Critique: Amin

0893722.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Philippe Faucon
Scénario Philippe Faucon
Mustapha Kharmoudi
Yasmina Nini-Faucon
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre drame
Durée 91 minutes
Sortie 3 Octobre 2018

Amin est venu du Sénégal pour travailler en France, il y a neuf ans. Il a laissé au pays sa femme Aïcha et leurs trois enfants. En France, Amin n’a d’autre vie que son travail, d’autres amis que les hommes qui résident au foyer.
Aïcha ne voit son mari qu’une à deux fois par an, pour une ou deux semaines, parfois un mois. Elle accepte cette situation comme une nécessité de fait : l’argent qu’Amin envoie au Sénégal fait vivre plusieurs personnes.
Un jour, en France, Amin rencontre Gabrielle et une liaison se noue. Au début, Amin est très retenu. Il y a le problème de la langue, de la pudeur. Jusque-là, séparé de sa femme, il menait une vie consacrée au devoir et savait qu’il fallait rester vigilant.

Il y a trois ans après l’inoubliable « Fatima » nous montrait la vie de Fatima, Algérienne vivant en France qui se saignait pour donner à ses deux filles nées en France les moyens de devenir quelqu’un. Dans son nouveau film, Amin laisse sa femme et ses trois enfants au Sénégal pour venir en France et pouvoir leur envoyer de quoi vivre. Il s’agit donc à nouveau une histoire de sacrifice mais là n’est pas la seule thématique. Philippe Faucon nous parle également de la place de la femme au Sénégal, du traitement des immigrés en France, entre racisme et exploitation mais aussi de l’enfance et des différences entre jeunes Africains et Européens. C’est toute la force du cinéma de Philippe Faucon: raconter des histoires simples mais thématiquement très riches. Le jeune Moustapha Mbengue, colosse solide et secret, est formidable et Emmanuelle Devos comme toujours parfaite! A nouveau un grand film!

4.5

 

Critique Dvd: Desierto

910Y7iJ8+SL._SL1500_.jpg

Réalisation Jonás Cuarón
Scénario Jonás Cuarón
Mateo Garcia
Acteurs principaux
Sociétés de production Esperanto Kino
Itaca Films
Pays d’origine Drapeau du Mexique Mexique
Genre Thriller
Durée 94 minutes
Sortie 13 avril 2016

LE FILM:

3.5

Désert de Sonora, Sud de la Californie. Au cœur des étendues hostiles, emmené par un père de famille déterminé, un groupe de mexicains progresse vers la liberté. La chaleur, les serpents et l’immensité les épuisent et les accablent… Soudain des balles se mettent à siffler. On cherche à les abattre, un à un.

Pour son second long métrage, Jonas Cuaron, fils d’Alfonso, s’appuie sur un phénomène plus que jamais d’actualité, les migrants; pas ceux de Syrie ici mais ceux que Donald Trump déteste tant, les Mexicains, qui tentent d’entrer illégalement aux Etats-Unis. L’angle utilisé, celui d’un pur survival qui voit un petit groupe de migrants tenter d’échapper à un pequenaud amateur de tir sur cible vivante et son chien, « Traqueur ». Comme il l’avait prouvé avec le scénario de « Gravity », Jonas Cuaron aime les histoires simples, sans fioritures. « Desierto » entre très vite dans le vif du sujet et peu de dialogues ne viennent encombrer ce qui s’avère un exercice de style assez réussi mais dur sur l’homme. La mise en scène de Cuaron exploite à merveille les extérieurs, plaçant souvent ses personnages tout petits au milieu d’immenses étendues. D’autre part, la dimension politique du film est assez intéressante, le « pays de la liberté » portant en lui quelques énergumènes qui se moquent bien de l’humanisme!  Prenant!

TECHNIQUE:

4

Correct pour le support.

BONUS:

Rien du tout et c’est bien dommage…

VERDICT:

3.5

Un slasher politique percutant!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez Condor Entertainment dès le 6 novembre