CRITIQUE REPRISE: LE PETIT LORD FAUNTLEROY

AFF LE PETIT LORD FAUNTLEROY HD

  • Réalisé par :
    Jack GOLD
  • Avec :
    Rick SCHRODER, Alec Guinness, Eric PORTER…
  • Durée :
    1h50min
  • Année de production :  1981
  • Titre original : LITTLE LORD FAUNTLEROY
  • Distributeur :
    LMD OCEANIC
  • Ressortie le 12 février.

Cedric Errol vit modestement avec sa mère à New York. Petit garçon joyeux et très mûr pour son âge, il a pour meilleurs amis un cireur de chaussures et un épicier aux idées anti-conservatrices. Tout va pour le mieux dans la vie de Cedric lorsqu’un messager arrive à New York pour lui annoncer qu’il est le descendant d’une riche famille anglaise. Son grand-père, le comte de Dorincourt, l’invite à s’installer chez lui en Angleterre. L’accueil est plutôt froid et le jeune Cedric est aussitôt séparé de sa mère. Il doit maintenant accepter sa nouvelle vie, celle d’un petit Lord…

LE-PETIT-LORD-FAUNTLEROY-VERSION-RESTAURÉE-12

Sortie en 1981, cette adaptation d’un classique de la littérature britannique pour enfants a laissé de grands souvenirs aux enfants de l’époque. Réalisé par Jack Gold, réalisateur de télé, le film souffre clairement de ce cachet « téléfilm »! Mais le principal n’est pas là! Avant tout destiné au jeune public, le film met avant des valeurs telles que la générosité, l’amour, le respect et bénéficie de deux atouts de taille: Alec Guiness est parfait dans ce rôle de grand-père aristocrate irrascible et le petit Ricky Schroeder (oui celui de Ricky ou la Belle vie!) est totalement craquant! Bourré de bons sentiments, le Petit Lord Fauntleroy est parfait pour une séance en famille!

NOTE: 6.5/10

CRITIQUE: LA ROUTE DES INDES

la_route_des_indes,0

En 1920, Miss Adela Quested part épouser en Inde un jeune magistrat. Fuyant le nationalisme étroit et l’arrogance de la colonie anglaise, elle part à la découverte de l’Inde profonde. Un jeune médecin indien va bouleverser ce parcours…

14 ans après la Fille de Ryan, en 1984, David Lean met un terme à sa brillante carrière tout en clôturant son cycle de grandes fresques (le Pont de la Rivière Kwai, Lawrence d’Arabie, Docteur Jivago) avec la Route des Indes. Alliant comme souvent l’intime et le spectaculaire, Lean dresse un magnifique portrait de l’Inde tout en égratignant le colonialisme de son pays.

60123-1

Sans dégager le même souffle que ses dernières grosses productions, La Route des Indes insiste plus sur le ressenti en dégageant une atmosphère exotique empreinte de magie qui n’est pas sans rappeler le Narcisse Noir de Powell et Pressburger. Photo magnifique, mise en scène inspirée, tels sont les ingrédients habituels chez Lean que l’on retrouve ici.

Le film remporta l’Oscar de la meilleure musique pour Maurice Jarre ainsi que celui du second rôle féminin pour Peggy Ashcroft. On n’oubliera pas la présence de l’acteur fétiche de Lean, le caméléon Alec Guiness dans le rôle de l’Indien Professeur Godbole!

Du grand Cinéma comme on n’en voit plus beaucoup aujourd’hui.

NOTE: 8/10