Critique Bluray: Le Fils de Jean

61WdOuwS5eL._SL1000_.jpg

Réalisation Philippe Lioret
Scénario Natalie Carter
Philippe Lioret
Acteurs principaux
Sociétés de production Fin Août Productions
Item 7
France 3 Cinéma
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau du Canada Canada
Genre Drame
Durée 98 minutes
Sortie 31 août 2016

LE FILM:

4.5

À trente-trois ans, Mathieu ne sait pas qui est son père. Un matin, un appel téléphonique lui apprend que celui-ci était canadien et qu’il vient de mourir. Découvrant aussi qu’il a deux frères, Mathieu décide d’aller à l’enterrement pour les rencontrer. Mais, à Montréal, personne n’a connaissance de son existence ni ne semble vouloir la connaître…

Cinq ans après le décevant « Toutes nos envies« , Philippe Lioret est de retour avec « le Fils de Jean », inspiré du livre de jean-Paul Dubois, « Si ce livre pouvait me rapprocher de toi ». Il s’agit ici du voyage initiatique d’un homme, au Canada, à l’occasion du décès de son père qu’il n’a pas connu, qui va partir à la rencontre de deux frères qu’il n’a jamais vus. Le personnage de Mathieu, père lui-même, va partir avec l’objectif de boucler la boucle et d’éclaircir sa propre histoire et sa propre filiation. Le film de Lioret se savoure à la fois comme une énigme, avec ce père dont on recherche le corps dans un lac et toutes ces questions laissées sans réponse mais le film se montre à la fois tendre et émouvant, parfois solaire, et ceci sans jamais tomber dans le pathos ou la mièvrerie. Pour servir ce récit, Lioret s’appuie sur deux acteurs somptueux, Pierre Deladonchamps, que l’on avait découvert dans « l’inconnu  du lac » (César du meilleur espoir) et le Québecois Gabriel Arcand. L’un des très beaux films français de l’année!

TECHNIQUE:

4

Nickel aussi bien dans les scènes intimistes que dans les extérieurs, splendides!

BONUS:

1.5

Seul bonus, un entretien avec le réalisateur, sans grand intérêt. Dommage…

VERDICT:

4.5

Une édition un peu pauvre pour l’un des grands films français de l’année dernière!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez le Pacte

 

Publicités

Critique: le Fils de Jean

209638.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Philippe Lioret
Scénario Natalie Carter
Philippe Lioret
Acteurs principaux
Sociétés de production Fin Août Productions
Item 7
France 3 Cinéma
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau du Canada Canada
Genre Drame
Durée 98 minutes
Sortie 31 août 2016

À trente-trois ans, Mathieu ne sait pas qui est son père. Un matin, un appel téléphonique lui apprend que celui-ci était canadien et qu’il vient de mourir. Découvrant aussi qu’il a deux frères, Mathieu décide d’aller à l’enterrement pour les rencontrer. Mais, à Montréal, personne n’a connaissance de son existence ni ne semble vouloir la connaître…

Cinq ans après le décevant « Toutes nos envies« , Philippe Lioret est de retour avec « le Fils de Jean », inspiré du livre de jean-Paul Dubois, « Si ce livre pouvait me rapprocher de toi ». Il s’agit ici du voyage initiatique d’un homme, au Canada, à l’occasion du décès de son père qu’il n’a pas connu, qui va partir à la rencontre de deux frères qu’il n’a jamais vus. Le personnage de Mathieu, père lui-même, va partir avec l’objectif de boucler la boucle et d’éclaircir sa propre histoire et sa propre filiation. Le film de Lioret se savoure à la fois comme une énigme, avec ce père dont on recherche le corps dans un lac et toutes ces questions laissées sans réponse mais le film se montre à la fois tendre et émouvant, parfois solaire, et ceci sans jamais tomber dans le pathos ou la mièvrerie. Pour servir ce récit, Lioret s’appuie sur deux acteurs somptueux, Pierre Deladonchamps, que l’on avait découvert dans « l’inconnu  du lac » (César du meilleur espoir) et le Québecois Gabriel Arcand. L’un des très beaux films français de l’année!

4.5

 

CRITIQUE: TOUTES NOS ENVIES

Claire, jeune juge au tribunal de Lyon, traite de nombreuses affaires de surendettement. Un jour, se présente face à elle Céline, la maman de camarades d’école de ses enfants. Alors qu’elle décide d’entamer une croisade contre les sociétés de crédit en sollicitant l’aide d’un juge chevronné, Stéphane, elle apprend qu’elle est condamnée par une tumeur au cerveau.

Pour son nouveau film, Philippe Lioret reprend les recettes qui ont fait la réussite et le succès de son précédent opus « Welcome », des personnages qui font une affaire personnelle d’un combat contre les maux de notre société. Malgré la lourdeur des thèmes traités( le surendettement, la maladie), Lioret réussit l’exploit d’éviter les scènes excessivement lacrymales, aidé par un très beau duo d’acteurs avec une Marie Gillain retrouvée, dans un rôle à César, et un Vincent Lindon comme toujours excellent. C’est au niveau de l’histoire que Lioret nous raconte que le bât blesse; ses personnages sont tous un peu trop beaux pour être vrais. La jeune juge héberge très vite la famille de cette femme surendettée sans que cela  nuise à son couple, la terrible maladie de Claire lui donne la force de gagner son combat contre la Société de consommation, etc… Aucun personnage ne semble avoir une zone d’ombre et cette naïveté affichée nuit vraiment à l’empathie qu’on pourrait ressentir vis-à-vis de ceux-ci. Même si les intentions de Lioret sont fort louables, « Toutes nos envies » ne dégage pas la force de son précédent film et m’a laissé malheureusement de marbre. Dommage…

CRITIQUE: WELCOME (2008)

Guy Ferrandis

Simon, ancien champion de natation, est maître nageur à la piscine de Calais. Sa femme, bénévole au sein d’une association qui nourrit les sans papiers, est en train de le quitter. Elle qui se bat tous les jours pour défendre cette noble cause le trouve lâche. L’occasion de se racheter à ses yeux se présente vite: Bilal, un jeune réfugié kurde demande à Simon de l’entraîner afin de réaliser son rêve. Il veut traverser la Manche pour retrouver sa fiancée installée à Londres.

L’aide que Simon va apporter à Bilal, au départ intéressée, va finalement devenir une évidence, une manière d’évacuer tous les echecs qu’a pu connaître Simon.

Philippe Lioret réalise ici un film bouleversant, plus que jamais d’actualité, alors qu’on débat de l’identité nationale et que l’immigration devient le cheval de bataille n°1 des politiques. Voilà un film qui nous fait nous interroger sur ce que nous sommes, sur notre conduite vis-vis de l’étranger et sur l’idée de terre d’accueil qu’on nous a longtemps vendu concernant notre beau pays.

Le trio d’acteurs est époustouflant, mené par un Vincent Lindon excellent comme souvent, Audrey Dana et le jeune Firat Ayverdi (nommé aux Césars) dont on devrait reparler.

Un des meilleurs films français de 2009!!!