Critique Bluray: De Palma Edition Prestige

De Carrie à Mission Impossible en passant par Scarface et Blow Out, Brian De Palma a marqué de son style inclassable le Nouvel Hollywood. À la faveur d’une conversation intime truffée d’anecdotes, il revient sur ses cinquante ans de carrière pour une leçon de cinéma passionnante.

Les amateurs de De Palma seront ravis de regarder ce documentaire réalisé par Noah Baumbach et Jack Paltrow qui, durant 1h45, donne la parole au cinéaste. Celui-ci se raconte, revenant sur chaque film qu’il a réalisé. L’entretien, ponctué d’images de ses films et de ses tournages, évoque également les tournages qu’il aurait pu faire mais a refusés comme Flashdance ou Liaison Fatale! Les anecdotes sont nombreuses et le documentaire permet en outre de faire la lumière sur l’une des périodes les plus fastes du Cinéma Américain durant laquelle lui mais aussi Spielberg, Scorsese, Lucas et Coppola ont régné en maîtres. On n’est pas surpris du manque d’humilité du personnage qui, apparemment, n’a pas souvent échoué! Un régal !

En bonus, on trouve dans ce coffret un livret, une affiche et quelques cartes postales!

4.5

Disponible en coffret collector chez Carlotta Films dès le 6 juin

 

Publicités

MON CINEMA A MOI: MICHEL LECLERC

AGE_1012041857.jpg

Après Bertrand Tavernier, c’est au réalisateur de la meilleure comédie française, succès surprise de 2011, « le Nom des Gens » et de l’OVNI « Télé Gaucho« , Michel Leclerc de se soumettre à mon petit questionnaire et de nous dévoiler quel cinéphile il est.

Votre premier souvenir de cinéma ?

Je me souviens de mes parents m’emmenant voir West Side Story qui était ressorti au Kinopanorama, du côté de la Motte Piquet, ce n’était probablement pas la première fois que j’allais au cinéma mais ça m’a marqué. Nous habitions en grande banlieue et y aller était déjà une expédition. Et cet écran énorme, la musique, la tragédie du film… ça m’a marqué à vie et je garde pour ce film une passion intacte.

westside5

Si vous deviez sauver trois films, lesquels seraient-ils ?

Difficile, disons : « Les Parapluies de Cherbourg (Demy) » « Une femme sous influence (Cassavetes) » et « Amacord (Fellini). »

tumblr_m4wa07LlS11qz4hx4o1_1280une-femme-sous-influence1

Amarcord

Si vous deviez garder un seul dvd, quel serait-il ?
Peut être celui de Farhenheit 451, pour le journal du tournage que Truffaut a écrit et qui est mis en image dans les suppléments.

Votre comédie musicale préférée ?
« Les Demoiselles de Rochefort » (pour ne pas répéter « les Parapluies de Cherbourg), je peux aussi dire « Cabaret », qui n’est pas exactement une comédie musicale mais un film sublime, qui m’a profondément marqué.

Les-Demoiselles-de-Rochefort

Votre comédie préférée ?
Difficile aussi. alors j’en cite 4 : « Meurtre mystérieux à Manhattan» « Le dictateur » « Nous irons tous au paradis  » et « mon oncle ». J’adore Rappeneau aussi.

Meurtre-mysterieux-a-Manhattan-affiche-7841le_dictateur,10Nous_irons_tous_au_paradis_1977_film_posterMononcle_poster

 

Votre polar préféré ?

Taxi driver (est ce un polar ?)!

images

 

Votre film d’horreur préféré?
Je ne suis pas très film d’horreur, parce que je n’aime pas trop avoir vraiment peur au cinéma, alors disons « les Diaboliques » de Clouzot mais est ce un film d’horreur ?

les_diaboliques_1954_reference

Un film que vous avez honte d’aimer ?
Pas vraiment honte mais…. « la moutarde me monte au nez » de Claude Zidi avec Pierre Richard et Jane Birkin, je l’ai montré récemment à mes enfants, je ne l’avais pas vu depuis 20 ans, et ça leur a plu.

La-Moutarde-me-monte-au-nez

Un film que vous avez honte de détester ?
Aucun, je n’ai pas honte de détester, je déteste.

Votre dernier coup de cœur dans les salles ?
Oslo, 31 Août de Joachim Trier.

imagesCA5JKFZV

Quel(s) réalisateur(s) admirez-vous le plus, hier et aujourd’hui et pourquoi ?
Fellini, parce que c’est un cinéaste du côté de la vie et qu’encore aujourd’hui je ne comprends pas du tout comment il a tourné ses films pour qu’ils aient autant de souffle. Et bien sûr Woody Allen, pour le plaisir qu’il me donne, depuis si longtemps.

federico-fellini-imagePhoto Credit: Courtesy of the Academy of Motion Pictures Arts and Sciences

Que pensez-vous de l’évolution du cinéma avec l’apparition de la 3D en particulier ?
Tant qu’il y a aura des gens qui ont envie de se déplacer pour qu’on leur raconte une histoire ou qu’on les plonge dans un monde pendant une heure et demi, tout va bien. Le reste, la technique, c’est un détail.

– Des projets de films ? Des projets musicaux ?
Bien sûr, mais se feront ils ? Je suis en plein dans la période d’angoisse de cette question. Un scénario est prêt, il va falloir le faire lire.

Un projet de disque avec Baya Kasmi, ça serait notre deuxième….

Je rêve bien sûr de tourner une comédie musicale, mais comment faire mieux que nos prédécesseurs ?

Sara Forestier, une muse?

Non car il y a quelque chose d’un peu passif dans la notion de muse. L’artiste avec un grand A qui s’inspire d’une femme qui se contente d’être. Avec Sara, nous travaillons, elle autant que moi, et j’espère être autant sa muse qu’elle est la mienne.

Y a-t-il des acteurs avec qui vous rêvez de travailler ?

Cary Grant et Simone signoret mais je ne sais pas s’ils sont libres en ce moment….

– Des envies d’explorer d’autres genres que la comédie ?

Comme Woody, j’aimerais tâter un peu d’autres terrains mais je sais au fond de moi que je ne suis pas sûr d’y arriver. La comédie est mon mode de communication naturelle.  Avant d’aller ailleurs, j’ai encore à explorer ce genre.

 A-t-il été facile de trouver des financements pour Télé Gaucho après le succès du Nom des Gens ?

Oui, dans la mesure où cela reste un film avec un budget modeste. Le problème sera peut être pour le film suivant car Télégaucho n’a pas été un succès en salles et mon prochain projet nécessite pas mal de sous.

– Un objet qui vous fait vraiment chier ?

D’avoir 4 télécommandes pour faire marcher un lecteur DVD.

– Quelle chaîne regardez-vous le plus à la télé ?

Honnêtement je n’en regarde plus aucune. Le grand journal de canal de temps en temps, que j’adore détester.

Un dernier mot ?

Oui… parce que c’est un beau mot.

 

Un grand merci à Michel Leclerc pour le temps qu’il a bien voulu consacrer à répondre à ces questions. On attend avec impatience son prochain film!