Critique Bluray: The Deadly Affair

71UfUlTepRL._SL1000_.jpg

Titre original The Deadly Affair
Réalisation Sidney Lumet
Scénario Paul Dehn
Acteurs principaux
Sociétés de production Sidney Lumet Film Productions
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Drame
Film d’espionnage
Durée 115 minutes (h 55)
Sortie 14 juin 1967

LE FILM:

4.5

Samuel Fennan, un employé du ministère des Affaires Etrangères accusé d’amitiés communistes, est retrouvé mort. Tout pousse à croire à un suicide mais Charles Dobbs, en charge de l’enquête, pour le ministère de l’intérieur et qui a rencontré Fennan la veille de sa disparition, ne croit pas qu’il se soit ôté la vie. Ses supérieurs veulent classer l’affaire mais Dobbs insiste et finit par démissionner afin d’avoir les mains libres pour mener l’enquête…

critique-m15-demande-protection-lumet1

11ème long métrage de Sidney Lumet, « The Deadly Affair » (« M15 Demande protection » en Français) est l’un des films les moins connus de son réalisateur et pourtant il ne manque pas d’intérêt! Adapté d’un roman de John Le Carré, le film se situe en pleine guerre froide en Angleterre. Fennan, un employé du Ministère des Affaires étrangères se suicide juste après qu’une lettre anonyme l’accuse d’amitiés communistes. Dobbs, chargé de l’enquête, ne croit pas à son suicide et même alors l’enquête. Loin des Jason Bourne, ce film d’espionnage mise tout sur l’intrigue, délicatement ficelée et un climat mis en place grâce à la mise en scène de Lumet, une superbe photo et la magnifique BO de Quincy Jones. Lumet plutôt que le spectaculaire, privilégie l’aspect trivial du métier d’espion et son personage, incarné par le génial James Mason, dont le vrai drame est intime, victime des tourments et incartades d’une épouse nymphomane. Un grand film d’espionnage mélancolique!

TECHNIQUE:

4.5

Une copie somptueuse à tous points de vue!

BONUS:

4.5

On retrouve les présentations du film par Bertrand Tavernier, Patrick Brion et François Guérif.

VERDICT:

4.5

Une grand film d’espionnage à (re)découvrir!

Disponible en DVD (14.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez SIDONIS

 

Critique: Nelly (FIFIB 2016)

Nelly_C_DR-bandeau.jpg

Nelly est le portrait fragmenté d’une femme déchirée entre ses identités irréconciliables : écrivaine, amante, call girl et star. Plusieurs femmes en une, oscillant entre exaltation et désenchantement.

Une femme, quatre personnages: la pute, la starlette, la petite amie et l’écrivain. C’est avec cette vision éclatée façon puzzle que la réalisatrice québecoise, Anne Emond, s’est appropriée l’histoire de la romancière Nelly Arcand qui, après quatre livres marquants, se donna la mort à 36 ans. Loin du biopic classique, « Nelly » brosse donc le portrait de cette femme obsédée par son apparence et la peur de vieillir en mettant toujours en résonance sa vie et ses écrits. Cru, violent, audacieux mais surtout émouvant, « Nelly » permet non seulement de découvrir une réalisatrice mais aussi une actrice absolument fabuleuse, Mylène Mackay. Le film donne également envie de lire l’oeuvre de Nelly Arcand, sûrs de la comprendre un peu mieux. Une très belle réussite.

4.5