CRITIQUE: THE CALL

THE_CALL

Une adolescente est kidnappée par un tueur en série. Pour la sauver, une opératrice d’un centre d’appel d’urgences va affronter ses propres peurs liées à une tragédie de son passé. Leur seul lien : un téléphone portable. Une course contre la montre commence… Chaque appel pourrait bien être le dernier.

The Call est un vrai cas d’école qui pose et répond à la question: comment foirer complètement en 30 minutes un film qui tenait largement ses promesses dans sa première heure?

Alors que le film était promis à Joel « la Bouse » Schumacher, le projet parvient finalement au réalisateur de l’excellent The Machinist, Brad Anderson. A priori, le spectateur ne perd pas au change!

La première heure de ce thriller nous le confirme, partant d’un postulat assez original. L’héroïne est opératrice d’un centre d’appel du 911 et se retrouve avec la victime d’un kidnappeur au bout du fil. Menée avec beaucoup d’efficacité, cette partie est vraiment haletante d’autant que la jolie Halle Berry ne peut pas faire grand chose à part rassurer la victime et faire marcher son ciboulot pour faciliter le repérage de la jeune fille. Et puis patatras, ce qui devait arriver arriva: au bout d’une heure, le personnage incarné par Halle Berry quitte sa place, part à la recherche du maniaque et le film tombe dans le ridicule vu et revu maintes fois dans ce type de film. Et en guise de conclusion, un final bien réac, à l’Américaine quoi!

NOTE: 4/10

CRITIQUE DVD: COMME UN HOMME

3384442255684

LE FILM: 7.5/10

Louis, 16 ans est le fils du proviseur de son lycée. Son meilleur ami, Greg, est sous la menace d’un renvoi définitif après avoir agressé sa jeune prof d’anglais. Pour se venger, il décide de la kidnapper. Louis devient complice en fournissant les clés d’un cabanon de famille isolé sur un îlot, dans les marais. Ligotée, humiliée, Camille est emprisonnée. Ils doivent la libérer le lendemain matin, mais Greg ne vient pas au rendez-vous…

Dès les premières images, de nuit, dans le marais poitevin avec ces deux adolescents et leur otage, Safy Nebbou parvient à créer une atmosphère, très proche du film fantastique. Par la suite, Comme un Homme vire très vite au pur film noir et le résultat est tout à fait surprenant! Grâce à deux comédiens absolument parfaits et à la complicité toute naturelle, Charles Berling et son fils Emile, on est plongé dans le plus noir fait divers de manière terriblement immersive! Mis en scène avec sérieux, le film montre avec une belle acuité le conflit de génération entre le père et le fils ainsi qu’un conflit de classe entre Louis, fils de proviseur, et son copain Greg, fils de garagiste.

Une bien belle réussite qui prend vraiment aux tripes!

TECHNIQUE: 8/10

Un DVD de très bonne facture.

BONUS: 8/10

Outre les bandes-annonces d’usage, on trouve un making-of de 30 minutes commenté par le réalisateur, vraiment passionnant!

VERDICT: 8/10

Un DVD qui ravira les amateurs de film noir!

Disponible en DVD (19,99 euros) chez Diaphana