Critique: Soleil Battant (FIFIB 2017)

xl_event_105_20171009041937_efa8f933

En vacances au Portugal, Gabriel, Iris et leurs filles jumelles Emma et Zoé retournent dans une maison de famille. Bientôt, le passé et les rancoeurs du couple refont surface tandis qu’Emma découvre un lourd secret qu’elle ne peut partager avec sa soeur.

Pour leur premier long métrage, Clara et Laura Laperrousaz s’inspirent de leur histoire personnelle à travers deux jeunes soeurs jumelles qui découvrent lors de vacances en famille un lourd secret familial. Porté par une bouleversante Ana Girardot, un convaincant Clément Roussier et deux jeunes actrices aussi belles que juste, « Soleil Battant » est un mélodrame solaire à la photographie léchée, qui donne leur place à tous ses personnages. Si l’on est face au plus beau film de la sélection sans doute, on assiste surtout à la naissance de deux cinéastes que l’on a hâte de suivre dans des projets peut-être moins personnels. Coup de coeur!

4.5

 

Publicités

Critique: Ce qui nous lie

376311.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Cédric Klapisch
Scénario Cédric Klapisch
Santiago Amigorena
Acteurs principaux
Sociétés de production Ce qui me meut
France 2 Cinéma
StudioCanal
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Sortie 14 juin 2017

Jean a quitté sa famille et sa Bourgogne natale il y a dix ans pour faire le tour du monde. En apprenant la mort imminente de son père, il revient dans la terre de son enfance. Il retrouve sa sœur, Juliette, et son frère, Jérémie. Leur père meurt juste avant le début des vendanges. En l’espace d’un an, au rythme des saisons qui s’enchaînent, ces 3 jeunes adultes vont retrouver ou réinventer leur fraternité, s’épanouissant et mûrissant en même temps que le vin qu’ils fabriquent.

Après le tour du monde de Xavier de la trilogie de « l’auberge espagnole », Klapisch se pose en Bourgogne, dans les vignobles. Si la peinture du milieu viticole est bien documentée, ce qui intéresse le cinéaste c’est la famille et le couple, dans toute leur complexité.  Cette histoire d’héritage, au sens propre comme au figuré emporte l’adhésion grâce à un trio de jeunes comédiens époustouflants: Pio Marmaï dans la confirmation et François Civil (déjà vu dans 10% Cent) et Ana Girardot dans des rôles à leur mesure. Drôle, émouvant, « ce qui nous lie » résonnera probablement en chacun de nous et suscitera une vraie réflexion sur les priorités de la vie.

4

Critique: Un homme idéal

240422.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

  • Date de sortie :
    18 mars 2015
  • Réalisé par :
    Yann Gozlan
  • Avec :
    Pierre NineyAna GirardotAndré Marcon
  • Durée :
    1h43min
  • Pays de production :
    France
  • Année de production :  2015
  • Titre original : Un homme idéal
  • Distributeur :
    Mars Distribution

Mathieu, 25 ans, aspire depuis toujours à devenir un auteur reconnu. Un rêve qui lui semble inaccessible car malgré tous ses efforts, il n’a jamais réussi à être édité. En attendant, il gagne sa vie en travaillant chez son oncle qui dirige une société de déménagement…
Son destin bascule le jour où il tombe par hasard sur le manuscrit d’un vieil homme solitaire qui vient de décéder. Mathieu hésite avant finalement de s’en emparer, et de signer le texte de son nom…
Devenu le nouvel espoir le plus en vue de la littérature française, et alors que l’attente autour de son second roman devient chaque jour plus pressante, Mathieu va plonger dans une spirale mensongère et criminelle pour préserver à tout prix son secret…

Pour son second film après « Captifs » en 2010, Yann Gozlan s’essaie au thriller tendance hitchcockienne avec plus ou moins de succès. Côté réussites, on appréciera le soin apporté à l’image et l’amour d’un certain cinéma qui transpire à travers des références à Hitchcock, René Clément et son Plein Soleil ou encore Chabrol à travers la description d’une certaine bourgeoisie. Malheureusement, le scénario déçoit par sa tendance à céder à la facilité au détriment d’un réalisme indispensable au suspense. Trop souvent, la tension retombe en raison de ficelles trop grosses (le final reste dur à dégérer!) mais également par la faute d’une utilisation abusive d’une musique omniprésente. Et quid du personnage qui joue le grain de sable dans l’engrenage, tellement mystérieux qu’il en devient gênant?

Heureusement, l’interprétation fiévreuse de Pierre Niney confirme tout le talent qu’il a déjà démontré et Ana Girardot, film après film, s’impose comme l’une des meilleures actrices de sa génération.

2.5

 

 

Critique Dvd: Le Beau Monde

81R1xuPGarL._SL1500_

  • Date de sortie :
    13 août 2014
  • Réalisé par :
    Julie Lopes Curval
  • Avec :
    Ana GirardotBastien BouillonBaptiste Lecaplain
  • Durée :
    1h35min
  • Pays de production :
    France
  • Année de production :  2014
  • Distributeur :
    Pyramide Films

LE FILM:

4

 

Alice, 20 ans, vit à Bayeux. Elle travaille la laine, crée des teintures, confectionne des vêtements. Elle ne sait que faire de ce talent inné, jusqu’à ce qu’elle rencontre Agnès, une riche parisienne, qui l’aide à intégrer une prestigieuse école d’arts appliqués. Alice laisse tout derrière elle pour aller vivre à Paris. Elle y rencontre Antoine, le fils d’Agnès. Entre eux naît une passion amoureuse. Antoine trouve chez Alice une sincérité et une naïveté qui l’extraient d’un milieu bourgeois qu’il rejette. Alice, grâce à Antoine, découvre de l’intérieur un monde qui la fascine, « le beau monde ». Il lui offre sa culture, elle se donne à lui toute entière. Au risque de se perdre…

Si le sujet est déjà vu et revu, à savoir l’histoire d’amour entre deux êtres de classes sociales très différentes, le film de Julie Lopes Curval le traite avec originalité et surtout beaucoup de finesse et d’intelligence. La réalisatrice choisit d’aborder son sujet sous la forme du récit initiatique d’une jeune femme qui rêve de s’accomplir par l’art et de vivre sa vie sentimentale tout en découvrant un monde qui la fascine, ce qu’elle croit être « le beau monde ». C’est juste, délicat, parfois très joli et surtout remarquablement interprété notamment par Ana Giradot, toute en retenue.

