Critique: Le Sens de la Fête

570288.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Éric Toledano
Olivier Nakache
Scénario Éric Toledano
Olivier Nakache
Acteurs principaux
Sociétés de production Quad Productions
Ten Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 117 minutes
Sortie 4 octobre 2017

Max est traiteur depuis trente ans. Des fêtes il en a organisé des centaines, il est même un peu au bout du parcours. Aujourd’hui c’est un sublime mariage dans un château du 17ème siècle, un de plus, celui de Pierre et Héléna. Comme d’habitude, Max a tout coordonné : il a recruté sa brigade de serveurs, de cuisiniers, de plongeurs, il a conseillé un photographe, réservé l’orchestre, arrangé la décoration florale, bref tous les ingrédients sont réunis pour que cette fête soit réussie… Mais la loi des séries va venir bouleverser un planning sur le fil où chaque moment de bonheur et d’émotion risque de se transformer en désastre ou en chaos. Des préparatifs jusqu’à l’aube, nous allons vivre les coulisses de cette soirée à travers le regard de ceux qui travaillent et qui devront compter sur leur unique qualité commune : Le sens de la fête.

Le tandem Toledano/Nakache, avec des hauts (Intouchables, Nos jours heureux…) et des bas (Samba) prouve avec son sixième film, même s’il ne révolutionne pas le Cinéma Français, qu’il maîtrise l’écriture et surtout, ingrédient essentiel de la comédie, le sens du rythme! Durant deux heures (durée assez longue pour une comédie), les deux acolytes nous plongent durant 24 heures, dans les préparatifs et le déroulement d’une fête de mariage! Un mariage durant lequel rien ne se passera comme prévu, quelle originalité me direz-vous! Pourtant, si la sauce prend, c’est grâce à une galerie de personnages hauts en couleur et une énergie folle! On suit aussi bien Max, incarné par un Bacri dans son rôle habituel de bougon qui cherche à ce que tout se passe bien que le DJ/chanteur ringard (Lellouche), le serveur benêt (Alban Ivanov), le beau-frère agrégé de lettres un peu décalé (Vincent Macaigne), le photographe pique-assiettes (Jean-Paul Rouve), le marié imbuvable (Antoine Chappey)… Le sens de la fête, le duo Toledano/Nakache l’a et ce, sans jamais être méchant ou vulgaire et offre un excellent film populaire qui devrait trouver son public!

4

Publicités

Critique VOD: Témoin à louer

Impression

  • Réalisé par :
    Jeremy Garelick
  • Avec :
    Kevin Hart, Josh Gad, Kaley Cuoco…
  • Durée :
    1h41min
  • Pays de production :
    Etats-Unis
  • Année de production :  2014
  • Titre original : The Wedding Ringer
  • Distributeur :
    Inédit en salles en France

Un homme solitaire se voit dans l’obligation de rémunérer un inconnu pour lui servir de témoin lors de son prochain mariage.

OVNI (Objets VOD Non Identifiés), c’est une nouvelle collection de films disponibles uniquement en VOD, initiée par Sony. Il s’agit précisément de films non sortis en salles en France. Le premier titre à débarquer sur les plateformes dès le 27 avril en téléchargement définitif et le 4 mai en VOD est une comédie qui fit un carton aux Etats-Unis!

C’est du côté des Farelly ou d’Apatow que ce « Témoin à louer » est allé piocher avec plus ou moins de réussite. Si le sujet n’est pas des plus originaux (combien de comédies US sur le mariage a-t-on déjà vu?), le duo de comédiens Kevin Hart (un Eddie Murphy en puissance!) et Josh Gad (le rigolo grassouillet de service!) fonctionne à merveille. Quant à l’humour distillé par ce film, on est pas dans la grande finesse mais dans le genre « plus c’est con plus c’est bon », ça fonctionne pas mal! Parfait pour une soirée entre potes!

