Critique Bluray: Bronco Apache

717SF5tgcmL._SL1000_.jpg

Titre original Apache
Réalisation Harold Hecht
Scénario Paul Wellman (nouvelle)
James R. Webb
Acteurs principaux
Sociétés de production Norma Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre western
Durée 91 minutes
Sortie 22 décembre 1954

LE FILM:

4

Les Apaches se rendent aux hommes blancs. Seul le farouche Massai refuse de se plier aux conditions des vainqueurs. Il est décidé à continuer, seul, la lutte. Capturé, il est conduit en Floride. Il réussit à l’évader et rejoint sa tribu, réduite à l’état d’esclavage. Santos, le père de la belle Naninle, le livre et Massai est à nouveau prisonnier. Il parvient, encore une fois, à s’échapper et s’empare de Naninle qu’il rend responsable de son arrestation. La jeune femme le persuade de son innocence…

Comme « la flèche brisée » ou « le jardin du diable », « Bronco Apache » fait partie de ces westerns « pro-Indiens » qui ne présentent pas les Apaches comme de simples pourvoyeurs de scalps. Burt Lancaster incarne ici Massai, un rebelle qui refuse de traiter avec l’homme blanc. Au contact de sa belle, il finira par s’adoucir…

Ce western est en fait un voyage initiatique à travers les paysages de l’Amérique sauvage avec un Burt Lancaster grimé comme tête d’affiche, remarquablement mis en scène et débouchant sur une scène finale des plus émouvantes.

TECHNIQUE:

4.5

Très belle copie restaurée aux couleurs éclatantes.

BONUS:

4.5

On trouve ici un documentaire sur Burt Lancaster ainsi que les traditionnelles présentations de Bertrand Tavernier et Patrick Brion

VERDICT:

4

Un beau western pacifique dans une édition recommandable!

Disponible en DVD (16.99 euros) et  Combo bluray/dvd édition limitée (19.99 euros) chez SIDONIS

Publicités

Jeu Concours: 2 Coffrets « L’Empereur du Nord » à gagner (jeu terminé)

71-JQS16FOL._SL1000_.jpg

A l’occasion de la sortie en Combo Bluray/Dvd/Livre de « l’Empereur du Nord », CINEDINGUE et WILD SIDE VIDEO sont heureux de vous offrir 2 exemplaires. Pour gagner, il suffit de répondre correctement aux questions avant le 21 juin; un tirage au sort désignera les gagnants parmi les bonnes réponses.

CRITIQUE BLU-RAY: QU’EST-IL ARRIVE A BABY JANE ?

81VgSMmoX9L__SL1500_

LE FILM: 8.5/10

Baby Jane est une ex-starlette de variétés dont la carrière florissante a été brisée par un grave accident de voiture qui l’a laissée infirme. Elle vit désormais avec sa soeur Blanche recluse dans un manoir de Los Angeles. Jalouse des succès passés de Blanche, Jane va peu à peu sombrer dans la folie et la brutalité, mettant à mal les espoirs de rétablissement de sa soeur…

Au cours d’une carrière de près de trente ans qui a vu aussi bien des productions moyennes que d’authentiques chefs d’œuvre, Qu’est-il arrivé à Baby Jane est plus proche de la seconde catégorie. A travers ce thriller aux accents hitchcockiens, Aldrich déconstruit le mythe hollywoodien. Le personnage de Baby Jane, incarné par l’incroyable Bette Davis, rongé par la jalousie envers sa sœur dont l’ascension a coïncidé avec sa propre déchéance, sombre dans la folie la plus totale. Les brimades à sa sœur (Joan Crawford toute en retenue), handicapée par sa faute, se multiplient et prennent de plus en plus d’ampleur, au fil que le film gagne en tension. Baby Jane peut rejoindre tranquillement Norman Bates ou Hannibal Lecter au panthéon des plus grands maniaques!

Un thriller choc porté par deux actrices en état de grâce!

TECHNIQUE: 10/10

Une copie époustouflante qui magnifie la très belle photo du film, granuleuse comme il faut!

BONUS: 10/10

On trouve sur cette édition un tas de bonus absolument passionnants:

Documentaire Tout sur Bette Davis (48′) narré par Jodie Foster
Commentaires audio non sous-titrés de Charles Busch et John Epperson
Bette & Joan : une ambition aveuglante (30′)
Extrait du Andy Williams Show (2′)   dans lequel Bette Davis pousse la chansonnette!
Coulisses du tournage (7′) avec des images très rares
Documentaire sur Joan Crawford (1967

 

VERDICT: 9/10 

Une édition bluray immanquable pour l’un des meilleurs films d’Aldrich.

