CRITIQUE: THE MASTER

20408688_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Freddie, un vétéran, revient en Californie après s’être battu dans le Pacifique. Alcoolique, il distille sa propre gnôle et contient difficilement la violence qu’il a en lui… Quand Freddie rencontre Lancaster Dodd – « le Maître », charismatique meneur d’un mouvement nommé la Cause, il tombe rapidement sous sa coupe…

Sixième long métrage de Paul Thomas Anderson ( Hard Eight, Boogie Nights, Magnolia, Puch Drunk Love, There will be blood), The Master confirme l’immense talent de son metteur en scène.

Comme dans son précédent film, There Will Be Blood, il est ici question de foi. En effet, sans jamais le citer, le personnage incarné par Philip Seymour Hoffman présente quelques similitudes avec le créateur de la Scientologie Ron Hubbard. Le personnage de Dodd prend donc sous sa coupe Freddie pour en faire un fidèle adepte de la Cause.

Passionnant, le film d’Anderson reste tout de même difficile d’accès tant sa structure est complexe et son rythme très lent et déstabilisera de nombreux spectateurs. Sur le fond, The Master n’est toutefois pas le plus intéressant des films du cinéaste, manquant d’un vrai point de vue. Sur la forme, en revanche, c’est le film le plus abouti, proposant un résultat visuellement époustouflant. Tourné en 70 mm, il offre du début à la fin des plans d’une beauté à couper le souffle, que la BO de Johnny Greenwood ne peut que magnifier.

L’autre réussite du film tient évidemment à son duo de comédiens Philip Seymour Hoffman, comédien fétiche d’Anderson, en gourou et Joachin Phoenix, totalement habité par son personnage jusqu’aux déformations physiques. Sans oublier bien sûr Amy Adams dans le rôle de la femme du gourou, absolument glaçante, notamment dans une scène où elle prend le dessus sur son mari.

Un tel résultat amène le constat que le Cinéma Américain a de beaux jours devant lui que ce soit avec des cinéastes comme Anderson ou une génération de comédiens au talent inégalable!

NOTE: 8.5/10

 

CRITIQUE BLU-RAY: LE STRATEGE

LE FILM:

Voici l’histoire vraie de Billy Beane, un ancien joueur de baseball prometteur qui, à défaut d’avoir réussi sur le terrain, décida de tenter sa chance en dirigeant une équipe comme personne ne l’avait fait auparavant… Alors que la saison 2002 se profile, Billy Beane, le manager général des Oakland Athletics, est confronté à une situation difficile : sa petite équipe a encore perdu ses meilleurs joueurs, attirés par les grands clubs et leurs gros salaires. Bien décidé à gagner malgré tout, il cherche des solutions qui ne coûtent rien et auxquelles personne n’aurait pensé avant… Il va s’appuyer sur des théories statistiques et engager Peter Brand, un économiste amateur de chiffres issu de Yale. Ensemble, contre tous les principes, ils reconsidèrent la valeur de chaque joueur sur la base des statistiques et réunissent une brochette de laissés-pour-compte oubliés par l’establishment du baseball. Trop bizarres, trop vieux, blessés ou posant trop de problèmes, tous ces joueurs ont en commun des capacités sous-évaluées. Avec leurs méthodes et leur équipe de bras cassés, Beane et Brand s’attirent les moqueries et l’hostilité de la vieille garde, des médias et des fans, jusqu’à ce que les premiers résultats tombent… Sans le savoir, Beane est en train de révolutionner toute la pratique d’un des sports les plus populaires du monde.

6 ans après l’excellent « Truman Capote », Bennett Miller revient avec un film sur le sport, grande tradition outre-Atlantique, et sur le base-ball en particulier! On peut se dire au premier abord, rien d’excitant pour nous les Gaulois, qui ne connaissons rien à ce sport, si ce n’est qu’il se joue avec une batte! Que nenni! « Le Stratège » est un film passionnant même pour les néophytes! Tout d’abord parce qu’il est écrit par Aaron Sorkin, le scénariste de « The Social Network » et que l’on retrouve sa patte, avec ses dialogues qui en font un vrai film d’action. La réussite est également due à la prestation de Brad Pitt qui confirme qu’il est un immense acteur mais aussi à celle de ses confrères, Philipp Seymour Hoffman en coach à la marge de manoeuvre très limitée et à Jonah Hill, le statisticien de l’équipe! Mais plus qu’un simple film sur le baseball, « le Stratège » est un magnifique portrait du monde du sport professionnel et un miroir cruel du monde mercantiliste des années 2000!

C’est en tout cas l’un des meilleurs films américains de cette année 2011! Et dans un Blu-ray top dans tous les domaines!

LES BONUS:

-Bandes-annonces

-3 scènes coupées

– doc sur le casting (21 mins)

-doc sur le vrai Billy Beane

-doc sur l’adaptation du livre à l’écran

-making of

– bêtisier composé d’une seule séquence d’un fou rire de Brad Pitt très contagieux!

VERDICT:

L’un des meilleurs films de l’année dans un Blu-ray parfait à tous points de vue!
Disponible en DVD (19,99 euros) et Blu-ray(24,99 euros) chez SHPE