Critique: Millenium: Ce Qui Ne Me Tue Pas

3577961.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Frans Balder, éminent chercheur suédois en intelligence artificielle fait appel à Lisbeth Salander afin de récupérer un logiciel qu’il a créé et permettant de prendre le contrôle d’armes nucléaires. Mais la NSA ainsi qu’un groupe de terroristes mené par Jan Holster sont également sur la piste du logiciel. Traquée, Lisbeth va faire appel à son ami le journaliste Mikael Blomkvist qu’elle n’a pas vu depuis 3 ans.

Adaptation du premier tome de la saga Millenium écrit après la mort de Stieg Larsson, ce « Millenium » est cette fois réalisé par Fede Alvarez à qui l’on doit le remake d’Evil Dead ainsi que le très bon « Don’t Breathe« ! Pour incarner l’iconique Lisbeth Salander, c’est cette fois la très en vogue Claire Foy qui s’y colle. Soyons honnête, on est très loin ici du Millenium de Fincher! Si le combat de Salander pour punir les hommes qui agressent les femmes est bien dans l’air du temps, le film reste inconséquent. Bourré d’action, cet opus repose sur un scénario des plus bateaux (la recherche d’un logiciel volé) et ne lésine pas sur les invraisemblances et les rebondissements tirés par les cheveux. Foy fait le boulot même si sa Lisbeth Salander est plutôt soft et le film se regarde… Puis s’oublie aussi vite!

2.5

Critique: First Man, le Premier Homme sur la Lune

3103616.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Titre original First Man
Réalisation Damien Chazelle
Scénario Josh Singer
Acteurs principaux
Sociétés de production Amblin Entertainment
DreamWorks SKG
Temple Hill Entertainment
Phantasma
Universal Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre drame biographique
Durée 138 minutes
Sortie 17 octobre 2018

Pilote jugé « un peu distrait » par ses supérieurs en 1961, Neil Armstrong sera, le 21 juillet 1969, le premier homme à marcher sur la lune. Durant huit ans, il subit un entraînement de plus en plus difficile, assumant courageusement tous les risques d’un voyage vers l’inconnu total. Meurtri par des épreuves personnelles qui laissent des traces indélébiles, Armstrong tente d’être un mari aimant auprès d’une femme qui l’avait épousé en espérant une vie normale.

Après « Whiplash » et « La la land« , le jeune Damien Chazelle délaisse la musique pour la conquête spatiale. Pas de triomphalisme ni d’américanisme ici, Chazelle ne refait pas « l’Etoffe des Héros ». « First Man » suit le parcours de l’homme derrière la légende en s’intéressant aux huit années précédant les premiers pas de Neil Armstrong sur la Lune. Il convoque à nouveau Ryan Gosling pour interpréter le cosmonaute. Armstrong est un homme brisé et renfermé que la mort prématurée de sa petite fille n’a pas aidé à s’ouvrir aux autres, en particulier à sa femme et ses deux fils. Le jeu minimaliste de Gosling sied parfaitement au personnage, incapable notamment d’émotions lorsqu’il doit annoncer à ses fils qu’il ne reviendra peut-être jamais de l’espace, s’adressant à eux comme à des inconnus. Plus qu’un film sur les exploits spatiaux d’un pays, « First Man » est avant tout un film sur le deuil et sur le sacrifice. Chazelle privilégie l’intime au spectaculaire, filmant notamment les missions à travers le visage de Gosling. La mise en scène est brillante, la photo qui retranscrit quasiment le grain des films super 8 est éblouissante, l’interprétation magnifique avec notamment Claire Foy très convaincante en femme courage et la bande originale de Justin Horwitz ébouriffante! Un très grand film!

5

Critique: Paranoia

2474885.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Titre original Unsane
Réalisation Steven Soderbergh
Scénario Jonathan Bernstein
James Greer
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Thriller horrifique
Durée 98 minutes
Sortie 11 juillet 2018

Une jeune femme, convaincue d’être harcelée, est enfermée contre son gré dans une institution psychiatrique. Alors même qu’elle tente de convaincre tout le monde qu’elle est en danger, elle commence à se demander si sa peur est fondée ou le fruit de son imagination …

Après une courte retraite, Steven Soderbergh semble décidé à enchaîner les projets. Quelques mois après « Logan Lucky » et juste avant « High Flying Bird », le cinéaste expérimente en nous offrant un thriller entièrement filmé à l’Iphone 7! Claire Foy, que l’on avait découverte en Reine Elisabeth dans la série « The Crown« , interprète ici une jeune femme, traumatisée par le harcèlement dont elle fut l’objet. Tellement traumatisée qu’elle se retrouve internée dans un hôpital psychiatrique au sein duquel elle va retrouver son harceleur! Malin et surprenant, le scénario réussit à rendre « Paranoïa » divertissant tout en proposant quelques pistes de réflexion sur le système de santé américain, notre société déshumanisée ou encore tout ce qui touche au mouvement « MeToo »! Quant au fait de filmer à l’Iphone, cela permet à Soderbergh de poser sa caméra où il veut sans contraintes et participe ainsi au climat étrange et inquiétant parfait pour le film! Une très bonne surprise!

4.5