Critique: Razzia

1518902.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Nabil Ayouch
Scénario Nabil Ayouch
Maryam Touzani
Pays d’origine Drapeau du Maroc MarocDrapeau de la France FranceDrapeau de la Belgique Belgique
Genre drame
Durée 119 minutes
Sortie 14 mars 2018

A Casablanca, entre le passé et le présent, cinq destinées sont reliées sans le savoir. Différents visages, différentes trajectoires, différentes luttes mais une même quête de liberté. Et le bruit d’une révolte qui monte….

Deux ans après « much Loved« , Nabil Ayouch continue à nous parler de son pays, le Maroc. Le récit de son nouveau film, « Razzia », navigue entre les montagnes de l’Atlas, en 1982, et Marrakech, en 2015. Ce film choral suit plusieurs personnages, plus ou moins liés, mais tous victimes du nouvel ordre moral et de l’obscurantisme. L’instituteur qui apprend à ses élèves en langue berbère se voit mis sous la surveillance d’un inspecteur qui l’oblige désormais à enseigner en arabe, langue officielle, alors que ses élèves ne comprennent plus rien. On suit également une jeune épouse sensuelle et pleine de vie assoiffée de liberté au grand dam de son mari qui souhaite tout contrôler. Un jeune chanteur fan de Queen tente de vivre sa passion alors que le père ne lui adresse même plus la parole… Ce qui pourrait s’avérer extrêmement sombre donne finalement un film plutôt lumineux et solaire et ne laisse qu’un regret: on aurait presque souhaité voir un film différent sur chaque personnage!

4

 

Publicités

Critique Dvd: Much Loved

81cQ4-hSqcL._SL1500_

Réalisation Nabil Ayouch
Scénario Nabil Ayouch
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau du Maroc Maroc
Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 1 h 45 mn
Sortie 16 septembre 2015

LE FILM:

4.5

 

 

Marrakech, aujourd’hui. Noha, Randa, Soukaina et Hlima vivent d’amours tarifées. Ce sont des prostituées, des objets de désir. Vivantes et complices, dignes et émancipées, elles surmontent au quotidien la violence d’une société qui les utilise tout en les condamnant…

Deux ans après le choc « les Chevaux de Dieu » sur la radicalisation, Nabil Ayouch aborde à nouveau un thème fort, la prostitution au Maroc et crée avec ce film une immense polémique qui le voit, ainsi que ses actrices, menacé de mort. Avec un réalisme cru, Ayouch nous dépeint le quotidien d’un quatuor de femmes obligé de vendre leurs corps pour vivre dans une société où sexe et désir n’ont pas droit de cité et où le tabou est roi. Les quatre actrices principales, admirables, portent à bout de bras ce film aussi fort qu’émouvant, confirmant que Nabil Ayouch est un réalisateur à suivre. L’un des chocs de 2015!

TECHNIQUE:

4

 

 

Sans souci!

BONUS:

4

 

 

On trouve ici un making of (30 mins) vraiment passionnant et une excellente interview de Nabil Ayouch.

VERDICT:

4

 

 

Un film choc!

Disponible en DVD (19.99 euros) chez Pyramide Vidéo dès le 2 février 2016

CRITIQUE DVD: LES CHEVAUX DE DIEU

81iSZgJJhkL__SL1500_LE FILM: 8.5/10

Yassine a 10 ans lorsque le Maroc émerge à peine des années de plomb. Sa mère, Yemma, dirige comme elle peut toute la famille. Un père dépressif, un frère à l’armée, un autre presque autiste et un troisième, Hamid, petit caïd du quartier et protecteur de Yachine. Quand Hamid est emprisonné, Yachine enchaîne les petits boulots. Pour les sortir de ce marasme où règnent violence, misère et drogue, Hamid, une fois libéré et devenu islamiste radical pendant son incarcération, persuade Yachine et ses copains de rejoindre leurs « frères ». L’Imam Abou Zoubeir, chef spirituel, entame alors avec eux une longue préparation physique et mentale. Un jour, il leur annonce qu’ils ont été choisis pour devenir des martyrs…

Surpris d’apprendre, comme tout le Maroc, que les auteurs d’attentats en série à Casablanca en 2003 sont l’oeuvre de jeunes issus d’un bidonville de la capitale marocaine, le réalisateur Nabil Ayouch décide de se pencher sur l’histoire de ces jeunes hommes. Adoptant un ton quasi documentaire, Ayouch nous offre le récit chronologique sur 9 ans entre l’enfance et le martyr. Lire la suite