CRITIQUE BLU-RAY: EN QUATRIEME VITESSE

81+NYK6v-mL__SL1500_

LE FILM: 9/10

Une nuit, le célèbre détective privé Mike Hammer prend dans sa voiture une jeune femme terrorisée. Elle lui avoue s’être échappée d’un asile psychiatrique. Malgré ses propos confus, Hammer comprend que la jeune femme est poursuivie par des mystérieux tueurs. Ainsi commence l’enquête la plus démentielle et la plus incroyable du polar américain !

Troisième film de Robert Aldrich après Bronco Apache et Vera Cruz, En Quatrième Vitesse est l’adaptation d’un roman de Mickey Spillane avec comme héros le célèbre détective Mike Hammer. Sorti en 1955, en pleine Guerre Froide, ce film noir est un miroir fidèle de son époque, gangrénée par une paranoïa générale. Ici, l’intrigue n’est finalement qu’un prétexte et ne sera d’ailleurs jamais vraiment élucidée, tout ce qui compte c’est cette angoisse et cette fièvre qui transpire de chaque plan grâce à la mise en scène absolument magistrale d’Aldrich, jusqu’à un final à couper le souffle.

Ce film restera comme l’un des plus grands polars américains et inspira d’ailleurs de nombreux cinéastes comme Lynch ou Tarantino (souvenez-vous de la malette ouverte par Vincent Vega dont on ne connaissait pas le contenu mais qui illuminait son visage!).

TECHNIQUE: 9/10

Magnifique copie quasiment parfaite malgré les années!

BONUS: 9/10

Outre la bande-annonce et la fin originale plus ambigüe sur le sort de Hammer, on trouve une analyse comme toujours pertinente de Philippe Rouyer et un entretien avec Larry Cohen qui revient sur les adaptations des aventures de Mike Hammer.

VERDICT: 9/10

Chef d’œuvre du film noir indispensable!

Disponible en DVD (16.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez Carlotta Films dès le 20 novembre


CRITIQUE BLU-RAY: L’ULTIMATUM DES TROIS MERCENAIRES

81zUI9-p6aL__SL1500_

LE FILM: 8.5/10

La critique est ici

 

TECHNIQUE: 10/10

Absolument remarquable, on dirait que le film date d’hier!

BONUS: 9/10

Outre la bande-annonce, on trouve un documentaire tout à fait passionnant sur Robert Aldrich avec tout un tas d’interventions de ses proches collaborateurs et de sa fille.

VERDICT: 9/10

Une fabuleuse série B dans une édition parfaite!

Disponible en DVD (16.99 euros) et blu-ray (19.99 euros) chez Carlotta Films

 

CRITIQUE: L’ULTIMATUM DES TROIS MERCENAIRES

20487590_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Le dimanche 16 novembre 1981 s’annonce comme une journée tranquille pour David Stevens. Le président des États-Unis ignore qu’au même moment des évadés de prison sont en train de s’infiltrer dans une base militaire du Montana, afin de prendre le contrôle de neuf missiles nucléaires. Leur meneur, Lawrence Dell, est un ancien général de l’US Air Force condamné pour meurtre. Introduit avec succès dans le silo 3, Dell contacte l’étatmajor et impose ses conditions : de l’argent ainsi qu’une extradition à bord d’Air Force One pour lui et ses hommes. En sus, le renégat ordonne au Président de révéler un document confidentiel sur l’intervention américaine au Vietnam. En cas de refus, les fusées nucléaires seront lancées…

Robert Aldrich a à son actif quelques chefs d’oeuvre comme Vera Cruz, En quatrième Vitesse ou les 12 Salopards mais le reste de sa filmographie comporte tout de même quelques pépites dont « L’Ultimatum des Trois Mercenaires » que Carlotta Films se propose de vous faire (re)découvrir en salles dès le 1er mai dans une version restaurée de toute beauté. Outre la qualité de la copie, l’intérêt de cette ressortie est de pouvoir voir le film dans sa version intégrale de 2h24 dont quasiment une heure avait été amputée auparavant.

Au-delà du simple thriller sur fond de terrorisme, Aldrich lance une véritable charge contre la politique étrangère de son pays et ses institutions au sens large. S’entourant d’un casting composé d’anciennes gloires avec Burt Lancaster, Richard Widmark, Joseph Cotten, il propose un spectacle extrêmement efficace porté par une mise en scène brillante qui parvient à faire oublier le manque de moyens dont souffre la production. L’utilisation très intelligente du split screen (jusqu’à 4 actions à la fois!) est l’une des grandes réussites d’un film dont la fin est tout sauf patriote!

A voir absolument!

NOTE: 8.5/10