Critique: Marie Francine

307001.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Trop vieille pour son mari, de trop dans son boulot, Marie-Francine doit retourner vivre chez ses parents… … à 50 ans ! Infantilisée par eux, c’est pourtant dans la petite boutique de cigarettes électroniques qu’ils vont lui faire tenir, qu’elle va enfin rencontrer Miguel. Miguel, sans oser le lui avouer, est exactement dans la même situation qu’elle. Comment vont faire ces deux-là pour abriter leur nouvel amour sans maison, là est la question…

Vingt ans après ses débuts de réalisatrice avec « Quadrille », Valérie Lemercier réalise son cinquième film, « Marie Francine ». Elle utilise un phénomène de plus en plus courant dans nos sociétés modernes, le retour chez Papa Maman à la suite d’une séparation ou d’une perte d’emploi, les deux cumulés dans le cas de Marie Francine! D’un charme fou, le nouveau film de Lemercier ne cherche jamais à faire rire à tout prix mais parsème son récit de moments drôles et surtout pleins de fantaisie. Le duo Lemercier/Timsit fonctionne merveilleusement bien et le couple de parents Hélène Vincent/Philippe Laudenbach réserve les scènes les plus croustillantes du film. Un vrai feel Good movie!

4

Publicités