Critique Dvd: Georgia

61t8+sefgtL._SL1000_

LE FILM:

4.5

Etats-Unis, début des années 60. Trois amis, Danilo, David et Tom sont amoureux de la même femme, Georgia. Ils sont jeunes, étudiants, et l’avenir est plein de promesses. Dans les années qui suivent, ils vont, chacun de leur côté, connaître des joies, des drames, des désillusions, tandis que l’Amérique va vivre une incroyable décennie, entre flower power et guerre du Vietnam, libération des moeurs et mouvement des droits civiques, assassinat de Kennedy et la découverte des drogues dures.

Dernier grand film d’un des grands artisans du Nouvel Hollywood, Arthur Penn, « Georgia » sort enfin en DVD chez nous et mérite d’être (re)découvert! Penn nous parle des Etats-Unis dans les années 60 évoquant certains événements (problèmes raciaux, assassinat de JFK, guerre du Vietnam, premiers pas sur la Lune…) en filigrane d’une grande fresque sur quatre amis( Four Friends est le titre original). Danilo, David et Tom sont amoureux de la même fille, Georgia. L’histoire sera surtout centrée sur Danilo, probable alter ego du scénariste Steve Tesich, jeune immigré d’Europe de l’Est qui tente de se faire une place dans une Amérique chahutée par l’Histoire. Romanesque et parsemé d’instants graves et violents, « Georgia » est un petit bijou à réhabiliter au plus vite!

TECHNIQUE:

3.5

Une copie correcte malgré l’absence de master HD!

BONUS:

3.5

Le seul bonus est une longue et passionnante présentation d’Antoine Sire du film et de la carrière de Penn.

VERDICT:

4.5

Indispensable!

Disponible en DVD (14.99 euros)chez RIMINI EDITIONS

 

Publicités

CRITIQUE: LA PORTE DU PARADIS

la_porte_du_paradis

 

Deux anciens élèves de Harvard se retrouvent en 1890 dans le Wyoming. Averill est shérif fédéral tandis que Billy Irvine, rongé par l’alcool, est membre d’une association de gros éleveurs en lutte contre les petits immigrants venus pour la plupart d’Europe centrale. Averill s’oppose à l’intervention de l’association sur le district et tente de convaincre son amie Ella, une prostituée d’origine française, de quitter le pays.

La Porte du Paradis restera comme l’un des plus gros échecs du Cinéma, causant la mort de United Artists qui ne survécut pas à un dépassement de budget historique (40 millions de dollars au lieu des 2 millions prévus!).

Michael Cimino ne s’en remit vraiment jamais, ne repassant derrière la caméra que 5 ans après avec l’Année du Dragon, puis le Sicilien, la Maison des Otages et son dernier film en 1996 (!), Sunchaser. Jamais Cimino ne parvint à retrouver le succès après cette catastrophe.

Pourtant, même éreinté par la critique de l’époque, la Porte du Paradis restera comme un chef d’œuvre immense et l’un des plus grands films sur l’Amérique et sa naissance.

Dans le style caractéristique de Cimino, la Porte du Paradis prend le temps pour nous conter un terrible génocide de développer son récit, multipliant les scènes étirées au maximum, comme il l’avait fait par exemple avec la scène du mariage dans Voyage au Bout de l’Enfer. En effet, il s’écoule pas loin d’1h30 entre l’annonce de la liste des 150 cibles et le massacre. Multipliant également les ruptures de ton dans son récit, Cimino renforce la violence de certaines scènes. D’une durée de plus de 3h30, la Porte du Paradis est un opéra sanglant d’une noirceur loin du western traditionnel.

L’Amérique selon Cimino, c’est un pays contrôlé par l’argent avec une élite qui a la main sur tout et une majorité de pauvres, des immigrés, dont le massacre est couvert par la loi. Ce qui est certain, c’est que s’il y a bien une porte du Paradis, peu la franchiront.

Du très grand cinéma!

NOTE: 9.5/10