Critique Dvd: La prochaine fois je viserai le coeur

51bGWZWAiPL

LE FILM:

4.5

 

La critique est ici

TECHNIQUE:

3.5

 

Du très bon pour le support grâce à un master de haut niveau.

BONUS:

4

 

Outre un making of d’intérêt, on trouve un excellent entretien du réalisateur par Pierre Murat.

VERDICT:

4.5

 

L’un des grands films français de l’année écoulée!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (24.99 euros) chez TF1 Vidéo dès le 18 mars


Publicités

Critique: La prochaine fois je viserai le coeur

459922.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

  • Date de sortie :
    12 novembre 2014
  • Réalisé par :
    Cédric Anger
  • Avec :
    Guillaume CanetAna GirardotJean-Yves Berteloot
  • Durée :
    1h51min
  • Pays de production :
    France
  • Année de production :  2014
  • Distributeur :
    Mars Distribution

Pendant plusieurs mois, entre 1978 et 1979, les habitants de l’Oise se retrouvent plongés dans l’angoisse et la terreur : un maniaque sévit prenant pour cibles des jeunes femmes.
Après avoir tenté d’en renverser plusieurs au volant de sa voiture, il finit par blesser et tuer des auto-stoppeuses choisies au hasard. L’homme est partout et nulle part, échappant aux pièges des enquêteurs et aux barrages. Il en réchappe d’autant plus facilement qu’il est en réalité un jeune et timide gendarme qui mène une vie banale et sans histoires au sein de sa brigade. Gendarme modèle, il est chargé d’enquêter sur ses propres crimes jusqu’à ce que les cartes de son périple meurtrier lui échappent.

Pour son troisième long métrage après « le Tueur » et « l’Avocat », Cédric Anger s’inspire d’un fait divers qui secoua la France des années 70, l’histoire d’un gendarme qui assassinait des jeunes filles à ses heures perdues. Plus qu’un véritable thriller, c’est un vrai film d’atmosphère qu’Anger nous propose, nous précipitant dans l’intimité d’un serial killer. Loin d’une caricature outrée du tueur en série, Anger donne l’occasion à Guillaume Canet d’élargir sa palette avec ce personnage malade, fragile, qui va jusqu’à perdre ses moyens et parfois manquer sa cible. Un César pour le comédien ne serait pas si surprenant! La mise en scène, ultra maîtrisée donne au film des allures de roman noir; quant à la description de la France profonde des années 70, elle est absolument parfaite! On se croirait chez Melville!

Pour finir, la musique de Grégoire Hetzel est absolument magistrale et rajoute à l’ambiance glauque du film!

Un film qui marquera cette année 2014!

4.5