Critique Dvd: Valentin Valentin

81h885y-QbL._SL1500_

  • Réalisé par :
    Pascal Thomas
  • Avec :
    Marilou Berry, Vincent Rottiers, Marie Gillain…
  • Durée :
    1h46min
  • Pays de production :
    France
  • Année de production :  2014
  • Titre original : Valentin Valentin
  • Distributeur :
    SBS Dist

LE FILM:

3.5

Dans ce « fenêtres sur cour » qui se déroule dans un petit immeuble parisien, tout un monde hétéroclite gravite, s’aime, s’observe sans toujours se voir. C’est là que vit Valentin, jeune homme mélancolique, charmant, partagé entre sa maîtresse au tempérament insatiable, les trois jeunes filles du cinquième étage qui tournent autour de lui, une gardienne démonstrative et une belle chinoise dont la présence dans la maison d’en-face l’intrigue et le fait rêver. À quoi pense-t-il ? Que dissimule-t-il ? Que cherche-t-il ? Valentin invite tous ses voisins à sa pendaison de crémaillère, sans se douter qu’il déclenche ainsi une spirale de violences…

Alors que Valentin a été tué, le nouveau film de Pascal Thomas se construit autour d’un flashback qui vise à nous faire comprendre la cause de sa mort. Plus que l’intrigue à la Agatha Christie, Pascal Thomas s’intéresse à sa flopée de personnages plus pittoresques les uns que les autres: la vieille alcoolique (Géraldine Chaplin), le mari cocu (Louis-Do de Lencquesaing), la jeune amoureuse (Marylou Berri), le jardinier pédophile (François Morel), l’épouse nympho (Marie Gillain)… Tous gravitent avec plaisir autour d’un surprenant Vincent Rottiers dans un rôle beaucoup plus sage qu’à l’accoutumée. Une comédie humaine savoureuse…

TECHNIQUE:

4

Un résultat des plus satisfaisants!

BONUS:

4

Outre la bande annonce, on trouve un plaisant making of!

VERDICT:

3.5

Une fantaisie policière savoureuse!

Disponible en DVD (19.99 euros) chez FranceTV Distribution

CRITIQUE: JE SUIS HEUREUX QUE MA MERE SOIT VIVANTE (2008)

Metropolitan FilmExport

Abandonné par sa mère à l’âge de 4 ans avec son petit frère, Thomas n’a de cesse de retrouver Julie, sa mère biologique. De l’âge de 7 ans à l’âge de 20 ans, il mène une vie infernale à ses parents adoptifs jusqu’à ce qu’il retrouve enfin celle qui l’a laissé alors qu’il était tout petit.

Claude Miller, qu’on connaît pour avoir réalisé des films comme « l’effrontée », « la classe de neige » ou dernièrement « un secret », est ici accompagné de son fils Nathan Miller. Dans le style, on se rapproche ici du cinéma social, cru, dérangant des frères Dardenne par exemple. De nombreux flashbacks émaillent le film et permettent de comprendre les turbulences que traversent le personnage de Thomas porté par le jeune Vincent Rottiers, fascinant. Les Miller apportent ici un éclairage sur un fait divers et permettent de comprendre l’incompréhensible. Sans déflorer la fin, on la prend en pleine face… Un film très intéressant qui fait parfois penser à son précédent (un Secret) par son exploration des traumatismes de l’enfance. A voir.