127 HEURES (2010)

Le 26 avril 2003, Aron Ralston, jeune homme de vingt-sept ans, se met en route pour une randonnée dans les gorges de l’Utah.
Il est seul et n’a prévenu personne de son excursion. Alpiniste expérimenté, il collectionne les plus beaux sommets de la région.
Pourtant, au fin fond d’un canyon reculé, l’impensable survient : au-dessus de lui un rocher se détache et emprisonne son bras dans le mur de rocaille. Le voilà pris au piège, menacé de déshydratation et d’hypothermie, en proie à des hallucinations…
Cinq jours plus tard, comprenant que les secours n’arriveront pas, il va devoir prendre la plus grave décision de son existence…

James Franco. Pathé Distribution

Tiré du roman « plus fort qu’un roc » qui retrace l’effroyable aventure d’Aron Ralston, le film de Danny Boyle est le film-concept par excellence. Le cinéaste britannique, capable du meilleur (« slumdog Millionaire ») comme du moins bon (« la plage ») a en effet choisi un sujet difficile. Mettre en scène une histoire dont tout le monde connaît l’issue en entrant dans la salle, soit celle d’un homme au bras coincé pendant 5 jours sous un rocher, n’est pas une mince affaire. Au contraire du film de Rodrigo Cortes, « buried« (avec son serpent, son téléphone qui capte sous terre et son briquet qui s’allume sans oxygène), il reste au plus près de la réalité et n’a pas rajouté de péripéties invraisemblables. Il a plutôt fait le choix de faire ressentir au spectateur les émotions et le délire dans lequel plonge le personnage. Pour ce faire, la caméra se fait souvent épileptique, ce qui en dérangera plus d’un. Pourtant, cela fonctionne plutôt bien et nous donne l’une des meilleures scènes du film où le héros se voit en train de « partouzer » sur l’air de « ça plane pour moi »! Ce style parfois clipesque colle assez bien au personnage de Ralston, jeune, immature et qui ne voit en la vie qu’une suite de défis.

James Franco, quant à lui, trouve enfin le rôle qui lui ouvrira beaucoup de portes, cantonné qu’il était à des seconds rôles dans lesquels il excellait toutefois ( Spiderman, Harvey Milk…). 127 Heures lui a valu d’ailleurs sa première nomination aux Oscars!

Seul reproche que je ferais au film est sa scène finale avec le vrai Aron Ralston et la morale à deux sous dont je me serais bien passé.Sans avoir réalisé un grand film, Boyle réussit toutefois son pari et nous met la boule au ventre pendant 90 minutes éprouvantes!

Publicités

2 réflexions sur “127 HEURES (2010)

  1. Comment peux-tu critiquer « La Plage » arrrrg… D’accord ce n’est pas un chef d’oeuvre, mais le concept est original et Tilda Swinton vraiment glaçante dans ce coin de paradis.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s