Critique Dvd: Phoenix

71LxY93iMqL._SL1500_

  • Date de sortie salles :
    28 janvier 2015
  • Réalisé par :
    Christian Petzold
  • Avec :
    Nina Hoss, Ronald Zehrfeld, Nina Kunzendorf…
  • Durée :
    1h38min
  • Pays de production :
    Allemagne
  • Année de production :  2014
  • Titre original : Phoenix
  • Distributeur :
    Diaphana

LE FILM:

4.5

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Nelly, une survivante de l’Holocauste revient chez elle sous une nouvelle identité. Elle découvre que son mari l’a trahie…

Après s’être penché sur les conséquences du « mur » dans le sublime « Barbara », Christian Petzold continue son autopsie de l’Histoire allemande avec cette fable hitchcockienne évoquant la fin de la Seconde Guerre Mondiale et les cicatrices que gardera son pays. Plus symbolique que vraiment réaliste, l’histoire de cette femme rescapée d’Auschwitz qui doit se faire passer pour la femme qu’elle est réellement nous la montre en pleine renaissance telle le phénix, à l’image de l’Allemagne qui devra elle aussi renaître d’une période des plus troubles. Petzold reprend ici son couple d’acteurs de « Barbara », Nina Hoss/Ronald Zehrfeld, à nouveau totalement convaincants pour un somptueux récit dont le réel se pare de fantastique. L’Allemagne a un grand cinéaste…

TECHNIQUE:

4

Si l’on aurait aimé revoir ce film en HD, la copie DVD n’a rien à se reprocher. A noter l’absence de VF mais deux VO stéréo ou 5.1.

BONUS:

2

Outre les bandes annonces, on trouve deux courtes mais intéressantes interviews du réalisateur et de la comédienne.

VERDICT:

4.5

L’un des grands films de l’année, forcément indispensable!

Disponible en DVD (19.99 euros) chez Diaphana

CRITIQUE DVD: THE AGENT

51muadRtKVLLE FILM: 7.5/10

Berlin de nos jours. Un espion nord-coréen, se retrouve traqué par les services secrets internationaux après qu’une opération de trafic d’armes a mal tourné. Soupçonné par son propre pays d’être un agent double, sa femme est kidnappée pour le faire parler. L’étau se resserre, il n’a désormais plus le choix : il devra trahir sa famille ou sa nation…

Dixième film de Ryu Seung-Wan, The Agent n’a pas eu la chance de connaître une sortie en salles mais il fait partie de ces DTV surprenants qui méritent largement le coup d’œil. Film d’espionnage, The Agent est plus de la trempe des Jason Bourne que de la Taupe! Si l’intrigue est plus que tarabiscotée (trop?), le film vous happe d’un bout à l’autre grâce à une succession de scènes d’action toutes plus explosives. Remarquablement mis en scène, The Agent nous en met plein les yeux et les oreilles et n’a rien à envier aux grosses productions hollywoodiennes. Originalité de ce film sud-coréen: il se déroule entièrement en Allemagne avec un casting international!

Et si c’était le film d’action de l’année?

TECHNIQUE: 9/10

Royal!

BONUS: 8/10

Outre la bande-annonce, on trouve une sélection de scènes coupées, un making of ainsi qu’un module sur les combats. Complet!

VERDICT: 8/10

Un film d’action haletant!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (24.99 euros) chez Wild Side Vidéo dès le 4 décembre



CRITIQUE BLU-RAY: BARBARA

LE FILM: 9/10

Eté 1980. Barbara est chirurgien-pédiatre dans un hôpital de Berlin-Est. Soupçonnée de vouloir passer à l’Ouest, elle est mutée par les autorités dans une clinique de province, au milieu de nulle part. Tandis que son amant Jörg, qui vit à l’Ouest, prépare son évasion, Barbara est troublée par l’attention que lui porte André, le médecin-chef de l’hôpital. La confiance professionnelle qu’il lui accorde, ses attentions, son sourire… Est-il amoureux d’elle ? Est-il chargé de l’espionner ?

Pour son nouveau film, le cinéaste allemand Christian Petzold (Jerichow) réussit le tour de force de proposer un film politique, presque un thriller sur fond de mur de Berlin et de Stasi, mais également un film d’amour, un mélodrame même, au sens noble du terme. Barbara, incarnée par l’excellente Nina Hoss, se retrouve dans un petit patelin d’Allemagne de l’Est, soupçonnée de vouloir s’enfuir à l’Ouest. Sa vie, dans son hôpital et son appartement vétuste, est un enfer d’étouffement; chaque regard d’un collègue, chaque question, semblent suspicieux et régulièrement, des membres de la Stasi viennent fouiller son appartement ainsi que son propre corps. Son seul plaisir, quelques 5 à 7 avec son amant, en toute clandestinité, en attendant de le rejoindre pour de bon.

