Critique Dvd: Tout pour être heureux

61c8VCjjiCL._SL1000_.jpg

Réalisation Cyril Gelblat
Scénario Cyril Gelblat
Sociétés de production Chapka Films
Vendôme Production
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre comédie
Durée 97 minutes
Sortie 15 avril 2016

LE FILM:

4

Antoine, bientôt quarantenaire, dilettante, égoïste et insatisfait ne s’est jamais réellement senti investi d’une mission pour s’occuper de ses filles, âgées de 5 et 9 ans.Infantilisé par sa femme Alice, Antoine n’arrive pas à trouver sa place dans son foyer et décide subitement de la quitter pour une histoire sans lendemain.Lorsqu’Alice lui confie leurs filles quelques jours par surprise, Antoine va se retrouver sur un continent inconnu. Et alors qu’il était incapable d’assumer son rôle de père à l’intérieur du noyau familial, il va finir par devenir une véritable « mère juive ».Après avoir quitté sa femme par nostalgie de sa liberté d’antan, le nouvel Antoine va se retrouver confronté à une nouvelle nostalgie, celle de sa vie de famille…

Quelques mois après « Un début prometteur« , Manu Payet revient dans un rôle de quadra tendance dépressive. Alors qu’il joue sa vie niveau professionnel en tentant de lancer une jeune chanteuse prometteuse, son couple et sa vie de famille sont au bord de l’explosion et sa femme ne va pas tarder à siffler la fin du match. Antoine va alors se rapprocher de sa soeur pour l’aider financièrement mais aussi à y voir plus clair dans sa vie sentimentale.

Pour son second long métrage, le réalisateur Cyril Gelblat s’est inspiré du livre de Xavier de Moulins « un coup à prendre » mais surtout de son expérience de jeune père, confiant d’ailleurs le rôle de l’une des enfants à sa propre fille. Sans que ce soit une pure comédie mais plutôt un « film sur la vie », « tout pour être heureux » réussit le pari d’alterner entre le rire et l’émotion sans jamais céder à la facilité y compris avec un final qui a le bon goût de ne pas trahir le discours du film.

Dans une Société du zapping où les couples se déchirent au premier truc qui cloche, « tout pour être heureux » a le mérite de susciter la réflexion sans donner de leçons tout en proposant un vrai bon divertissement. A côté de ça, on découvre les talents musicaux de Joe Bel, jeune chanteuse qui devrait faire reparler d’elle et un réalisateur de comédie non dénué d’ambition: on retiendra l’idée géniale d’un repas  » à distance », belle idée de mise en scène. Puis évidemment, on ne peut pas ne pas évoquer l’interprétation: Manu Payet sait faire rire et aussi se montrer bouleversant, Aure Atika est parfaite en soeur conseillère et Audrey Lamy, loin des rôles comiques dont elle a fait son fonds de commerce, apporte une vraie touche d’émotion au film. On ne peut oublier évidemment les deux enfants, Jaïa Caltagirone et Rafaele Gelblat, totalement craquantes. Dans sa façon de combiner rires et larmes, son aspect de feel good movie et les réactions que le film suscite lors des avant-premières, « tout pour être heureux » fait étrangement penser à « la famille Bélier »! On ne peut que lui souhaiter le même destin!

TECHNIQUE:

4.5

Un résultat probant pour le support et ce, à tous les niveaux!

BONUS:

2.5

On trouve ici un making of qui n’est autre qu’un ensemble de trois entretiens avec l’équipe du film, plutôt promos ainsi que trois scènes coupées.

VERDICT:

4

L’une des jolies surprises françaises de l’année!

