Critique Dvd: Bunny Lake a disparu

Capture

  • Réalisé par :
    Otto Preminger
  • Avec :
    Laurence Olivier, Carol LYNLEY, Keir Dullea…
  • Durée :
    1h50min
  • Pays de production :
     Etats-Unis
  • Année de production :  1965
  • Titre original : BUNNY LAKE IS MISSING
  • Distributeur :
    COLUMBIA

LE FILM: 8.5/10

Ann Lake, mère célibataire, vient avec sa fille Bunny, habiter chez son frère Steven journaliste à Londres. A son premier jour d’école, Bunny disparaît. Seuls Steve et Ann connaissent l’enfant, et il n’existe aucune preuve ni trace de sa présence. Newhouse, chargé de l’enquête par Scotland-Yard, en vient même à douter de l’existence de Bunny et croit à une mystification de la part du frère et de la soeur…

BunnyLakeIsMissing

Si l’on n’est pas en présence d’un chef d’oeuvre de l’ampleur de Laura ou Autopsie d’un Meurtre, Bunny Lake a disparu, l’un des derniers films d’Otto Preminger, est pourtant une vraie réussite. Après un somptueux générique de Saul Bass, le film est tourné dans un très beau noir et blanc et distille un suspense à la manière des Twilight Zone. On se demande, à l’instar de l’inspecteur, si Bunny Lake a bien existé et Preminger s’amuse à multiplier les fausses pistes avec des personnages tous plus étranges les uns que les autres, jusqu’à un final totalement surprenant! Prenant!

TECHNIQUE: 8/10

Les quelques doutes pendant le générique se dissipent vite et laissent place à une copie très propre.

BONUS: 7/10

Outre une galerie photos, on trouve une passionnante présentation d’Olivier Père.

VERDICT: 8.5/10

Un très bon Preminger, à découvrir!

Disponible en DVD (14.99 euros) chez Wild Side Vidéo dans la collection les Introuvables Fnac

 

CRITIQUE DVD: LILITH

lilith-dvd

  • Réalisé par :  Robert ROSSEN
  • Avec :
    Jean Seberg, Warren Beatty , Peter Fonda …
  • Pays de production :
     ETATS-UNIS
  • Année de production :  1964
  • Titre original : LILITH
  • Distributeur :
    1999/ACTION GITANES

LE FILM: 7/10

Dans une clinique psychiatrique, un jeune thérapeute s’éprend follement d’une patiente et oublie qu’elle est une malade. Elle l’entraîne peu à peu dans son univers troublé…

lilith-4

Dernier film de Robert Rossen, réalisateur blacklisté, Lilith est aussi l’un des premiers films de la carrière de Warren Beatty. Celui-ci incarne ici un jeune soldat de retour du front qui trouve un emploi dans un asile psychiatrique et qui va se rapprocher d’une jolie patiente incarnée par Jean Seberg. Contrairement à Shock Corridor ou Vol au-dessus d’un nid de coucous, Lilith n’ambitionne pas de condamner le système psychiatrique mais seulement de montrer une romance « interdite » entre une malade et son thérapeuthe. Plutôt donc que le sensationnalisme à base d’électrochocs et de crises de nerfs, c’est une voie plus poétique empruntée par ce film, ce qui n’empêche pas Rossen de créer un malaise notamment quand la nymphomanie de Lilith se reporte sur un enfant. Outre la très belle interprétation du duo d’acteurs, on découvre avec plaisir Gene Hackman dans son premier rôle, et on retiendra la très belle photo noir et blanc et la musique envoûtante. Un introuvable qui vaut le détour!

TECHNIQUE: 8/10

Une belle copie granuleuse juste ce qu’il faut!

BONUS: 6/10

Outre une galerie photos et la bande-annonce, on trouve une présentation du film par Peter Biskind, qui ne se gêne pas pour dire tout le mal qu’il pense du film!

VERDICT: 7/10

Un introuvable qui vaut le détour!

Disponible en DVD (14.99 euros) chez Wild Side Vidéo dans les magasins Fnac et Fnac.com