221141533
  • Dimensions du produit: 24,1 x 3,1 x 15,3 cm

Critique bluray: Dossier Secret A.K.A Mr Arkadin

81o4QYQhizL._SL1500_

  • Réalisé par :
    Orson Welles
  • Avec :
    Orson Welles, Paola MORI, Robert ARDEN…
  • Durée :
    1h36min
  • Pays de production :
    Etats-Unis
  • Année de production :  1957
  • Titre original : CONFIDENTIAL REPORT – MR ARKADIN
  • Distributeur :
    WARNER/2003 : CINE CLASSIC

LE FILM:

4.5

Europe, années 1950. Juste avant de mourir, un dénommé Bracco lâche le nom de deux personnes impliquées dans son assassinat : Gregory Arkadin, un magnat d’origine russe, et une mystérieuse Sophie. Petit truand américain témoin de la scène, Guy van Stratten décide de mener l’enquête sur Arkadin avec l’aide de son amie Mily. Mais la situation prend bientôt une tout autre tournure : van Stratten est engagé par Arkadin pour enquêter sur le passé trouble de ce dernier…

Avec Mr Arkadin, Orson Welles reprend les ingrédients de Citizen Kane, une plongée dans le passé pour élucider un mystère. Ici Charles Foster Kane est remplacé par Gregory Arkadin, toujours interprété par Welles lui-même.

Van Stratten se retrouve en pleine chasse aux indices, chaque étape le renvoyant vers la suivante et le film se montre par conséquent extrêmement ludique. On peut voir le film de Welles comme un conte moderne dont Arkadin serait l’ogre, notamment dans l’omniprésence du personnage, qui semble jouer au chat et à la souris!

Nous avons affaire ici à un chef d’oeuvre méconnu à découvrir absolument!

TECHNIQUE:

5

Une copie quasi-parfaite!

BONUS:

4

On trouve ici :

– « Orson Welles et le dossier Arkadin » : entretien avec Jean-Pierre Berthomé, historien du cinéma et co-auteur du livre « Orson Welles au travail » (47′)
– « Men of Mystery : Simon Callow à propos de Dossier Secret » : Simon Callow, auteur d’une biographie en plusieurs volumes sur Orson Welles, parle des acteurs Robert Arden, Michael Redgrave et du producteur Louis Dolivet (25′)
– « Rushes » : en provenance des archives de la Cinémathèque de la Ville de Luxembourg et inédits en France, on y voit Orson Welles jouer et diriger plusieurs scènes du film (18′)

VERDICT:

5

Un petit chef d’oeuvre méconnu dans une édition remarquable! Indispensable!

Disponible en bluray (19.99 euros) dès le 8 juillet chez Carlotta Films

Critique Bluray: Le Génie du Mal

Capture

  • Date de sortie :
    01 avril 1959
  • Réalisé par :
    Richard Fleischer
  • Avec :
    Orson Welles, Bradford DILLMAN, Dean Stockwell…
  • Durée :
    1h42min
  • Pays de production :
    Etats-Unis
  • Année de production :  1958
  • Titre original : COMPULSION
  • Distributeur :
    FOX

LE FILM: 8.5/10

Deux étudiants commettent un crime et s’apprêtent à violer une jeune fille pour se prouver qu’ils son supérieurs à toute morale. Arretés par la police, ils sont jugés et défendus par un brillant avocat qui plaide l’abrogation de la peine de mort.

Réalisé en 1959 par le très éclectique Richard Fleischer, le Génie du Mal s’inspire de l’affaire Leopold-Loeb, deux étudiants qui assassinèrent un adolescent de 14 ans, la même affaire qui inspira à Hitchcock son film « la Corde ». Dans un scope noir et blanc de toute beauté, Fleischer nous pousse dans l’intimité d’un duo magnifiquement interprété par Bradford Dillman (l’excentrique) et Dean Stockwell (l’introverti) persuadés que leur intelligence au-dessus de la moyenne leur permettra de réaliser le crime parfait.

le-genie-du-mal_149041_13982

Dans une dernière partie, le film devient film de procès avec l’apparition de l’épatant personnage interprété par un Orson Welles méconnaissable, auteur d’un éblouissant monologue de 15 minutes! Le génie du mal, bien que méconnu, est pourtant l’une des plus grandes réussites de son réalisateur et cette édition bluray est une excellente occasion de le découvrir!

