Critique Bluray: Baisers Volés

913Fb-3BlvL._SL1500_

  • Date de sortie salles:
    05 septembre 1968
  • Réalisé par :
    François Truffaut
  • Avec :
    Jean-Pierre Léaud, Claude Jade, Michael Lonsdale…
  • Durée :
    1h30min
  • Pays de production :
    France
  • Année de production :  1968
  • Distributeur :
    ARTISTES ASSOCIES

LE FILM:

4.5

Antoine Doinel a 24 ans. Il est un éternel instable, aussi bien dans sa vie professionnelle qu’affective…

Après « les 400 Coups » et le moyen métrage « Antoine et Colette » et deux ans avant « Domicile Conjugal », François Truffaut retrouve son personnage Antoine Doinel interprété par Jean-Pierre Léaud. Ici, son héros sort de l’armée et tente de se caser professionnellement (on le voit militaire, détective, marchand de chaussures…) mais aussi sentimentalement. C’est l’éducation sentimentale d’Antoine Doinel mais avec beaucoup d’humour et de légèreté et une scène culte, celle ou Antoine se regarde dans le miroir, répétant sans cesse les noms de ses prétendantes et le sien « Antoine Doinel, Antoine Doinel, Antoine Doinel… ». Un pur délice!

TECHNIQUE:

4

Magnifique copie parfaitement définie!

BONUS:

3.5

Outre la présentation de Serge Bromberg, on trouve le moyen métrage « Antoine et Colette », ce qui est une riche idée!

VERDICT:

4.5

La suite des aventures d’Antoine Doinel, forcément indispensable!

Disponible en bluray (14.99 euros) chez MK2 dès le 4 novembre

Publicités

CRITIQUE BLU-RAY: LA NUIT AMERICAINE

61IM4TwJ5bL__SL1000_

LE FILM: 8.5/10

Aux studios de la Victorine, à Nice, un cinéaste français, Ferrand, commence son nouveau film, « Je vous présente Paméla ». Comme d’habitude, c’est le début de multiples péripéties : entre les aléas du tournage, les caprices des acteurs, leurs problèmes sentimentaux et la pression exercée par le producteur… Ferrand se demande s’il arrivera à terminer son film.

« Les films sont plus harmonieux que la vie. Il n’y a pas d’embouteillages dans les films, pas de temps mort. Les films avancent comme des trains, tu comprends, comme des trains dans la nuit. Des gens comme toi, comme moi, tu le sais bien, on est fait pour être heureux dans le travail, dans notre travail de cinéma. » Cette façon qu’a Ferrand, le réalisateur incarné par Truffaut lui-même, de consoler son acteur Alexandre (JP Léaud), résume bien ce que représente ce film de François Truffaut, une déclaration d’amour au 7ème art.
En nous offrant les coulisses du tournage d’un film, Truffaut s’appuie sur les dizaines d’anecdotes vécues au fil de sa carrière: les imprévus, les désaccords avec les producteurs, les histoires d’amour sur les plateaux, les caprices de stars… Au-delà du résultat magique obtenu, Truffaut insiste sur le travail quasi-artisanal qui en est à l’origine. Sans doute l’un des plus beaux films sur le cinéma!
TECHNIQUE: 8/10
Une copie tout à fait correcte sans être vraiment impressionnante.
BONUS: 8/10
Outre une présentation du film par Serge Toubiana et une interview du directeur photo, on peut également écouter le commentaire audio de Nathalie Baye. Pour compléter ce coffret, le joli livret et le magnet du film sont également inclus.
VERDICT: 8.5/10
Un bien bel hommage au cinéma qui ravira les cinéphiles!
Disponible en coffret Ultimate (29.9 euros) chez Warner Bros

CRITIQUE: FAHRENHEIT 451 (1966)

J’ai découvert il y a peu ce film d’anticipation de François Truffaut qui m’a littéralement scotché à mon fauteuil! Tiré d’un roman de Ray Bradbury, il décrit une société inconnue à une époque inconnue dans laquelle les pompiers n’éteignent pas les feux mais les allument! En effet, ils sont chargés d’éliminer par le feu tout ce qui ressemble de près ou de loin à un livre.

Montag (interprété par Oskar Werner), un des membres de cette brigade de pompiers, va tomber amoureux de Clarisse jouée par Julie Christie, une jeune institutrice qui va lui faire aimer les livres et rejoindre les Hommes-livres, une tribu de résistants qui connaîssent chacun un livre entièrement par coeur dans le but de préserver le savoir.

La majorité des membres de cette société n’ouvrent donc jamais aucun livre et passent leurs soirées, comme la femme de Montag interprétée également par Julie Christie, devant leur mur-écran et leurs émissions interactives. Cela rappelle un peu TF1, Le Lay et son temps de cerveau disponible et pourtant le film date de 1966! Ca fait froid dans le dos!

Bizarrement, ce film fut boudé par le public comme par la critique et pourtant quelle vision réaliste! De plus, pour accompagner ce film, Truffaut fait appel aux services de Bernard Hermann, le compositeur attitré du grand Hitchcock qui livre ici une magnifique partition.

Voyez ou revoyez ce film d’urgence! Il va vous donner envie de replonger dans vos bouquins!

HITCHCOCK, PIECES A CONVICTION

Encore un cadeau que le père Noël m’a apporté et que je recommande chaudement à tous les fans du grand « Hitch ».  On le doit à Laurent Bouzereau, que les accros aux éditions collectors dvd connaissent bien puisqu’il est à l’origine de documentaires de grande qualité que l’on peut trouver sur les dvd de « Psychose » ou encore de « Scarface » de De Palma.

La fille du maître, Patricia Hitchcock O’Connell, définit dans l’avant-propos l’ouvrage comme « un musée qui permettra de garder vivant l’héritage du cinéaste ». S’il n’omet pas la biographie du Britannique, l’auteur a construit ce bel ouvrage essentiellement à partir de la typologie des personnages de Sueurs froides, La mort aux trousses et Psychose (qui sort en DVD et Blu-ray, dans une édition restaurée, chez Universal) : les « faux coupables et antihéros » qui sont toujours « au mauvais endroit au mauvais moment », les héroïnes blondes (parfois brunes) ou les méchants « psychopathes ou forcenés ». Peu avare en photos de tournage et documents privés, ce volume est aussi entrecoupé d’enveloppes noir et or, à l’effigie de Hitchcock. Le fan sera ravi d’y trouver quelques fac-similés : des extraits de story-boards des Oiseaux ou de Pas de printemps de Marnie, des copies d’actes de naissance ou de mariage, sans oublier la lettre envoyée par François Truffaut pour proposer son célèbre livre d’entretiens ou encore une carte postale de Paris envoyée au Maître par Anthony Perkins.

Sans entrer dans des analyses détaillées de l’oeuvre d’Hitchcock, un ouvrage très plaisant qui se dévore et ne donne qu’une envie, revoir tous les films du bedonnant réalisateur!