2.5

CRITIQUE BLU-RAY: BACHELORETTE

81PEvacWPvL__AA1500_
LE FILM: 2/10

Regan, Gena et Katie, 3 copines de lycée, sont stupéfaites d’apprendre que leur amie Becky, adorable mais rondouillette, est la première d’entre elles à se marier ! Six mois plus tard, elles se rendent donc au mariage avec pour unique but de faire la fête ! Mais tout va de travers…

Se voulant un mélange entre « Mes meilleures amies » et « Very bad trip », Bachelorette ne fait que recycler des recettes éculées en se complaisant dans une vulgarité assez indigeste et une lourdeur parfois même un peu gênante pour ses interprètes qui, malgré tout, ne déméritent pas! On se demande vraiment ce que Kirsten Dunst, aux choix de carrière pourtant assez pertinents, vient faire dans cette galère! Le scénario, dont le fil conducteur est une robe de mariée dont on se demande si elle sera réparée et nettoyée à temps pour le mariage, est épais comme une feuille de papier à cigarettes et ne montre qu’une collections de personnages pour laquelle nulle empathie n’est possible! Heureusement que le film ne dure qu’1h20 et que la réalisatrice s’est inspirée du chef d’oeuvre de Wilder « la Garçonnière »! Autrement…

TECHNIQUE: 9/10

Rien à dire que ce soit sur l’image ou le son, c’est top!

BONUS: 0/10

A l’image du scénario, le néant!

VERDICT: 2/10

A oublier…

Disponible en DVD (19,99 euros) et blu-ray (24,99 euros) dès le 20 février chez TF1 Video


CRITIQUE BLU-RAY: PLAN DE TABLE

LE FILM: 5/10

Suite à un câlin bref, mais intense, la table dressée pour la noce est en désordre. La mariée court se recoiffer, tandis que l’homme replace les cartons
sans respecter le plan de table. Le hasard fera-t-il bien les choses ? Ou bien devra-t-il donner un coup de main au destin ?…

Comédie empruntant la voie ô combien fréquentée du « film de mariage », ce « Plan de Table » de Christelle Raynal fait partie de ces films calibrés pour le petit écran. En effet, on ne passe pas un mauvais moment devant ce film mais la surprise est absente et le résultat est très sage! Usant de la méthode éculée du « tiens, comment ça se passerait si… » vu et revu dans nombre de séries télé ou dans des films comme « un jour sans fin », ce « Plan de Table »  ronronne un peu se reposant un peu trop sur sa recette et la mise en scène très « téléfilm » n’aide pas le film à sortir de ses travers.

Toutefois, malgré des personnages un brin caricaturaux, le casting, assez réussi, donne de sa personne et les acteurs véhiculent une bonne humeur assez communicative. Quelques dialogues qui font mouche rajoutés là-dessus sauvent l’entreprise et évitent le mauvais plan!

Excellente copie irréprochable sur ce blu-ray!

LES BONUS: 4/10

Outre quelques bandes-annonces, on a droit à un bêtisier très réussi et un making-of promo complètement dénué d’intérêt!

VERDICT:5/10

En un mot, bof…

Disponible en DVD (19,99 euros) et blu-ray (24,99 euros) chez ARP

 


CRITIQUE: [REC]3 GENESIS

Quand Clara et Koldo se promettent de vivre ensemble pour le meilleur et pour le pire, ils ne se doutent pas que le pire est très proche! Durant la soirée, organisée dans une grande demeure, une horde de zombies attaque les invités, les contaminant à leur tour! Quelqu’un va-t-il en réchapper? Les jeunes mariés auront-ils l’occasion de connaître le meilleur ? Bon appétit! Ca va saigner!

N’ayant pas vu les deux précédents opus, je ne me hasarderai donc à aucune comparaison et me concentrerai sur ce seul et unique film. Après une première demi-heure filmée au caméscope où l’on assiste à la cérémonie, à la présentation des personnages et au début du drame, le gamin chargé d’immortaliser l’évènement laisse enfin tomber son objectif! Et tant mieux! Qui aurait l’idée de filmer les zombies qui lui courent après ?

Et là, ce n’est que du plaisir! Enfin, pour qui aime la barbaque! Des types ou des filles marchant au ralenti, du sang plein la bouche, les bras tendus vers l’avant, ça devient très vite ridicule! Alors Paco Plaza choisit de délaisser l’angoisse, à l’exception de quelques sursauts bien sentis, pour se concentrer sur un délire grand-guignolesque, quelque part entre le gore de Peter Jackson époque Braindead et le délire d’Alex de la Iglesia (Balada triste)! Quelques passages pourraient vite devenir cultes ainsi que le personnage de « John l’Eponge » qui vaut son pesant de cacahuètes! Si vous aimez ce genre de délire sanglant, courez voir [Rec]3 Génesis!