TECHNIQUE: 9/10

Magnifique! Une définition et des contrastes à tomber et le son n’est pas en reste avec une clarté des dialogues et une précision de la musique de chaque instant!

BONUS: 10/10

On trouve ici une présentation du film par Richard Fleischer himself, un doc sur Richard Fleischer et le film noir, un autre doc de près d’une heure sur l’affaire et ses deux adaptations (avec un criminologue et une historienne du cinéma) et enfin un documentaire sur Orson Welles acteur!

VERDICT: 9/10

Un must! Un grand film méconnu dans une copie somptueuse et doté de bonus tous passionnants!

Disponible en DVD(14.99 euros) et bluray exclusivité FNAC (19.99 euros) chez Rimini Editions

 

 

Critique Reprise: Othello

371325_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

  • Réalisé par :
    Orson Welles
  • Avec :
    Orson Welles, Suzanne CLOUTIER, Michael MAC LIAMMOIR
  • Durée :
    1h30min
  • Pays de production :
    Maroc
  • Année de production : 1952
  • Titre original : Othello
  • Distributeur :
    LES FILMS MARCEAU COCINOR/1995:ACTION GITANES

Nègre mercenaire, Othello est général de la flotte vénitienne. Un de ses officiers, Iago, qui le hait et en qui il a pourtant confiance, fait naitre le doute dans son esprit en suggérant que Desdemone, son épouse, est la maitresse de Cassio, second bien-aimé d’Othello. Ivre de jalousie, Othello étouffe sa femme puis se suicide. Emilia, femme de Iago, avouera le role tenu par son mari dans ce drame…

Annex%20-%20Welles,%20Orson%20(Othello)_NRFPT_01

Quatre ans après Macbeth, Orson Welles donne naissance à une nouvelle adaptation de Shakespeare malgré les difficultés financières, Othello! Le quatre années de tournage et les soucis de casting ne terniront en rien l’éclat de ce qui reste comme l’une des très grandes réussites du cinéaste. Le génie de la mise en scène de Welles n’est que plus éclatant dans ce projet « bon marché » et les décors d’Alexandre Trauner n’y sont pas pour rien! A redécouvrir absolument sur grand écran dans une copié restaurée de toute beauté grâce à Carlotta!

NOTE: 9.5/10

CRITIQUE: LA DAME DE SHANGAI

Quel bonheur de revoir ce grand classique en salles! Que vous l’ayez vu ou non, s’il passe près de chez vous, courrez-y!

A Cuba, Michael, marin irlandais en quête d’un embarquement, sauve d’une agression une jeune femme, Elsa. Le mari d’Elsa, avocat célèbre, offre à Michael d’embarquer sur son yacht pour une croisière vers San Francisco. Elsa et Michael s’aiment. Grisby, l’associé de Bannister, s’apercoit de cet amour. Il veut disparaître et propose à Michael 5000 dollars pour signer un papier dans lequel il confesse l’avoir tué. Les problèmes surviennent lorsque Grisby est réellement assassiné…

Sixième film d’Orson Welles, « la Dame de Shangaï » donne l’occasion au couple qu’il forme avec Rita Hayworth de se retrouver une dernière fois avant de divorcer. Tourné afin de rembourser une dette contractée par Welles auprès du producteur Harry Cohn, « la Dame de Shangaï » est pourtant devenu un classique du Film Noir. Sur une intrigue complexe, Welles a bâti un film palpitant aux accents surréalistes, notamment au cours d’une scène où les deux amants s’embrassent devant un aquarium de murènes. Rita Hayworth, transformée en blonde vénéneuse aux cheveux courts (ce qui fit scandale à l’époque!), est d’une sensualité incroyable dans le film et ensorcelle complètement le personnage incarné par Welles. Autour d’eux le mari et son associé, apportent ce climat d’étrangeté qui règne tout au long du film jusqu’à une scène légendaire maintes fois imitée (y compris par Woody Allen dans « meurtres mystérieux à Manhattan), la scène des miroirs!

Un chef d’oeuvre absolu à découvrir en salles ou en vidéo!