Petzold nous dresse donc un portrait de femme bouleversant en même temps qu’une sombre page de l’Histoire de son pays grâce à une mise en scène au cordeau et une direction d’acteurs de haut vol. Un très beau film à ne manquer sous aucun prétexte!

Très belle copie HD pour ce film!

LES BONUS: 8/10

Outre la bande-annonce du film, on trouve une présentation passionnée et passionnante du critique Xavier Leherpeur (25 mins) et des interviews du réalisateur et de l’actrice principale! Un petit making of aurait été le bienvenu!

VERDICT: 8,5/10

L’un des meilleurs films de l’année !

Disponible en DVD (19,99 euros) et blu-ray (24,99 euros) chez Pyramide Video dès le 16 octobre.

 


CRITIQUE DVD: L’ETRANGERE

Le 7 décembre chez Wildside Video sort le DVD du film « l’Etrangère » qui rafla de nombreux prix cette année.

LE FILM:

Pour protéger son fils de son mari violent, Umay, une jeune femme turque d’origine allemande, quitte Istanbul et retourne vivre dans sa famille à Berlin. Mais les membres de sa famille, prisonniers des valeurs de leur communauté, ne l’accueillent pas comme elle l’espérait. Umay est obligée de fuir à nouveau pour épargner aux siens le déshonneur.

Alors que l’air de la révolte souffle dans de nombreux pays, le film est un cri poussé contre les violences trop souvent faites aux femmes et plus particulièrement contre les crimes d’honneur. Tourné dans un souci de réalisme, ce premier film d’une actrice autrichienne, Feo Aladag, tout en sobriété et retenue vous nouera les tripes comme rarement. Loin d’être anodine, la razzia opérée par le film dans la plupart des festivals où il est passé (Tribeca, Montreal, Marrakeck…) récompense fort justement une mise en scène pleine de pudeur et une interprétation formidable à tous les niveaux. Le casting, composé de débutants (les jeunes enfants) ou de professionnels aguerris (les parents d’Umay) autour de la bouleversante Sibel Kellili (ancienne actrice X) livre une prestation d’une qualité rare. Voilà un film que vous n’oublierez pas de sitôt!

RAS concernant la qualité du DVD! C’est parfait!

LES BONUS:

Outre les bandes annonces d’usage, on trouve une sélection de 7 scènes coupées très intéressante dont une entre le père et le plus jeune fils qui illustre bien les rapports  entre les deux. On trouve enfin une courte mais pertinente interview de l’actrice et de la réalisatrice qui parle entre autres de l’originalité de son casting.

VERDICT:

 Un film extrêmement dur mais fort et bouleversant à voir absolument!

CRITIQUE DVD: L’AMERIQUE EN GUERRE

Le mois dernier est sorti un coffret édité par les Editions Montparnasse d’une valeur inestimable pour les férus d’Histoire et de Cinéma. Si vous en faites partie ou si vous en connaissez, voilà une formidable idée cadeau pour Noël! Voici le contenu:

Coffret 6 DVD L’Amérique en guerre

Les 3 premiers DVD offrent à voir la série Pourquoi nous combattons, 7 films produits par le Département de la Guerre américain, et réalisés par Frank Capra et Anatole Litvak entre 1941 et 1945.

DVD 1 – LES NAZIS PRENNENT LE POUVOIR

Prélude à la guerre

Un film de Frank Capra et Anatole Litvak – 1942 – 52 min

Oscar® du meilleur documentaire en 1943, ce film est le premier de la série Pourquoi nous combattons produite par le Département de la Guerre américain. L’objectif est de décrire et d’expliquer les événements qui ont poussé les États-Unis à entrer en guerre. Les systèmes totalitaires et répressifs allemands, italiens et japonais sont décryptés et opposés à la grande puissance démocratique des États-Unis.

Les nazis attaquent

Un film de Frank Capra et Anatole Litvak – 1943 – 41 min

Le film présente et analyse la stratégie allemande pour conquérir l’espace vital hitlérien. Il met en évidence toutes les bassesses orchestrées par Hitler pour étendre petit à petit son empire, malgré les pactes de non-agression signés avec la plupart des pays européens.