CRITIQUE: MES MEILLEURES AMIES (2011)

Annie a la poisse. Son fiancé l’a quittée et son nouvel amant est un goujat. Lillian, sa meilleure amie, file quant à elle le parfait amour. Lorsqu’elle lui annonce son futur mariage, Annie oublie ses soucis pour se consacrer à son rôle de témoin et transformer les préparatifs en un moment magique et privilégié. Mais c’est sans compter sur les autres amies de Lillian, l’insatiable et athlétique dragueuse Megan, la candide Becca,l’ex-beauté Rita et l’ultra-snob Helen… toutes incontrôlables et décidées à donner de la voix pour imposer leurs choix dans l’organisation de l’enterrement de vie de jeune fille. Débute alors une délirante aventure…!

Si vous êtes d’humeur un peu morose et vous avez deux heures à tuer, alors il faut voir « mes meilleures amies »! Tout comme le titre, la genèse du film est le fruit d’une histoire d’amitié. Quand Judd Apatow, le roi de la comédie loufoque US, tourne « en cloque mode d’emploi », il devient très proche de son actrice Kristen Wiig. Il lui propose alors en 2006 d’écrire une comédie; cette dernière fait alors appel à son amie Annie Mumolo pour faire équipe, celle-ci ayant déjà une idée avec des demoiselles d’honneur. En 2010, le projet accélère et le scénario bouclé, Apatow propose à son ami Paul Feig de réaliser le film, avec dans le rôle principal Kristen Wiig: la boucle est bouclée!

Dès la première scène où Annie est en pleine partie de jambes en l’air très tonique, le décor est planté! On rigole beaucoup! Certes, quelques longueurs apparaissent çà et là comme dans les films d’Apatow d’ailleurs mais ça reste souvent drôle voire vraiment culte! Les scènes de l’essayage des robes après le resto mexicain et du voyage en avion resteront dans les annales de la comédie US!

Une grande part du succès du film est à attribuer au casting féminin avec mention spéciale à Kristen Wiig qui fait preuve d’un talent comique incroyable! Elle nous ferait pleurer de rire en lisant l’annuaire!

« Mes meilleures amies » est donc une excellente comédie, parfois trash mais souvent très drôle!

CRITIQUE: MELANCHOLIA

1ère Partie: après une introduction apocalyptique sur le bouleversant prélude de « Tristan et Isolde » de Wagner, on assiste au mariage de Justine, préparé par sa soeur Claire et son mari John. Le mariage est l’occasion d’un règlement de comptes familial où tout le monde en prend pour son grade. 2ème partie:Les deux soeurs et l’enfant de Claire se rertouvent dans la grande demeure familiale et attendent dans l’angoisse la probable collision de la planète Melancholia avec la Terre.

Le film de Lars Von Trier est un objet cinématographique vraiment à part. Sur la forme, il est un mélange de réalisme documentaire, tourné dans sa grande majorité caméra à l’épaule et de classicisme évoquant parfois le cinéma de Visconti. Bourré de références, la première partie évoque également la scène du mariage de « voyage au bout de l’enfer » avec cette manière de dilater le temps qui peut parfois donner l’impression de quelques longueurs. Sur le fond, le film peut être interprété d’une multitude de manières, Lars Von Trier n’ayant pas mis en scène une simple histoire de fin du monde à la Roland Emmerich. Il tente surtout de nous faire ressentir l’état mélancolique et il y parvient à merveille.

Pour incarner ses personnages, il réunit un casting de prestige avec Kirsten Dunst, au prix d’interprétation ô combien mérite, Charlotte Gainsbourg toujours parfaite, Kiefer Sutherland qu’on découvre très bon, Charlotte Rampling en mère insupportable et John hurt, excellent dans le rôle du père.

Pour encadrer ces deux parties, la scène d’ouverture et la scène finale sont probablement deux scènes parmi les plus belles de l’Histoire du Cinéma, non, je n’ai pas peur des mots! Et je ne peux m’empêcher de penser que si le réalisateur danois était moins c… et qu’il n’avait pas fait des siennes lors du festival de Cannes, c’est avec la Palme qu’il serait reparti! Vraiment dommage car « Melancholia » est un film fabuleux!