Disponible en DVD (14.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez TF1 VIDEO dès le 17 août

Publicités

Critique: Tout pour être heureux

235320.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

SORTIE LE 13 AVRIL 2016

Antoine, bientôt quarantenaire, dilettante, égoïste et insatisfait ne s’est jamais réellement senti investi d’une mission pour s’occuper de ses filles, âgées de 5 et 9 ans.Infantilisé par sa femme Alice, Antoine n’arrive pas à trouver sa place dans son foyer et décide subitement de la quitter pour une histoire sans lendemain.Lorsqu’Alice lui confie leurs filles quelques jours par surprise, Antoine va se retrouver sur un continent inconnu. Et alors qu’il était incapable d’assumer son rôle de père à l’intérieur du noyau familial, il va finir par devenir une véritable « mère juive ».Après avoir quitté sa femme par nostalgie de sa liberté d’antan, le nouvel Antoine va se retrouver confronté à une nouvelle nostalgie, celle de sa vie de famille…

Quelques mois après « Un début prometteur« , Manu Payet revient dans un rôle de quadra tendance dépressive. Alors qu’il joue sa vie niveau professionnel en tentant de lancer une jeune chanteuse prometteuse, son couple et sa vie de famille sont au bord de l’explosion et sa femme ne va pas tarder à siffler la fin du match. Antoine va alors se rapprocher de sa soeur pour l’aider financièrement mais aussi à y voir plus clair dans sa vie sentimentale.

Pour son second long métrage, le réalisateur Cyril Gelblat s’est inspiré du livre de Xavier de Moulins « un coup à prendre » mais surtout de son expérience de jeune père, confiant d’ailleurs le rôle de l’une des enfants à sa propre fille. Sans que ce soit une pure comédie mais plutôt un « film sur la vie », « tout pour être heureux » réussit le pari d’alterner entre le rire et l’émotion sans jamais céder à la facilité y compris avec un final qui a le bon goût de ne pas trahir le discours du film.

Dans une Société du zapping où les couples se déchirent au premier truc qui cloche, « tout pour être heureux » a le mérite de susciter la réflexion sans donner de leçons tout en proposant un vrai bon divertissement. A côté de ça, on découvre les talents musicaux de Joe Bel, jeune chanteuse qui devrait faire reparler d’elle et un réalisateur de comédie non dénué d’ambition: on retiendra l’idée géniale d’un repas  » à distance », belle idée de mise en scène. Puis évidemment, on ne peut pas ne pas évoquer l’interprétation: Manu Payet sait faire rire et aussi se montrer bouleversant, Aure Atika est parfaite en soeur conseillère et Audrey Lamy, loin des rôles comiques dont elle a fait son fonds de commerce, apporte une vraie touche d’émotion au film. On ne peut oublier évidemment les deux enfants, Jaïa Caltagirone et Rafaele Gelblat, totalement craquantes. Dans sa façon de combiner rires et larmes, son aspect de feel good movie et les réactions que le film suscite lors des avant-premières, « tout pour être heureux » fait étrangement penser à « la famille Bélier »! On ne peut que lui souhaiter le même destin!

4

 

Critique Dvd: Un début prometteur

71a+K3e18EL._SL1250_.jpg

Réalisation Emma Luchini
Scénario Emma Luchini
Vanessa David
Nicolas Rey
Acteurs principaux
Sociétés de production NoLIta
Les Productions maison
D8 Films
Nexus Factory
Gaumont
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Durée 90 minutes
Sortie 30 septembre 2015

LE FILM:

3.5

Martin, désabusé pour avoir trop aimé et trop vécu, retourne chez son père, un horticulteur romantique en fin de course. Il y retrouve Gabriel, son jeune frère de 16 ans, exalté et idéaliste, qu’il va tenter de dégoûter de l’amour, sans relâche. Mais c’est sans compter Mathilde, jeune femme flamboyante et joueuse, qui va bousculer tous leurs repères…