TECHNIQUE:

4

 

Pour le support, c’est irréprochable!

BONUS:

2.5

 

Seul bonus, un making of (15 mins) qui insiste sur le travail de la réalisatrice avec sa comédienne.

VERDICT:

4

 

Un récit d’apprentissage teinté de lutte des classes avec la magnifique Ana Giradot

Disponible en DVD( 19.99 euros) chez Pyramide Vidéo

Critique: La prochaine fois je viserai le coeur

459922.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

  • Date de sortie :
    12 novembre 2014
  • Réalisé par :
    Cédric Anger
  • Avec :
    Guillaume CanetAna GirardotJean-Yves Berteloot
  • Durée :
    1h51min
  • Pays de production :
    France
  • Année de production :  2014
  • Distributeur :
    Mars Distribution

Pendant plusieurs mois, entre 1978 et 1979, les habitants de l’Oise se retrouvent plongés dans l’angoisse et la terreur : un maniaque sévit prenant pour cibles des jeunes femmes.
Après avoir tenté d’en renverser plusieurs au volant de sa voiture, il finit par blesser et tuer des auto-stoppeuses choisies au hasard. L’homme est partout et nulle part, échappant aux pièges des enquêteurs et aux barrages. Il en réchappe d’autant plus facilement qu’il est en réalité un jeune et timide gendarme qui mène une vie banale et sans histoires au sein de sa brigade. Gendarme modèle, il est chargé d’enquêter sur ses propres crimes jusqu’à ce que les cartes de son périple meurtrier lui échappent.

Pour son troisième long métrage après « le Tueur » et « l’Avocat », Cédric Anger s’inspire d’un fait divers qui secoua la France des années 70, l’histoire d’un gendarme qui assassinait des jeunes filles à ses heures perdues. Plus qu’un véritable thriller, c’est un vrai film d’atmosphère qu’Anger nous propose, nous précipitant dans l’intimité d’un serial killer. Loin d’une caricature outrée du tueur en série, Anger donne l’occasion à Guillaume Canet d’élargir sa palette avec ce personnage malade, fragile, qui va jusqu’à perdre ses moyens et parfois manquer sa cible. Un César pour le comédien ne serait pas si surprenant! La mise en scène, ultra maîtrisée donne au film des allures de roman noir; quant à la description de la France profonde des années 70, elle est absolument parfaite! On se croirait chez Melville!

Pour finir, la musique de Grégoire Hetzel est absolument magistrale et rajoute à l’ambiance glauque du film!

Un film qui marquera cette année 2014!

4.5

Critique Bluray: Aimer, Boire et Chanter

81gkVLowHBL._SL1500_

  • Réalisé par :
    Alain Resnais
  • Avec :
    Sabine Azéma, Hippolyte Girardot, Caroline Sihol…
  • Durée :
    1h48min
  • Pays de production :
    France
  • Année de production :  2013
  • Distributeur :
    Le Pacte

LE FILM: 8/10

Dans la campagne anglaise du Yorkshire, la vie de trois couples est bouleversée pendant quelques mois, du printemps à l’automne, par le comportement énigmatique de leur ami George Riley. Lorsque le médecin Colin apprend par mégarde à sa femme Kathryn que les jours de son patient George Riley sont sans doute comptés, il ignore que celui-ci a été le premier amour de Kathryn. Les deux époux, qui répètent une pièce de théâtre avec leur troupe amateur locale, persuadent George de se joindre à eux. Cela permet à George, entre autres, de jouer des scènes d’amour appuyées avec Tamara, la femme de son meilleur ami Jack, riche homme d’affaires et mari infidèle. Jack, éploré, tente de persuader Monica, l’épouse de George qui s’est séparée de lui pour vivre avec le fermier Simeon, de revenir auprès de son mari pour l’accompagner dans ses derniers mois. Au grand désarroi des hommes dont elles partagent la vie, George exerce une étrange séduction sur les trois femmes : Monica, Tamara et Kathryn Laquelle George Riley emmènera-t-il en vacances à Ténérife ?

Pour son 20ème et dernier long métrage, Alain Resnais adapte à nouveau le dramaturge anglais Alan Ayckbourn (Smoking/no smocking, Coeurs) et propose une nouvelle fantaisie qui, si l’on veut bien s’y abandonner,saura séduire et amuser son public. Très proche du théâtre avec des décors factices, presque enfantins, le plaisir vient d’un texte finement ciselé et d’une troupe d’acteurs totalement investie. Une vraie bouffée de légèreté! Le cinéma singulier d’Alain Resnais va nous manquer!

TECHNIQUE: 9/10

Une copie magnifique; définition et couleurs éclatantes!

BONUS: 5/10

Outre la bande annonce, on trouve une interview des comédiens (16 mins). On aurait bien aimé un making of…

VERDICT: 8/10

Un dernier film de Resnais rafraîchissant!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez FranceTV Distribution dès le 6 août