VOUS ALLEZ RENCONTRER UN BEL ET SOMBRE INCONNU (2010)

Warner Bros. France

Comme chaque année, le Woody Allen nouveau est arrivé! Et c’est un bon cru, meilleur ou du moins plus raffiné que le précédent « whatever works ».

Sally (Naomi Watts) est mariée à Roy (Josh Brolin), un écrivain à la recherche d’un second succès qui n’arrive pas. Celui-ci tombe amoureux de la voisine d’en face, la très belle Dia (Freida Pinto) alors que Sally a un faible pour son patron, Greg (Antonio Banderas). Le père de Sally, Alfie (Anthony Hopkins), se sent une nouvelle jeunesse; et quitte sa femme pour une jeune prostituée sans cervelle, Charmaine (Lucy Punch), aidé par ses petites pillules bleues. La mère de Sally (Gemma Jones), cherche un sens à sa vie avec le soutien d’une voyante qui lui promet qu’elle va rencontrer un bel et sombre inconnu…

Woody Allen livre ici un chassé-croisé vaudevillesque dans lequel ses personnages se cherchent et se croisent, sur un ton beaucoup plus grave qu’il n’y paraît. On sourit parfois mais on est loin du délire de films comme « le sortilège du scorpion de jade » ou encore du récent « whatever works ». Le personnage d’Alfie, sorte d’alter ego du réalisateur, n’est d’ailleurs pas le trublion hypondriaque habituel mais la ressemblance qu’il cultive avec le célèbre Juif new-yorkais est bien plus personnelle. Comme Allen a quitté sa femme pour épouser leur jeune fille adoptive, Alfie quitte la sienne pour épouser une toute jeune femme. Malgré le viagra et les cours de gym, il finira par s’apercevoir de l’absurdité de la situation et que vieillir est inéluctable.

Cette absurdité de la vie est magnifiquement démontrée à travers le cas de Roy qui passe tout son temps à sa fenêtre à fantasmer sur sa voisine Dia. Le jour où enfin, il passe dans l’immeuble d’en face après avoir séduit cette dernière, il observera cette fois sa femme qui se déshabille, avec envie.

On retrouve également le thème de la voyance et du spiritisme comme dans « le sortilège du scorpion de jade » ou encore « scoop » qui font vraiment de ce film un « Woody Allen » traditionnel contrairement à « match point » ou « Cassandre » moins identifiables.

Epaulé par un casting haut de gamme et une révélation (Lucy Punch dans le rôle de cette bimbo pas fute-fute), Allen réalise donc une comédie teintée d’amertume et de pessimisme mais qui montre que l’oeil de Woody est encore bien aiguisé. Vivement le prochain!

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s