Après un César du meilleur court-métrage l’an dernier, Emma Luchini (fille de) réalise enfin son premier long métrage en adaptant un roman de son compagnon Nicolas Rey (qui co-écrit le scénario!). Il s’agit ici d’une comédie mélancolique où l’on suit le jeune Gabriel à la poursuite de l’amour, personnalisé par Mathilde, jeune femme joueuse rencontrée dans un bar. Aux côtés de Gabriel, son père soigne sa solitude dans l’horticulture et son frère Martin noie sa déprime dans l’alcool. Deux visions de l’amour, celle des adultes, dépressive et pessimiste, et la sienne, dans l’utopie. Si ce premier film n’est pas parfait, en raison d’une petite baisse de rythme dans le dernier tiers, il séduit malgré tout par ses dialogues finement écrits, sa fantaisie et ses personnages attachants. On se réjouit notamment de retrouver Manu Payet excellent dans un rôle de Droopy alcoolique et le film est illuminé par la grâce de Verle Baetens que l’on avait découverte dans « Alabama Monroe ». Très recommandable!

TECHNIQUE:

4

Une copie assez nette, sans défaut majeur.

BONUS:

4.5

Outre un court making of, on trouve des scènes coupées, un clip, le court-métrage primé aux César et l’interview de la réalisatrice et Nicolas Rey après la cérémonie! Très complet!

VERDICT:

3.5

Une comédie prometteuse dans une très belle édition!

Disponible en DVD (12.99 euros) dès le 24 février

CRITIQUE DVD: RADIOSTARS

LE FILM: 8.5/10

En plein échec professionnel et sentimental, Ben, qui se rêvait comique à New York, est de retour à Paris. Il rencontre Alex, présentateur-vedette du Breakfast-club, le Morning star de la radio. Avec Cyril, un quadra mal assumé, et Arnold, le leader charismatique de la bande, ils font la pluie et le beau temps sur Blast FM. Très vite Ben est engagé : Il écrira pour eux. Alors qu’il a à peine rejoint l’équipe, un raz de marée frappe de plein fouet la station : l’audience du breakfast est en chute libre. C’est en bus qu’ils sillonneront les routes de France pour rencontrer et reconquérir leur public. Pour ces Parisiens arrogants, de ce road trip radiophonique naîtra un véritable parcours initiatique qui bousculera leurs certitudes.

Pour son premier long métrage de réalisateur, Romain Lévy réussit son coup d’essai! “Radiostars” est une vraie bonne comédie et ce, pour une très bonne raison: le film sent le vécu et pour cause, Romain Lévy et son acteur principal, Manu Payet ont débuté leur carrière à la radio. Très rythmé, le film prend la forme d’un road movie, réunissant toute une petite bande aux individualités toutes bien différentes! Fortement inspiré des comédies américaines style Apatow (pour la bande de potes et la grossiereté!), le film est une succession de scènes cultes, comme la chanson improvisée par les acolytes dans le bus ou la scène dans la voiture de Leonard de Vitry, le rappeur! L’autre point fort de “Radiostars” est sans conteste son casting qui réunit autour de deux têtes d’affiche (Clovis Cornillac et Manu Payet) au meilleur de leur forme, une  petite troupe d’inconnus qui ne devraient pas le rester, avec Douglas Attal, sosie de Jason Biggs, et l’étonnant Pascal Demolon! N’ayant pas peur de s’attaquer au racisme ou aux handicapés, Romain Lévy signe une excellente comédie à savourer d’urgence!

Pour ne rien gacher, le DVD est d’une excellente facture et tutoie les sommets dans tous les domaines!

LES BONUS: 10/10

Complètement délirants les bonus proposés ici sont d’une totale cohérence avec le film! Outre un commentaire audio hilarant de toute l’équipe, on trouve un making-of qui n’en est pas un où l’acteur qui incarne Smither a l’air demeuré, Douglas Attal ne s’exprime qu’en Anglais, etc… Aussi drôle que le film lui-même! Pour finir, des scènes coupées dont la disparition a dû être un vrai crève-coeur et une sorte de bêtisier! Bref, c’est parfait!

LE VERDICT: 9/10

La comédie de l’année dans un DVD d’exception!!!
Disponible en DVD (19,99 euros) et blu-ray (24,99 euros) chez TF1 Video dès le 12 septembre