« Mélange d’images d’actualité spectaculaires, de films de propagande ennemie, de cartes et graphiques explicites, ce film est un passionnant document historique. »
Télérama

DVD 2 – L’EUROPE EN GUERRE

Diviser pour régner

Un film de Frank Capra et Anatole Litvak – 1943 – 57 min

Ne désirant pas s’engager sur deux fronts à la fois, Hitler s’est concentré jusqu’alors sur le front de l’Est en réfutant toute hostilité envers la France et la Grande-Bretagne. Mais une fois celui-ci stabilisé, il lance l’offensive à l’Ouest contre les Pays-Bas, la Belgique et bientôt la France…

La bataille d’Angleterre

Un film de Frank Capra et Anatole Litvak – 1943 – 53 min

Après avoir conquis la France, l’Angleterre est le dernier obstacle qui sépare Hitler de la domination du monde. À plus de 8 000 mètres au-dessus de la Manche, les chasseurs de la Royal Air Force vont livrer une bataille sans concession pour stopper les bombardiers de la Luftwaffe.

DVD 3 – LA GUERRE DEVIENT MONDIALE

La bataille de Chine

Un film de Frank Capra et Anatole Litvak – 1941 – 63 min

En envahissant la Chine, le Japon espère ensuite conquérir l’Asie toute entière. Le film utilise de nombreuses images du documentaire de Joris Ivens 400 Millions, réalisé en 1938.

La bataille de Russie

Un film de Frank Capra et Anatole Litvak – 1942 – 82 min

Nominé aux Oscar® en 1943, La bataille de Russie présente aux américains leurs nouveaux alliés soviétiques ; ce film décrit aussi les batailles de Leningrad et de Stalingrad, symboles de la résistance russe face à l’invasion nazie.

Les Etats-Unis entrent en guerre

Un film de Frank Capra et Anatole Litvak – 1945 – 66 min

Face à la menace d’une perte de liberté, Les États-Unis entrent en guerre illustre comment l’Amérique est passée de l’isolationnisme à un engagement total.

DVD 4 – LA BATAILLE DU PACIFIQUE

Pearl Harbour

Un film de John Ford – 1943 – 33 min

Jugée trop « compatissante » envers les japonais, et coupée au montage par l’État-Major américain, cette reconstitution hautement réaliste reçut néanmoins l’Oscar® du meilleur documentaire en 1943.

« Tout l’art de Ford est de nous entraîner dans un reportage aussi émouvant et digne qu’une de ses fictions […] En trente-cinq minutes serrées, Ford a dressé un véritable hymne guerrier à la démocratie américaine, preuve que la propagande intelligente a encore beaucoup à nous apprendre. »
Libération

Les Aléoutiennes

Un film de John Huston – 1943 – 43 min

En 1942, John Huston fut envoyé sur les Îles Aléoutiennes à partir desquelles l’aviation américaine effectuait des raids contre le Japon. Ce film fut nominé aux Oscar® en 1944.

La bataille de Midway

Un film de John Ford – 1942 – 18 min

Oscar® du meilleur documentaire en 1943, La bataille de Midway fut réalisé au cœur des combats. Lors d’un bombardement, John Ford fut blessé au bras par un éclat d’obus.

Sachez reconnaître votre ennemi : le Japon

Un film de Frank Capra et Joris Ivens – 1945 – 62 min

Un remarquable documentaire cinématographique sur la montée du militarisme japonais, malgré les outrances inhérentes à tout film de propagande et à la xénophobie ambiante liée à la guerre.

DVD 5 – LE FRONT EUROPÉEN

Le Memphis Belle, l’histoire d’une forteresse volante

Un film de William Wyler – 1944 – 38 min

Ce documentaire tourné sur le vif raconte la dernière mission de bombardements sur l’Allemagne du « Memphis Belle » et de ses vétérans. Un des opérateurs de Wyler fut tué lors du tournage.

Thunderbolt

Un film de William Wyler et John Sturges – 1947 – 40 min

Tourné en 1944, ce documentaire montre les activités du 57e groupe de chasse de l’U.S. Air Force chargé de pilonner les lignes allemandes et d’ouvrir la route de Rome aux troupes alliées.

La bataille de San Pietro

Un film de John Huston – 1945 – 31 min

Fin 1943, après le débarquement en Italie, John Huston fut chargé de réaliser un documentaire sur l’avancée triomphale des troupes américaines sur Rome. Filmant des combats d’une rare violence, il réalisa l’un des plus bouleversants témoignages sur les horreurs de la guerre.

« Bouleversant documentaire. »
Libération

DVD 6 – L’ÉPILOGUE DE LA GUERRE

Que la lumière soit

Un film de John Huston – 1946 – 56 min

Bouleversant témoignage sur les horreurs de la guerre censuré jusqu’en 1980, Que la lumière soit est aujourd’hui considéré comme l’un des meilleurs films jamais réalisés sur les conséquences psychologiques de la guerre.

« Film formidable. »
Écrans.

Les camps de concentration nazis

Un film de George Stevens – 1945 – 57 min

En 1945, en découvrant l’horreur concentrationnaire, Eisenhower demande à Stevens de filmer les camps et les atrocités commises. Nombre de ces images furent ensuite projetées comme preuves lors du procès de Nuremberg.

