« Tu ne tueras point »: la Bande-annonce du nouveau Mel Gibson!

image002.png

Le 9 novembre sortira sur les écrans français le nouveau film du réalisateur Mel Gibson, une histoire d’héroïsme sur fond de Seconde Guerre Mondiale avec un casting des plus séduisants:

Andrew Garfield

Vince Vaughn

Teresa Palmer

Sam Worthington

Luke Bracey

Hugo Weaving

Rachel Griffiths

Synopsis :

Quand la Seconde Guerre mondiale a éclaté, Desmond, un jeune américain, s’est retrouvé confronté à un dilemme : comme n’importe lequel de ses compatriotes, il voulait servir son pays, mais la violence était incompatible avec ses croyances et ses principes moraux. Il s’opposait ne serait-ce qu’à tenir une arme et refusait d’autant plus de tuer.

Il s’engagea tout de même dans l’infanterie comme médecin. Son refus d’infléchir ses convictions lui valut d’être rudement mené par ses camarades et sa hiérarchie, mais c’est armé de sa seule foi qu’il est entré dans l’enfer de la guerre pour en devenir l’un des plus grands héros. Lors de la bataille d’Okinawa sur l’imprenable falaise de Maeda,  il a réussi à sauver des dizaines de vies seul sous le feu de l’ennemi, ramenant en sureté, du champ de bataille, un à un les soldats blessés.

Publicités

Critique Dvd: Sacrifice

71Y7XzVHKSL._SL1247_

LE FILM: 9/10

5 juin 1944, la plus grande flotte maritime et aérienne jamais réunie quitte l’Angleterre pour débarquer en France et libérer l’Europe occupée par l’Allemagne hitlérienne. La 2ème Guerre mondiale entre dans sa cinquième année. Malgré ses revers en Russie, la puissance allemande est encore si forte que les Alliés anglo-américains concentrent 2 millions d’hommes à l’assaut des côtes normandes. Du débarquement à la bataille de Normandie jusqu’à la Libération de Paris, les pertes civiles et militaires ont été lourdes. La Normandie est dévastée et traumatisée mais la route vers Paris est ouverte. Réalisé entièrement à base d’images d’archives (le plus souvent inédites) mises en couleur, ce film nous fait revivre ces semaines décisives à travers les mots simples et vibrants des témoins directs de l’époque.

Fruit d’un travail impressionnant, ce documentaire retrace les quelques semaines décisives dans la fin de la Seconde Guerre Mondiale, entre les quelques jours précédant le Débarquement et la libération de Paris. Montage d’images d’archive colorisées et sonorisées soutenu par les propos de soldats, résistants ou simples Français ( seul point noir, les accents grotesques utilisés par les narrateurs!), ce document est non seulement historiquement passionnant mais terriblement immersif, notamment dans la description du quotidien des soldats pendant le débarquement.

Indispensable!

TECHNIQUE: 7/10

Rien à dire même si la nature même des images ne laisse pas de place à la perfection.

BONUS: 7/10

On trouve une interview du réalisateur qui revient sur l’histoire de Samuel Fuller, un sujet sur la sonorisation et un sur la colorisation.

VERDICT: 9/10

Un document indispensable!

Disponible en DVD (14.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez TF1 Vidéo

 



CRITIQUE: WALKYRIE (2008)

Il est très tard, alors je vais être bref. Le dernier film de Bryan Singer (Usual suspects, Xmen, Superman Returns) retrace l’histoire de l’opération Walkyrie, durant la Seconde Guerre Mondiale. Le colonel Von Stauffenberg (Tom Cruise) avec l’aide d’autres officiers Allemands, va tenter d’assassiner Hitler pour pouvoir lancer l’opération Walkyrie qui vise à neutraliser les SS et prendre le pouvoir. Comme l’Histoire nous l’a appris, cet attentat a échoué et Von Stauffenberg et ses acolytes ont été exécutés. Quelques mois plus tard, Hitler mettait fin à ses jours pour ne pas tomber aux mains de l’ennemi.

Singer livre ici un excellent thriller plein de suspense malgré l’issue connue de l’histoire et c’est la vraie réussite du film. Le rythme ne faiblit pas et le casting est à la hauteur. Le gros bémol du film réside dans la non-utilisation de la langue allemande comme l’a fait Tarantino dans Inglourious basterds. Cela nuit considérablement à la qualité du film, c’est vraiment dommage! A voir malgré tout!

CRITIQUE: THE READER (2008)

SND

Allemagne, années 50, Michael, un jeune adolescent rencontre une femme de 20 ans son aînée, Hannah Schmidt, qui s’occupe de lui un jour où celui-ci fait un léger malaise. Une relation d’un été va se nouer et Michael et Hannah vont se voir régulièrement pour faire l’amour chez cette dernière. Un petit rituel va se mettre en place quand Hannah va demander à Michael de lui faire la lecture avant chaque rapport sexuel.

Un jour, à la fin de l’été, Hannah va disparaître sans laisser d’explication et laisser Michael dans le désespoir d’un premier grand amour déchu. Dix ans plus tard, Michael est étudiant en droit et assiste dans ce cadre à un procès concernant des femmes gardiennes de camps de concentration pendant la Seconde Guerre Mondiale. Parmi les accusées, il reconnaît Hannah.

A sa sortie, le film a créé la polémique tout comme « la Chute » et pour les mêmes raisons. Certains critiques reprochaient au film de forcer le spectateur à s’apitoyer sur le sort d’Hannah au détriment des femmes qu’elle était chargé de garder et de rendre son personnage trop humain.

Et bien je ne suis pas d’accord avec cette analyse. Ce film très loin de tout manichéisme nous force au contraire à nous interroger et nous plonge dans le malaise en nous montrant justement que tous ces gens qui ont commis des atrocités étaient humains comme nous.

Stephen Daldry, à qui l’on doit « Billy Elliott », ne nous livre pas ici un chef d’oeuvre mais un très bon film, dérangeant, qui suscite la réflexion, aidé en cela par une Kate Winslet excellente (elle a d’ailleurs raflé l’oscar de la meilleure actrice pour son rôle). On sent dès le départ que son personnage cache des secrets. Son armure se fissure au fur et à mesure et c’est au moment où elle est prête à se briser complètement qu’elle préfère disparaître peut-être pour préserver son jeune amant.

Certes dérangeant mais intéressant!

CRITIQUE: LA BATAILLE DU RAIL (1945)

Le film traite de l’action des cheminots pendant la Seconde Guerre Mondiale en France: détournements, sabotages déraillements… Et comment l’ennemi allemand s’en est trouvé très affaibli.

La formidable réedition initiée par l’INA en blu-ray m’a permis de vraiment rédécouvrir ce film. La dernière vision que j’en avais été sur une VHS de piètre qualité. Ici, le film a été remasterisé et se trouve accompagné de suppléments passionnants dont l’émission « les dossiers de l’écran » qui lui était consacrée! Une mine d’or! Pour en revenir au film, René Clément, fut choisi pour  mettre en scène cette oeuvre à la gloire de la Résistance à la suite du court-métrage « ceux du rail » (présent sur le blu ray) qui montrait une journée d’un cheminot. Ici, on est également très proche du documentaire. Ceci est dû, en plus de la mise en scène hyper réaliste, à l’interprétation, mélange d’acteurs professionnels et de cheminots.

Un des plus grands films sur la Résistance, un incontournable de toute vidéothèque!