« Le 20 novembre 1945, les Américains projetteront Les camps de concentration nazis dans la salle du tribunal [de Nuremberg]. Des images pour dire l’indicible. »
La Vie.

Le procès de Nuremberg

1946 – 69 min

Le 20 novembre 1945 s’ouvrait à Nuremberg le plus grand procès de l’Histoire, celui des chefs militaires et dignitaires nazis. Tous sont accusés de crimes de guerre ou crimes contre l’humanité.

VERDICT:

Un coffret fabuleux aussi bien sur le plan cinématographique, et en particulier sur l’aspect du montage, qu’historique tant il permet de faire un tour d’horizon assez complet sur la Seconde Guerre Mondiale. Mention spéciale à 5 documentaires:

– « Sachez reconnaître votre ennemi: le Japon », monument de racisme anti-Nippon!

– « le Memphis Belle » et « Thunderbolt », deux magnifiques documents qui permettent de vraiment appréhender la vie des pilotes de guerre.

– « Que la lumière soit », très beau document sur les traumatismes psychologiques subis par les soldats.

-« Les camps de concentration nazis » qui montrent ce qu’ont trouvé les soldats alliés dans les camps à la fin de la guerre; des images insoutenables!

CRITIQUE: THE READER (2008)

SND

Allemagne, années 50, Michael, un jeune adolescent rencontre une femme de 20 ans son aînée, Hannah Schmidt, qui s’occupe de lui un jour où celui-ci fait un léger malaise. Une relation d’un été va se nouer et Michael et Hannah vont se voir régulièrement pour faire l’amour chez cette dernière. Un petit rituel va se mettre en place quand Hannah va demander à Michael de lui faire la lecture avant chaque rapport sexuel.

Un jour, à la fin de l’été, Hannah va disparaître sans laisser d’explication et laisser Michael dans le désespoir d’un premier grand amour déchu. Dix ans plus tard, Michael est étudiant en droit et assiste dans ce cadre à un procès concernant des femmes gardiennes de camps de concentration pendant la Seconde Guerre Mondiale. Parmi les accusées, il reconnaît Hannah.

A sa sortie, le film a créé la polémique tout comme « la Chute » et pour les mêmes raisons. Certains critiques reprochaient au film de forcer le spectateur à s’apitoyer sur le sort d’Hannah au détriment des femmes qu’elle était chargé de garder et de rendre son personnage trop humain.

Et bien je ne suis pas d’accord avec cette analyse. Ce film très loin de tout manichéisme nous force au contraire à nous interroger et nous plonge dans le malaise en nous montrant justement que tous ces gens qui ont commis des atrocités étaient humains comme nous.

Stephen Daldry, à qui l’on doit « Billy Elliott », ne nous livre pas ici un chef d’oeuvre mais un très bon film, dérangeant, qui suscite la réflexion, aidé en cela par une Kate Winslet excellente (elle a d’ailleurs raflé l’oscar de la meilleure actrice pour son rôle). On sent dès le départ que son personnage cache des secrets. Son armure se fissure au fur et à mesure et c’est au moment où elle est prête à se briser complètement qu’elle préfère disparaître peut-être pour préserver son jeune amant.

Certes dérangeant mais intéressant!

CRITIQUE: LE RUBAN BLANC (2009)

Les Films du Paradoxe

Nord de l’Allemagne, un petit village protestant à quelques mois du début de la Première Guerre Mondiale. L’histoire des enfants du village, de leur instituteur, le baron, la sage-femme, le médecin… D’étranges incidents se succèdent… Qui en est l’auteur?

Dans un somptueux noir et blanc qui renforce l’aspect strict et sévère de l’histoire, Haneke plonge ses spectateurs dès le début dans un climat opressant, angoissant mais aussi envoutant. Ce qui frappe dans ce film, c’est qu’aucun plan ne semble être le fruit du hasard, tout a un sens. Quant à l’impression de violence crue que l’on ressent tout au long du film alors que finalement tout se déroule souvent hors champ, elle est accentuée par cette absence de musique. Oui, on entend de la musique dans une ou deux scènes mais aucune bande originale à proprement parler dans le but de souligner l’action. Outre l’aspect formel absolument épatant, Haneke nous mène à réfléchir sur la morale et sur les conséquences qu’engendre le fait de vouloir imposer à tout prix certaines valeurs.

Une Palme d’Or absolument méritée à découvrir ou redécouvrir en dvd et blu-ray! La version blu-ray est magnifique et met vraiment en valeur ce somptueux noir et blanc. Les bonus sont à la hauteur avec un making-of de 30 minutes, la montée des marches, la conférence de pressr et la remise de la Palme à Cannes, ainsi qu’un portrait d’une cinquantaine de minutes de Michael Haneke très instructif.